AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Friendship & Problems [Oxana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« Mais vous avez l’air d’avoir des tas de qualités qui vous permettraient de faire bien autre chose… » Plongeant mon regard dans le sien, je lui adresse un sourire un peu moins virulent que les précédent. Bien sûr que j’aimerai faire autre chose, personne ne choisit de finir escort, même une femme nymphomane en aurait marre au bout d’un moment. L’avantage c’est que les escorts ne sont pas obligées de coucher avec leurs clients, et ça, ça me change quand même la vie. « Vous avez eu à connaître le trottoir ? Ne vous sentez pas obligée de répondre. » Je la sens gênée de sa question. « Pas assez pour me dégoûter de moi-même, heureusement. » Mais étrangement, j’ai besoin de lui exprimer ce qui fait que j’ai appris à aimer un tant soit peu mon métier, aussi curieux puisse-t-il paraître. Je lui demande de fermer les yeux, attendant qu’elle me fasse confiance, et d’une voix chaleureuse et charmeuse, je m’amuse à faire monter le désir en elle. Je peux sentir les frissons sur sa peau, et sa respiration qui devient de moins en moins régulière. « Vous êtes visiblement très douée. » Un sourire amusé au coin de lèvres, je la regarde essayer de passer son trouble avec une grande gorgée de son breuvage alcoolisé. « Mais je persiste à dire que faire naître le désir chez quelqu’un, aussi bien que vous le faite, est possible sans que vous ayez à vous vendre vous-même. Vous n’aviez pas un rêve, étant gamine ? » Restant debout près de la bibliothèque, je laisse la quinqua s’asseoir à même le tapis. « Si, j’imagine. » Bien sûr que j’avais un rêve, et il est sûrement encore bien là même si je tente en vain de l’enfouir le plus loin possible. « Excusez-moi, je suis intrusive. Mais je me demande vraiment ce qui peut pousser une jeune femme telle que vous à occuper cette place. Vous avez une famille ? » Je soupire à sa dernière question, avant de venir la rejoindre sur le tapis, laissant mon dos prendre appui contre le canapé. Le bout de mon index glisse autour du cristal du verre ballon, essuyant au même titre la trace de rouge à lèvres que j’ai pu y déposer. Je n’aime pas parler de ma famille, mais sans savoir pourquoi, je me livre à elle. « J’ai jamais été très loin dans les études, un manque d’envie plus que d’intelligence, je suppose. Alors j’ai vite enchaîné les petits boulots pour commencer à gagner ma vie, aidée par l’héritage de mon père. Mais quand il y a deux ans ma mère et ma soeur sont reparties en Russie et que j’ai pris conscience d’avoir dilapidé tout l’héritage de mon père, j’ai dû prendre des décisions plus difficiles. C’était le trottoir ou vendre de la drogue. » Je grimace un peu et finis par soupirer, puis je vide le contenu du ballon de vin entre mes doigts. « On peut parler d’autre chose ? » Je lui adresse un sourire un peu perdu et me retiens au maximum de lui poser des questions personnelles même si j’en meurs d’envie, mais je n’en ai pas le droit. « Pourquoi vos amies vous ont fait ‘livrer’ une escort féminine si vous dites que vous n’aimez pas les femmes. Elles auraient pu vous trouver un garçon charmant, y’en a pas mal dans la même agence que moi. » Je m’allonge totalement sur le tapis, genoux relevés ma tête du côté d’Ellen comme pour mieux l’entendre même si je vais de ce fait, moins facilement pouvoir la regarder pendant qu’elle me répondra. Naturellement et comme un geste habituel, je soulève mon t-shirt et viens toucher mon ventre y dessinant imaginairement quelques dessins du bout de mes doigts, un tic qui me vient de loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« Pas assez pour me dégoûter de moi-même, heureusement. » Ca me fait toujours étrange d’entendre quelqu’un parler de soi même de façon aussi défaitiste, aussi fataliste, comme résignée. « Si, j’imagine. » Elle a l’air tout sauf sure d’elle, je pense surtout qu’une série d’évènements l’ont forcée à grandir plus vite que la moyenne, et ça me touche. Elle n’est pas ici par choix, c’est son métier. On lui demande de trahir sans doute sa propre orientation sexuelle, tout comme on lui demande de mettre sa fierté de côté ou encore sa personnalité. Je ne suis pas sûre d’avoir eu un tel courage ayant son âge. « J’ai jamais été très loin dans les études, un manque d’envie plus que d’intelligence, je suppose. Alors j’ai vite enchaîné les petits boulots pour commencer à gagner ma vie, aidée par l’héritage de mon père. Mais quand il y a deux ans ma mère et ma soeur sont reparties en Russie et que j’ai pris conscience d’avoir dilapidé tout l’héritage de mon père, j’ai dû prendre des décisions plus difficiles. C’était le trottoir ou vendre de la drogue. » « Je vois… » Je ne sais trop quoi dire d’autre, d’autant qu’elle souhaite changer de sujet, ce que je peux comprendre. « On peut parler d’autre chose ? » « Bien sûr, excusez-moi. » Je n’aurais jamais dû lancer le sujet, elle n’est pas ici pour se confier comme ça. Je ne préfère pas la mettre dans l’embarras, elle n’avait même pas besoin de me dire tout ça. Je lui fais passer le reste de la bouteille de vin, après tout, on n’a plus que ça à faire de la soirée ! « Pourquoi vos amies vous ont fait ‘livrer’ une escort féminine si vous dites que vous n’aimez pas les femmes. Elles auraient pu vous trouver un garçon charmant, y’en a pas mal dans la même agence que moi. » « Parce qu’elles sont à peu près aussi mature que des gamines de lycée depuis leur propre divorce. On s’est toutes retrouvées au resto il y a moins d’une semaine, pour mon anniversaire, et elles se sont mises en tête que j’avais peut-être loupé un truc, que j’étais la seule de la tablée à n’avoir jamais eu quelconque expérience avec une femme. Pour elles, c’est comme si j’avais quelque-chose à rattraper. » Je m’allonge à mon tour près d’elle, et malgré moi, mon regard se pose sur ce qu’elle est en train de faire sur son ventre, totalement indécent et je ne sais pas si je vais pouvoir garder mon calme longtemps. Pourquoi me sentirais-je toute chose comme ça ?! Je n’ai jamais été perturbée par les courbes d’une femme quelconque. Et pourtant… « J’étais une étudiante comme les autres pourtant, j’aimais la fête, boire un coup, je bossais pas mal mais… Je crois que je suis tombée amoureuse trop jeune. Et il n’a eu que mon mari et mon fils pour les presque 35 années qui ont suivies. » C’est triste, je le conçois ! Je tourne la tête vers elle, une seconde, et soupire, avant de finir la bouteille et de me rallonger, en soupirant de je ne sais trop quoi. « Est-ce que votre famille sait que… » Sait qu’elle fait autant de sacrifices pour s’en sortir. Je suis maman, normal que cette question me taraude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

J’ai besoin de changer de sujet, parler de moi n’a jamais été quelque chose de très évident, notamment lorsqu’il faut parler de mon parcours, de ce qui m’a portée jusqu’ici. Parlez moi de cinéma, de théâtre, de Ryan Gosling, là je réponds présente. Mais alors expliquer les circonstances qui m’ont amenée à me prostituer, ça va deux minutes. « Bien sûr, excusez-moi. » Je secoue la tête pour lui dire que ce n’est rien, ses questions sont légitimes. A mon tour de la questionner, pas sur elle, mais plutôt sur ses amies qui ont cherché à lui mettre dans les pattes une femme alors qu’elles semblent ne pas attirer Ellen. Même moi. enfin presque au vue des quelques petites expériences que j’ai pu faire depuis que je suis arrivée. Elle se met à m’expliquer à quel point ses amies ont l’air dévergondées, et je ne peux m’empêcher de sourire en les imaginant, quatre ou cinq autour d’une table de restaurant, à refaire le monde à la manière de sex and the city. « .. elles se sont mises en tête que j’avais peut-être loupé un truc, que j’étais la seule de la tablée à n’avoir jamais eu quelconque expérience avec une femme. Pour elles, c’est comme si j’avais quelque-chose à rattraper. » Je ris un peu et hoche la tête. « Je suis assez d’accord avec leur raisonnement. J’ai beau avoir une préférence pour les hommes, il m’est arrivé d’avoir de très bonnes expériences avec des femmes. » Ellen finit par s’allonger à mes côtés, dans une toute autre orientation cependant. « J’étais une étudiante comme les autres pourtant, j’aimais la fête, boire un coup, je bossais pas mal mais… Je crois que je suis tombée amoureuse trop jeune. Et il n’y a eu que mon mari et mon fils pour les presque 35 années qui ont suivies. » Je me retourne cette fois sur le ventre et me redresse sur mes coudes pour pouvoir la voir un peu mieux. « Attendez, vous êtes en train de dire que vous n’avez jamais couché avec personne d’autre que votre mari ? » Si elle me répond que oui, je crois que je serai prête à lui sauter dessus pour lui montrer qu’il y a beaucoup d’autres manières de prendre plus plaisir, autre que dans un mariage qui au final, s’effrite au bout d’une trentaine d’années. « Est-ce que votre famille sait que… » Je plisse un peu les yeux et comprends sa question, alors qu’elle se recouche près de moi, son corps quasiment perpendiculaire au mien. « Non. Autant éviter que ma mère s’inquiète pour autre chose qu’elle, c’est déjà bien assez difficile à gérer depuis la mort de mon père. » Sans réfléchir, je viens chercher sur le tapis une mèche de cheveux roux d’Ellen et joue avec du bout de mes doigts. « Je ne suis pas malheureuse Ellen, vraiment. Bien sûr je ne vais pas dire que j’aime mon métier passionnément mais j’ai appris à m’y faire, et puis, depuis que je suis dans cette agence, j’ai au moins le pouvoir d’accepter ou non de coucher avec mes clients. Bien sûr la prestation n’est plus la même mais je peux dire non si j’en ai envie. C’est déjà beaucoup je vous assure. » Mes pieds relevés telle une enfant, je laisse un silence envahir la pièce alors que la rouquine tourne le visage vers moi, ne laissant que peu de centimètres à nos lèvres comme espace vital. Je peux même sentir son souffle chatouiller ma bouche, je suppose qu’il en est de même pour elle. « Pourquoi vous ne vous laissez pas aller. On ne peut pas dire qu’on n’aime pas si on a pas essayé. Et puis, un baiser, ça n’engage à rien… » Mon regard se veut plus insistant, sans doute un peu hypnotisant, et ma voix s’est faite à nouveau plus envoûtante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« Je suis assez d’accord avec leur raisonnement. J’ai beau avoir une préférence pour les hommes, il m’est arrivé d’avoir de très bonnes expériences avec des femmes. » Je ris, amusée, un peu alcoolisée aussi, mais détendue. « Vous essayez de me vendre un concept ? » Je suis de bonne composition quand j’ai un peu bu. Je n’ai pas l’alcool triste et je suis déjà d’un naturel déconneur. Ado, j’étais carrément d’un naturel rebelle à vouloir combattre toutes les causes pour le simple plaisir de me battre pour quelque-chose, ça devait être mon petit côté hippie ! Je lui parle ensuite de mon parcours de jeune femme, d’adulte et surtout d’étudiante, ce qui semble la faire réagir. « Attendez, vous êtes en train de dire que vous n’avez jamais couché avec personne d’autre que votre mari ? » « Pas exactement non… je… j’ai eu des petits copains, comme tout le monde mais… Oui, bon, j’ai connu que mon mari. Ça se faisait à l’époque ! » De rester vierge avant le mariage, mais en dehors de ça, d’attendre pour une vraie première fois. J’ai eu des petites expériences avec quelques garçons de la fac, mais rien de vraiment… Sérieux. Il s’avère que ma première vraie relation sexuelle eut été avec lui. « Mais ça se passait très bien ! » Je tente de me rassurer ou de la rassurer elle là ? Je dois dire que je ne me suis jamais plainte. J’ai pu apprendre sur le sujet tout ce que j’avais j’imagine à expérimenter, sans avoir à passer par une multitude d’amants à la fac. Sans doute étais-je déjà trop mature ou trop amoureuse pour voir ce que je pouvais manquer, mais pour moi c’était clair. Noah est arrivé à la fin de mes études, et tout s’est enchainé, dans la logique des choses.
Je lui parle alors de sa mère, j’imagine qu’en tant que parents, on aimerait que nos enfants soient heureux et épanouis, mais on n’en sait pas la moitié. . « Non. Autant éviter que ma mère s’inquiète pour autre chose qu’elle, c’est déjà bien assez difficile à gérer depuis la mort de mon père. » Je ne réponds pas, qui ne dit mot consent. Je la sens glisser sa main dans mes cheveux et je sens quelques frissons me parcourir, légèrement, je suis très sensible à ça. La garce ! « Je ne suis pas malheureuse Ellen, vraiment. Bien sûr je ne vais pas dire que j’aime mon métier passionnément mais j’ai appris à m’y faire, et puis, depuis que je suis dans cette agence, j’ai au moins le pouvoir d’accepter ou non de coucher avec mes clients. Bien sûr la prestation n’est plus la même mais je peux dire non si j’en ai envie. C’est déjà beaucoup je vous assure. » « En fait je crois que je vous envie. Cette façon de trouver le positif dans ce que vous faites. » Je réfléchi de façon très psychologique, je fais le point, je commence à philosopher, je ne suis pas loin de rouler sous la table les mecs ! Quand je me retourne, mes lèvres frôlent presque les siennes, en tout cas nos visages sont assez proches pour que ce soit indécent. « Pourquoi vous ne vous laissez pas aller. On ne peut pas dire qu’on n’aime pas si on a pas essayé. Et puis, un baiser, ça n’engage à rien… » « Vous croyez que j’ai peur de vous embrasser ? » Je la regarde, droit dans les yeux, sans doute un peu encouragé par le verre de vin, ou les deux… Et je m’avance la première, sur mes coudes, pour déposer mes lèvres sur les siennes, dans un tendre baiser. Je viens de le faire ! « Je n’ai pas peur de vous embrasser. Je n’ai peur de rien. » OK, j’ai 16 ans, je viens de chopper une bouteille dans la cave à papa et je veux faire la grande !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

J’essaie de lui faire comprendre mon point de vus vis à vis des relations qu’elles soient avec une femme ou avec un homme. Bien sûr c’est différent, mais je n’en ai pas moins apprécié les quelques relations que j’ai pu avoir la chance de partager avec des femmes avant aujourd’hui. « Vous essayez de me vendre un concept ? » Je ris un peu, ravie de voir que le vin lui donne un côté plus détendu, et certainement plus joueur aussi. « Ça se pourrait bien. » Elle m’explique finalement que son mari a été le seul pour elle, et je suis frappée par ses révélations. Elle n’a couché qu’avec un seul homme dans sa vie ? La pauvre. « Pas exactement non… je… j’ai eu des petits copains, comme tout le monde mais… Oui, bon, j’ai connu que mon mari. Ça se faisait à l’époque ! » Yeux écarquillés, je la regarde presque comme un ovni. Merde, elle a qu’une cinquantaine d’années, elles pas née pendant la guerre ! Et quand bien même. « Mais ça se passait très bien ! » Je lève les yeux au ciel et soupire un peu. « Manquerait plus que ça se passait mal. Mon dieu, je ne vous envie pas ! » Je secoue la tête de manière légèrement dépitée avant qu’elle ne me pose une question en rapport à ma famille. Je me dois de me justifier, je ne suis pas malheureuse, je prends ce qu’il y a à prendre, et me contente de ce qui pourra me rendre heureuse, chaque jour qu’on me laissera vivre sur cette Terre. « En fait je crois que je vous envie. Cette façon de trouver le positif dans ce que vous faites. » Cette fois je lui adresse un sourire attendri, heureuse de lui avoir fait comprendre mon point de vue sur l’existence que je mène. Certes je n’ai pas le boulot le plus gratifiant du monde, mais je m’en sors, et c’est le plus important pour moi. Après un léger temps de battement, je lui demande pourquoi elle ne se laisse pas aller un peu. « Vous croyez que j’ai peur de vous embrasser ? » J’arque un sourcil, amusée et par la même interrogatrice de son arrière pensée. « C’est l’illusion que vous donnez oui. » Et sans tarder, voilà qu’elle se redresse sur ses coudes pour presser ses lèvres sur les miennes dans un baiser que je pourrai appeler chaste. « Je n’ai pas peur de vous embrasser. Je n’ai peur de rien. » Cette fois je ris, parce qu’on dirait vraiment une enfant, et c’est plutôt agréable de la voir comme ça. « Oww… madame l’adolescente rebelle n’a peur de rien. Je vois je vois. Mais si vous embrassiez tous vos petits amis de cette manière avant de rencontrer votre mari, c’est normal que nous n’ayez réussi qu’à finir dans le lit de celui qui est devenu votre mari. » Elle fronce les sourcils et je me mets à rire légèrement, approfondissant ma pensée. « Ce baiser, j’aurai pu offrir le même à ma meilleure amie ou à ma soeur… » Juste pour lui faire comprendre que pour moi, ça n’est pas réellement un baiser. « Venez là. » Je me redresse et me positionne face à elle, mes fesses reposant sur mes talons. Elle s’approche, se mettant quasiment dans la même position que moi. « On va essayer quelque chose, et si vraiment ça vous plait pas, je n’insisterai pas. » Je lui offre un sourire rassurant et viens encadrer tendrement son visage de mes mains, murmurant en m’approchant d’elle. « Fermez les yeux. » Elle s’exécute et je m’amuse de sentir son souffle déjà un peu plus rapide. « Ne réfléchissez plus, laissez-vous simplement porter. » Mes lèvres arrivent finalement au niveau des siennes et je commence par les frôler, laissant mon souffle titiller ses sens, avant de l’embrasser vraiment. D’abord quelque chose d’assez simplement, avant de venir glisser ma langue sur ses lèvres, incitant la rouquine à m’imiter pour trouver la chaleur de sa langue. Mes mains glissent dans sa nuque, des cheveux, toujours de manière extrêmement tendre, l’idée n’est vraiment pas de la brusquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:38


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« Manquerait plus que ça se passait mal. Mon dieu, je ne vous envie pas ! » « Et pourquoi pas ? On ne sait pas de quoi on manque quand n’a pas vu ailleurs. Bon, lui, il a fini par aller voir ailleurs. » Rétorquais-je en terminant mon verre, un peu ironique. Il a fallu que j’apprenne à en rire parce qu’en pleurer tous les soirs ne m’allait pas vraiment. J’ai eu ce moment de latence, celui où je ne voulais rien voir et puis j’ai eu une autre phase, où je me suis rendue compte de tout, de tout ce à côté de quoi j’étais passée de ce dont il ne s’était pas privé. Mais pour moi, la fidélité était un concept non négociable quand on parle de mariage… Et puis finalement, troisième phase, j’ai fini par demander le divorce, et aujourd’hui, je suis libre, mais plus de première jeunesse… comme quoi la vie est cruelle !
« C’est l’illusion que vous donnez oui. » Nous jouons au chat et à la souris et l’alcool aidant, je suis complètement désinhibée, et je ne cherche même plus à comprendre, grisée par le défi, et je l’embrasse. Chastement. En même temps, j’ai toujours été relativement sage… Et rangée, c’est ça mon souci !

« Oww… madame l’adolescente rebelle n’a peur de rien. Je vois je vois. Mais si vous embrassiez tous vos petits amis de cette manière avant de rencontrer votre mari, c’est normal que nous n’ayez réussi qu’à finir dans le lit de celui qui est devenu votre mari. » « Wow, ça c’est mesquin. » Levant un doigt, un peu éméchée, je dois l’avouer, mais elle n’a pas totalement tords, sauf que ça lui suffisait à mon mari visiblement. Et puis je n’ai jamais eu besoin d’embrasser qui que ce soit d’autre que mon fils depuis plus de trente ans, comment voulez-vous que je sache faire la différence ? « Ce baiser, j’aurai pu offrir le même à ma meilleure amie ou à ma soeur… Venez là. » Je fronce les sourcils, je ne suis pas sûre de comprendre où elle peut en venir, et je ne suis pas sûre non plus de vouloir le vérifier par moi-même. « On va essayer quelque chose, et si vraiment ça vous plait pas, je n’insisterai pas. Fermez les yeux. » C’est normal d’avoir l’impression de faire une grosse bêtise et de risquer de me faire prendre par mes parents qui ouvriront la porte un peu rapidement ? Non parce que je ne suis pas certaine de pouvoir réagir comme il le faudra, et je ne suis même pas sûre de réagir comme il le faut tout court. « Ne réfléchissez plus, laissez-vous simplement porter. » Bien sûr que je réfléchi, et surtout, tout s’emmêle dans ma tête, et je sais pertinemment qu’elle ne va pas y aller par quatre chemins pour tenter de me faire changer d’avis. Et je ne me trompe pas. Dans un premier temps, ses lèvres rencontrent les miennes, tendrement, puis elle cherche à jouer avec mes lèvres, et ma langue. Quand sa langue vient chercher la mienne, je ne peux m’empêcher d’ajouter un peu plus de langueur à ce baiser, comme je savais le faire ado, comme je savais le faire jeune mariée surtout. Je sens ses mains dans mes cheveux, ses mains surtout partout dans ma nuque et déjà mes bras frissonnent et tout le reste de mon corps mais je ne veux rien en dire, et surtout ne rien laisser paraître. Je la laisse faire, répondant à ses gestes, sans assumer les miens pourtant. « Wow… » Quand elle met fin au baiser, il n’y a que ça qui me vient. « C’était ça votre contrat de ce soir ? » Rajoutais-je d’une voix plus douce, posée, comme pour ne pas briser ce moment, légèrement perturbée… Non, très perturbée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Si une certaine forme de complicité est en train de naître entre nous, je ne suis pas dupe et pourtant bien consciente qu’elle n’est aidée que par l’alcool que la quinqua a ingurgité depuis mon arrivée. Elle n’a pas bu tant que ça, mais juste assez pour être plus malléable, se laisser faire sans trop broncher. Elle semble bien plus ouverte à de nouvelles expériences, et je pense que ça m’aidera dans un avenir proche à la persuader d’essayer de passer un moment un peu plus charnel avec moi. D’ailleurs, je ne perds pas de temps et la fais approcher pour venir l’embrasser langoureusement. Baiser qu’elle prolonge sans aucune difficulté, avant que je n’y mette un terme pour recueillir ses réactions à chaud. A chaud, c’est bien le mot adéquat à sentir sa température corporelle augmenter considérablement. « Wow… » Un sourire étire mes lèvres alors que je laisse mes yeux plongés dans les siens. « C’était ça votre contrat de ce soir ? » Je souris de plus belle, restant près d’elle pour ne pas rompre l’effort fourni pour en arriver là. « Quand je suis arrivée je m’attendais simplement à tomber sur une femme qui aimait les femmes et qui avait envie de passer une nuit torride en ma compagnie. Je suis quelque peu tombée des nues. » Je ris légèrement, gardant ce ton charmeur et cette voix enjôleuse. « Vous étiez à deux doigts de me laisser dehors et j’ai quand même réussi à vous voler un baiser des plus agréables. Quoi qu’il arrive je suis gagnante. » Je souris de plus belle et laisse glisser mes yeux sur ses lèvres en mordillant la mienne, mes doigts toujours dans sa nuque, à la naissance de son cuir chevelu dans lequel le bout de mes doigts s’applique à caresser très légèrement sa peau. « Mais si… » Je m’approche de ses lèvres pour les frôler à peine. « … si vous me laissez faire, il est possible que je parvienne à atteindre le but ultime de ma présence ici. Pensez à tout ce que vous aurez à raconter à vos amies. » Je ris légèrement et de manière un peu plus provocante je viens frôler ma langue sur ses lèvres, laissant aller sur ces dernières mon souffle légèrement sucré par le vin ingurgité plus tôt. « Il serait peut-être temps de se laisser aller, Ellen. Il n’est jamais trop tard pour se faire plaisir, je suis sûre que vous êtes d’accord avec moi sur ce point. » Mon regard continue d’osciller entre ses yeux, mon nez s’amusant à caresser tendrement le sien, ajoutant un peu plus de sensualité. Ma main libre vient trouver refuge sur sa cuisse, et glisse le long de cette dernière, remontant doucement, à l’extérieur pour le moment, le but étant simplement de lui faire découvrir de nouvelles sensations.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Je ne sais pas ce qui me tombe dessus ni comment c’est tombé d’ailleurs. Un cadeau de mes amies, tu parles, un moyen d’alimenter nos conversations au resto ! Je doute qu’elles soient toutes aussi enjouées de recevoir le même si ça devait être le cas. Je ne suis pas la plus prude de la bande, bien au contraire, mais j’ai eu une vie plus rangée que la plupart. Un boulot stable, un enfant, un mari… Certes toujours parti mais un mari quand même, et que j’aimais. Il nous arrivait de nous retrouver pour des weekends où nous ne sortions même pas de la chambre, quand Noah a fini par pouvoir rester tout seul sans rien risquer. Il nous arrivait aussi de faire des jeux de pistes à coup d’indices et de billets d’avions. C’est un peu comme ça que je me suis retrouvée au Mexique dans une hacienda sans rien comprendre, mais en passant un des meilleurs weekends de notre mariage. Mais ça… C’était avant de comprendre que je ne lui suffisais pas. Alors vient la remise en question, à se demander si je n’en faisais pas assez, si je ne lui plaisais plus et pourquoi était-ce le cas. Aujourd’hui il en est tout autre. Je me retrouve face à une jeune femme belle comme le jour, qui en sait et qui en joue, le pire c’est sans doute tout ça !

« Quand je suis arrivée je m’attendais simplement à tomber sur une femme qui aimait les femmes et qui avait envie de passer une nuit torride en ma compagnie. Je suis quelque peu tombée des nues. » « C’est ce que les filles ont dit de moi à vos employeurs ? Les garces… » Je vais devoir régler ça ! Elles me l’ont bien faite à l’envers, comme on dit quand on a 25 ans et qu’on est encore cool, mais je crois que nous n’avons pas plus d’âge mental quand nous sommes ensembles. Elles se mettent à fêter mon divorce, génial. « Vous étiez à deux doigts de me laisser dehors et j’ai quand même réussi à vous voler un baiser des plus agréables. Quoi qu’il arrive je suis gagnante. » Je rougis, malgré moi, je ne vois pas quoi répondre à ça, elle a totalement raison, c’est bien là le pire de tout ça. Ses doigts dans ma nuque, juste sur la zone la plus sensible qui soit chez moi, je ne résiste pas à ce genre de choses, et j’ose espérer que personne ne lui en a touché un mot… il m’est arrivé de me confier de façon très intime après un peu de vin, comme toutes les filles font entre elles. « Mais si… … si vous me laissez faire, il est possible que je parvienne à atteindre le but ultime de ma présence ici. Pensez à tout ce que vous aurez à raconter à vos amies. » « Je n’ai aucune envie qu’elles soient mêlées à tout ça… » Répondis-je dans un souffle, difficile d’aligner un mot après l’autre dans cette position, surtout sous les assauts de ses caresses dans ma nuque. « Il serait peut-être temps de se laisser aller, Ellen. Il n’est jamais trop tard pour se faire plaisir, je suis sûre que vous êtes d’accord avec moi sur ce point. » « Mais je ne connais rien de tout ça. Je ne saurais même pas… Comment m’y prendre. » Je ne saurais surtout pas comment réagir, si je suis à la hauteur ou pas, chose que je n’ai jamais eu à me demander, pas avec une autre personne que mon mari. Tout ça est… perturbant, comme si j’avais 15 ans et que je m’apprêtais à dire oui à un petit ami qui a déjà une longue expérience… Je prends alors une grande inspiration en fermant les yeux. « Je ne suis pas sûre d’être à la hauteur. » Lui assurais-je, mon regard dans le sien, aussi peu fière qu’une ado face à sa première fois. Mais elle a raison dans le fond, prendre le plaisir là où il se trouve, et je suis totalement troublée… Et en plus de ça, je suis totalement sienne à présent… Venant de lui laisser le feu vert.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« C’est ce que les filles ont dit de moi à vos employeurs ? Les garces… » Je ris un peu et secoue la tête. « Non rassurez-vous, personne ne m’a rien dit sur vous, c’est juste qu’en général lorsque j’arrive chez quelqu’un, la personne est au courant de ma venue, et pire encore, elle l’attend ! » Je penche un peu la tête en souriant. Les gens qui passent par une agence pour avoir la compagnie d’une femme que ce soit pour une soirée mondaine ou une simple soirée à ne pas passer seuls, les hommes en général, savent très bien ce qu’ils font. Et c’est ce côté grisant que j’aime à cette situation, à cette soirée complètement inattendue. Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu véritablement à séduire, en général, c’est du tout cuit. Mais avoir à jouer de mon charme avec cette femme me plait beaucoup en dehors de son aura qui m’absorbe complètement. J’essaie de la convaincre que c’est une bonne idée, qu’elle devrait simplement se laisser aller. « Je n’ai aucune envie qu’elles soient mêlées à tout ça… » Je souris de plus belle, penchant la tête sur le côté. « Très bien, elles n’en sauront rien alors. » Je continue de la dévorer du regard, attendant le bon moment pour lui faire comprendre qu’elle devrait lâcher prise, se laisser aller et ne plus penser à toutes les conséquences de ce moment. « Mais je ne connais rien de tout ça. Je ne saurais même pas… Comment m’y prendre. » Je laisse mon regard plongé dans le sien, appuyant un peu ma prise sur sa nuque comme pour la rassurer. « Vous n’avez pas besoin de savoir. Juste de vivre. » Un murmure, la poussant à me faire confiance pour cette nouvelle aventure. « Je ne suis pas sûre d’être à la hauteur. » Un sourire tendre étire mes lèvres et je viens y déposer un baiser, un simple baiser d’une chaleur inouïe. « Laissez-vous faire, il n’y a pas de diplôme pour ce genre de choses, ne réfléchissez pas… » A nouveau je viens l’embrasser avec un peu plus de langueur. « A tout moment dites-moi si quelque chose ne va pas. » Yeux clos je cherche à nouveau la chaleur de sa langue alors que doucement ma main glisse sous son haut pour caresser sa taille, sa peau brûlante d’une envie qu’elle semblait ne pas connaître. Doucement et petit pas par petit pas, mes mains s’approprient son corps autant qu’elles font faner ses angoisses, du moins je l’espère. Tous nos gestes prennent un peu plus d’ampleur et je viens l’allonger délicatement sur le tapis, me mettant à califourchon au dessus d’elle sans jamais quitter ses lèvres. Je provoque chaque frémissement, chaque soupir, alerte au moindre signe qu’elle pourrait me donner. Mon corps se réchauffe également et je retire mon haut en me redressant, laissant mon regard me détaille. Doucement je viens chercher une de ses mains que je guide d’abord sur mon ventre, puis sur ma poitrine par dessus mon soutien gorge. Je veux qu’elle sente le désir monter, qu’elle le sente en elle autant qu’en moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

« Non rassurez-vous, personne ne m’a rien dit sur vous, c’est juste qu’en général lorsque j’arrive chez quelqu’un, la personne est au courant de ma venue, et pire encore, elle l’attend ! » « Je ne voulais pas paraître impolie… » La moindre des choses est de m’excuser, ou du moins à moitié, elle comprend où je veux en venir, elle a l’air rusée, et très douée pour parvenir à ses fins, la preuve en est. Je suis complètement troublée, sa proximité, la façon qu’elle a de me regarder droit dans les yeux sans rien laisser paraître, comme si elle était aussi sûre d’elle qu’elle pourrait l’être pour deux, elle a tout intérêt à l’être pour deux, parce que je ne le suis pas du tout. « Très bien, elles n’en sauront rien alors. » Je crois que c’est mieux. Je ne veux pas être l’attraction des douze prochaines fois au restaurant, après tout, elles n’auront rien de plus croustillant à se mettre sous la dent avant un bon moment. « Vous n’avez pas besoin de savoir. Juste de vivre. » Elle me demande d’avoir vingt ans comme à la fac et de me laisser aller dans une soirée étudiante ? Soit, je vais tenter de la jouer comme ça… Mais je ne promets rien. Son baiser vient me griser et achever de me convaincre, presque trop facile. Ce n’est pas juste. « Laissez-vous faire, il n’y a pas de diplôme pour ce genre de choses, ne réfléchissez pas… » Je me décide à lui faire confiance, après tout, elle a l’air de savoir ce qu’elle fait, pourquoi pas, je n’ai plus de comptes à rendre à personne, et c’est encore tout nouveau pour moi tout ça. « A tout moment dites-moi si quelque chose ne va pas. » Je me contente d’un léger hochement de tête à peine perceptible, mais elle a encore une fois comprit ce que je voulais dire.
C’est parti, je n’ai plus mon mot à dire, ou presque, je viens de lui donner le feu vert, j’en suis encore toute retournée. Doucement, ses mains frôlent ma taille, mes muscles se contractent sous son passage et je ne réponds plus vraiment de moi. Je me contente de souffler, bruyamment sans m’en rendre compte, et de venir ajouter ma touche à la sienne. Mes baisers se font timides dans un premier temps dans son cou, puis je la laisse faire, caressant chastement son dos. Enfin, elle m’allonge sur le tapis, et vient s’installer sur moi. Je remonte mes mains comme elle me l’indique, le long de sa poitrine, en douceur, faisant jouer de mes pouces sur l’endroit le plus sensible de ses attributs féminins. Ses mains glissent le long de mes cuisses, et malgré moi, mon bassin suit le mouvement. Je me relève, doucement, et vient saisir son visage entre mes mains pour l’embrasser, beaucoup moins chastement. Mes caresses se font plus pressantes dans son dos, ma poitrine frôle la sienne, dans un délicieux sentiment d’interdit, puis, comme pour la rejoindre, mes mains caressent à leur tour ses cuisses…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Je tente le tout pour le tout, avec tendresse, faisant en sorte qu’elle se sente à l’aise et surtout qu’elle me fasse confiance. J’ai l’impression de savoir lire dans son regard apeuré. Il y a l’envie de bien faire, l’envie de goûter à la nouveauté, mais pour le moment la peur surpasse le tout. Elle dit ne pas être à la hauteur, mais je sais qu’elle ne sera. Personne n’est mauvais en ce qui concerne le sexe, encore moins entre deux femmes, il suffit que l’harmonie se fasse et que les deux parties sachent guider leur partenaire. Elle hoche la tête après ma dernière phrase et doucement je reprends le dessus, pour finalement l’allonger tout en continuant de l’embrasser. Délicatement je lui fais prendre le chemin de ses mains sur mon corps. Elle prend ses marques sur ma poitrine et je soupire, sentant déjà le désir me consumer. La jolie rouquine se relève pour m’embrasser avec plus de passion, et j’aime cette initiative. Déjà elle laisse ses mains vagabonder au gré de ses envies, et j’aime ses initiatives, aussi petites soient elles. « J’adore tes lèvres. » Lui dis-je dans un murmure entre deux baisers. Tutoiement de rigueur je suppose lorsqu’on partage ce genre de moment. Doucement, me forçant presque à ne pas me précipiter sous l’envie qui me dévore, je viens passer son haut par dessus sa tête, découvrant son buste quasi nu, pour le moment encore simplement vêtu de par son sous-vêtement. Mes mains dans son dos, je reviens chercher ses lèvres alors qu’elle est toujours assise, et moi toujours à califourchon sur ses jambes. L’air de rien je viens déclipser l’attache de son soutien-gorge et dans un effleurement sensuel, je fais glisser les bretelles le long de ses bras, faisant tomber son dessus avant de le balancer plus loin. D’une main dans mon dos j’en fais de même avec le mien, lui laissant pourtant le temps qu’il lui faudra pour prendre l’initiative de retirer mon sous-vêtement. Je ne veux surtout pas la brusquer, petit à petit. Mes doigts reviennent à la recherche de sa chevelure aux reflets cuivrés pendant que ma langue se lie à la sienne, nos souffles devenant de plus en plus courts. « Est-ce que tu veux aller dans la chambre ? » Je veux qu’elle se sente le mieux possible, qu’elle soit à l’aise, qu’elle prenne du plaisir. Je suis venue pour ça, et si pendant un moment j’ai bien cru que je n’y arriverai pas, j’ai fini par toucher des doigts mon but. Dans tous les sens du terme. Elle a encore le droit de reculer, de me stopper, mais je crois comprendre qu’elle n’en a pas du tout envie. « Ellen… » Je souffle son prénom d’une voix sensuelle, charmeuse, histoire de l’inciter à poursuivre ses caresses sur mon corps, faisant grimper la température un peu plus. Agréablement surprise par la tournure des choses, je m’attelle à lui offrir toute la douceur et la bienveillance qui vit en moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Je me surprends à y prendre un certain plaisir, je me surprends surtout à apprécier des gestes auxquels je n’aurais jamais pensé avec une femme, et alors une escort… Je sais qu’elle n’est en aucun cas tenue de coucher avec son client, mais je préfère voir les choses autrement, je préfère voir les choses de façon totalement différente qu’une vulgaire transaction de client à escort, ça me déprimerait. J’ai besoin d’un côté humain, sans doute pour ça que je n’ai pas souhaité enchainer les aventures en apprenant que mon mari était un coureur. J’aurais pu le faire pour le faire chier, pour lui faire du mal et le blesser dans son orgueil de mal, mais ça n’est pas mon genre du tout. « J’adore tes lèvres. » Je ne peux m’empêcher de sourire, tout contre les siennes, le tutoiement me paraît naturel, je n’y ai même pas fait attention. Elle relève mon haut, me le retire, elle sait s’y prendre, comment faire tourner des têtes, même celles qui ne sont pas conquises d’avance. Elle retire mon soutient gorge, m’arrachant quelques frissons au passage, incontrôlable. Je ne sais pas comment elle fait pour ça, mais je dois lui tirer mon chapeau, un peu plus et je me damnerais pour qu’elle continue. Elle détache le sien, je l’ai remarqué, mais j’ai encore besoin d’un peu de temps. Je me sens complètement vulnérable, à moitié nue devant elle, elle a dû en voir tellement des femmes plus belles que moi, plus jeunes surtout, qu’on finit forcément par se comparer aux autres, malgré nous. Ou alors c’est ce manque de confiance en moi qui fait la différence. « Est-ce que tu veux aller dans la chambre ? » « Oui. » Je ne peux rien répondre de plus, la gorge presque nouée de ce moment, je suis aussi hésitante que pleine de désir, j’ai envie d’elle et je ne le pensais pas possible, mais je suis aussi morte de trouille, et si ça se passait mal ? Et pourquoi je me pose autant de questions moi aussi ? « Ellen… » Mon prénom entre ses lèvres, je vrille, dévorée par le désir et me lève en lui tendant la main, la guidant vers la chambre, de laquelle je referme la porte, sans doute pour encore un peu plus d’intimité, chose ridicule puisque nous sommes seules. Je m’assieds sur le lit, la reprenant à califourchon sur moi, comme tout à l’heure, mais de façon un peu plus confortable. Et j’embrasse chacune de ses épaules en faisant glisser ses bretelles. Son soutien-gorge retiré, je peux à loisir remonter mes mains le long de sa colonne, tendrement, du bout des doigts, et embrasse la naissance de sa poitrine, juste sous son cou, c’est déjà un tel pas pour moi… Mais je ne m’arrête pas là, mes bras se referment autour d’elle, non pas pour l’emprisonner, mais m’assurer qu’un moment pareil n’est partagé qu’à deux, et ça me va très bien pour l’instant. Je suis tellement peu sure de moi, que j’ai le sentiment d’avoir besoin de compenser sur tout et rien. C’est bien Ellen, tu mûris. Mon regard croise finalement le sien, et je sais que c’est la fin, elle vient de lire le désir qui se joue en moi et à quel point elle a gagné ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:39


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Je ne voudrais surtout pas brûler les étapes, loin de moi l’envie de brusquer la jolie rouquine au risque de perdre l’avance que j’ai prise à la quête de ce moment charnel à partager à deux. Si le courant n’étais pas aussi bien passé, je n’aurai jamais fait en sorte qu’elle craque sous mes paroles, mes gestes et mon charme que je sais quasiment infaillible. En arrivant, j’ai pris cette soirée comme un véritable défi, défi que je suis en train de relever haut la main. Mais plus encore que ça il y a le côté humain, le partage. Je ne suis plus seulement une escort ce soir, je suis aussi une femme, sur le point de faire s’abandonner une autre femme qui n’avait encore jamais touché une poitrine ou un sexe féminin. Je sais que je dois faire attention et que la moindre inattention, la moindre faille, le moindre doute pourrait se retourner contre moi, et vu l’état dans lequel je suis, la frustration serait horriblement difficile à supporter. Lorsque je demande à Ellen si elle veut aller dans la chambre, je l’entends murmurer un petit mot, trois lettres signifiant par l’affirmative qu’elle se sentirait sans doute mieux dans la chambre. Je la laisse se lever et me cramponne à sa main, la suivant jusque dans la chambre dans laquelle elle nous enferme comme un besoin cuisant d’intimité. Elle s’assied sur le lit et je laisse mon regard couler sur son corps, m’étonnant de la tonicité de son ventre, et même de sa poitrine. Pour une quinqua, elle est vraiment bien foutue. Elle m’attire alors à elle pour me faire retrouver ma place sur ses jambes, à califourchon, et je soupire en sentant mon soutien gorge glisser, libérant ainsi ma poitrine gonflée de désir, mes tétons durcis par l’envie et fortement sensibilités au même titre. Les baisers de la rousse glissent déjà dans mon cou jusqu’à la naissance de ma poitrine et je soupire, laissant de mon côté mes mains dans ses cheveux pendant qu’elle m’entoure de ses bras. Une main sur son visage, je cherche son regard et ses pupilles dilatées me font aisément comprendre le désir qui l’a envahie, pour le moment encore perturbé par la peur de mal faire, je suppose. Je viens chercher ses lèvres à nouveau, et entre deux baisers je lui murmure, complice. « Tu es beaucoup plus douée qu’il n’y parait. » Un sourire et je me presse contre elle, l’incitant à laisser son dos épouser le matelas. Je sens l’incompréhension dans son regard face à ce que je viens de lui dire. « Tu as raté ta vocation, je t’assure. » Ses yeux plissés me font comprendre d’avantage son incompréhension et je me dois de lui montrer plutôt que de lui dire ce à quoi je pense. Je viens alors chercher une de ses mains, mon autre main en appui sur le matelas pour me retenir de lui tomber totalement dessus. Je fais glisser alors sa main à l’intérieur du pantalon en coton qu’elle m’a prêté un peu plus tôt, mais sur mon sous-vêtement, ne voulant pas aller trop vite non plus. Je fais appuyer très légèrement ses doigts contre mon intimité encore protégée par le tissus de mon dessous, mais cette simple pression me fait échapper un soupir d’envie. De là, elle peut clairement sentir à quel point j’ai envie d’elle. « Tout le monde n’arrive pas à me mettre dans cet état, Ellen. » Mon regard ancré dans le sien, je la dévore de mes yeux avant de revenir chercher ses lèvres avec une certaine avidité et un désir cette fois mis à nu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ellen Hamilton
« youth has no age »

» messages : 85
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:40


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Tout ceci a un goût de défi, et ça me perturbe, autant que ça me motive. Il en faut pour me faire changer d’avis sur un sujet auquel j’ai pourtant cru dur comme fer durant plus de 50 ans. Les femmes, ça n’était pas mon truc et je n’en n’ai même jamais regardée une, sans pour autant ne pas savoir les trouver belles. Je sais reconnaître la beauté d’une femme, mais de là à en imaginer d’avantage, pas vraiment. Aurais-je été trop enfermée dans mes certitudes ? Sans chercher même à savoir comment ça pourrait se passer ailleurs ? Je ne sais pas, j’ai eu une éducation très claire, les conventions, la bienséance, et puis j’ai fini par prendre le gauche quand je n’avais pas le droit une fois ado mais ça n’a pas tout fait non plus. Je me suis sans doute habituée à penser d’une certaine façon, qui me rassurait, point barre. Comme des œillères, moi qui me pensait pourtant très ouverte… « Tu es beaucoup plus douée qu’il n’y parait. » Je ne sais pas comment je dois le prendre, mais je la laisse m’allonger sur le matelas, mon dos retrouvant un confort et une odeur familière, celle de mes draps. Je suis en terrain conquis, je devrais être rassurée, mais ce qui se passe dans cette chambre est pourtant tout nouveau pour moi. « Tu as raté ta vocation, je t’assure. » « Tu voudrais me faire croire que je me suis fourvoyée tout ce temps-là ? » Sur le ton de la rigolade, bien sûr, histoire de détendre l’atmosphère, mais je me vois vite rattrapée par ses gestes et ce qu’elle tente de me faire comprendre. Bordel de Dieu, je ne suis pas censée jurée, mais franchement, le conventionnel ce soir, je m’en fous !

Elle préfère me montrer par des gestes, depuis le début de la soirée, elle n’est que tentative de corruption et autre stratagèmes pour me prouver ce que j’ai pu manquer. Ma main se retrouve guidée par la sienne, à l’intérieur du pantalon que je lui ai prêté tout à l’heure. Ma main rencontre son intimité, protégée à peine par un bout de tissu, et rapidement, je sens en ses gestes sa demande. A mon tour, j’applique de douces caresses à l’intérieur de ses cuisses, étant une femme, je suis plus à même de comprendre ce qu’elle peut ressentir et ce dont elle peut avoir envie. Je comprends que l’envie est partagée, et je ne me fais pas prier pour accentuer mes caresses, dans un mouvement de poignet très équivoque. Je la sens prête, pleine de désir, et c’est très troublant de savoir d’instinct qu’une femme est prête à aller plus loin. Un homme, ça se comprend de façon physique, une femme, j’ai l’impression que c’est plus basé sur la pensée, sur l’échange, et la compréhension mutuelle. Un soupir plus bruyant que les autres et je sens que c’est à moi d’improviser, et cette fois-ci je franchi la barrière de tissu pour caresser son intimité la plus profonde, et je la sens… plus que prête. Son souffle vient mourir dans mon cou et une main prend appui sur sa nuque alors que l’autre explore sa féminité, de façon délicate, mais dans la retenue dans un premier temps, tandis que je ne remarque même pas que ma position change de façon à épouser totalement la forme de son corps du mien. Un doigt aventureux trouve sa place au plus profond d’elle-même à présent, et quand enfin je me laisse guider par mon propre désir, deux de plus trouvent leur chemin à l’intérieur de ses cuisses, tandis que mes lèvres se scellent aux siennes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oxana Davidov
« behind blue eyes »

» messages : 86
» inscrit le : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   Ven 19 Mai - 17:40


Frienship and problems
Ellen & Oxana

Il y a le ressenti, mais il y a les mots aussi. C’est la première fois que cette femme se laisse aller dans les bras d’une autre femme, et plus encore, la première personne avec qui elle passe un moment charnel en dehors de tout ce qu’elle a vécu avec son ex-mari. Elle n’a rien vécu d’autre, et même si je me sais en général à la hauteur, j’ai quand même cette angoisse latente qui me pousse à me surpasser pour qu’elle se sente à l’aise. Je ne veux en aucun cas la brusquer, je me doute qu’elle n’a pas confiance en elle et c’est légitime. Toute nouveauté fait peur, c’est le propre de l’être humain, mais c’est aussi terriblement excitant quand on y pense. Précipitées au bord du vides, nous devons choisir entre nous retenir coûte que coûte, ou nous laisser tomber. Si ce vide s’apparente au plaisir que nous pourrions ressentir alors je ferai tout pour qu’Ellen sombre avec moi. De quelques paroles, je tente de la rassurer sur ses gestes, lui faire comprendre qu’elle est plus douée qu’elle le pense. « Tu voudrais me faire croire que je me suis fourvoyée tout ce temps-là ? » Je souris de plus belle en secouant sensiblement la tête, et je viens à nouveau chercher ses lèvre pour la faire taire, pour ne pas qu’elle continue de dire de telles bêtises. Mais très vite, je lie les actes à la paroles pour lui montrer simplement à quel point elle est capable de me mettre dans des états pas possibles. Iris plantées dans les siennes, je cherche à sonder son âme pour en tirer le plus beau de ce qu’elle aurait à m’offrir. J’entends son coeur battre à tout rompre, guidé par sa respiration saccadée, et c’est à moi de soupirer en sentant ses doigts me caresser d’avantage. Ce n’était pas nécessairement mon but, je voulais simplement lui montrer à quel point elle me faisait de l’effet. Contre toute attente, la quinqua choisit de prendre une initiative en franchissant la barrière de mon sous-vêtement, glissant ainsi ses doigts sur ma féminité humide et brûlante à son simple contact. Un premier gémissement incontrôlé et je laisse mes dents se refermer sur ma lèvre inférieure, paupières closes un instant le temps d’apprécier ce nouveau contact. Un de ses doigts se faufile en moi et mon corps monte en température. Je ne résiste pas à l’envie d’aller chercher ses lèvres à nouveau, sentir son bassin se relever comme pour danser avec le mien, et un nouveau gémissement s’extirpe de mes lèvres lorsque je sens deux autres de ses doigts me pénétrer, pour mon plus grand plaisir. « Mon Dieu Ellen… » Je peine à continuer de l’embrasser, trop préoccupée par mon coeur que je sens battre jusque dans ma féminité. Je me presse un peu plus contre elle, ondulant toujours mon bassin pour chercher le contact du reste se sa main sur ma féminité tout entière, mais je la sens étriquée et quant à moi, je peine à respirer dans ce pantalon. « Attends… je meurs de chaud ». Je l’embrasse et me redresse, la laissant retirer sa main de mon pantalon, à regret, avant de me relever, toucher terre et faire glisser le coton le long de mes jambes jusqu’à le retirer totalement, m’offrant totalement nue. « Laisse-moi faire. » Je me penche au dessus d’elle, mes pieds toujours bien ancrés sur le sol, et j’embrasse d’abord très légèrement sa poitrine, la caressant délicatement de mes doigts habiles, laisse ma langue parcourir l’extrémité durcie de ses seins, puis je descends plus au sud, embrassant son ventre étonnement tonique pour son âge, avant d’agripper de mes mains son pantalon que je fais glisser, au même titre que son sous-vêtement, le long de ses cuisses, pour finir par lui retirer totalement. Désormais mise à nue, je lui épargne mon regard, j’aurai sans doute trop peur qu’elle l’interprète d’une manière déformée. Au lieu de ça je viens à nouveau plaquer mon corps désormais nu contre le sien, partageant la chaleur de ce dernier, et nous nous positionnons plus au centre du lit, nos jambes entrelacées et nos lèvres s’épousant pour mon plus grand plaisir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Friendship & Problems [Oxana]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Friendship & Problems [Oxana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Celga
» Petit jeu de Noel
» 405 SRDT 155.000km = 2000€ VENDUE
» My Little Pony : Friendship is magic
» Ma collection G5 Friendship is Magic - Twilight67

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-