AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Lun 18 Sep - 19:56

J’essaie de la rassurer, de la guider aussi un peu, même si c’est pas simple pour moi. J’aurai aimé avoir quelqu’un à qui parler quand j’ai compris que les hommes ne me satisfaisaient pas, que j’avais besoin d’autre chose, et que c’est le corps des femmes qui me l’ont apporté, plus tard. Elly est encore jeune, elle a le temps de savoir ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas, et je ne peux pas prendre la décision pour elle. Son couple est en danger, et loin de moi l’idée de retirer à mon ex compagnon la femme qu’il aime. J’en ai déjà fait bien assez pour pourrir sa vie, je ne vais pas en rajouter une couche. J’essaie pourtant de faire ouvrir les yeux de la jeune femme quant à ses envies, faire la part des choses entre la curiosité et l’envie profonde. Elle doit faire un choix, mais je ne peux pas le faire pour elle. Je suis déjà l’initiatrice de ce trouble en elle, je ne vais pas non plus prendre la décision à sa place. Posant ma main à plat sur le haut de sa poitrine, je lui intime de choisir grâce à son coeur, et rien d’autre. Ni son esprit, ni son désir, simplement son coeur. Elle ferme les yeux et je la sens se concentrer. Je ne sais pas ce qu’il se passe dans sa tête, ni même dans son coeur, mais ça tambourine à une vitesse folle. Mais avant que je n’ai eu le temps de prendre une nouvelle respiration naturelle, les yeux de la jeune femme s’ouvrent à nouveau, épousant mes iris, avant que ce ne soient ses lèvres qui viennent épouser les miennes, à nouveau. J’hésite à lui rendre son baiser, je sais que c’est loin d’être une bonne idée, je m’en veux déjà de la laisser faire mais c’est plus fort que moi. Mes doigts entrelacent ses siens et je soupire contre ses lèvres, nos langues se cherchant avec de plus en plus d’envie. Je perds mon souffle et sa main dans le creux de ma nuque me rend folle, je vais devoir faire en sorte qu’elle ne comprenne jamais que cet endroit me fait chavirer en une fraction de seconde. Mais la raison l’emporte et alors que je venais de glisser une main sur sa joue, je mets un terme à notre baiser, ma respiration anarchique. Je viens poser mon front contre le sien, nos souffles se mêlant encore, mon pouce caressant doucement sa joue, et les yeux clos comme pour essayer de prendre un peu de recul. « Elly… » Un souffle, plus brûlant que je ne l’aurai voulu. « On peut pas faire ça… » Je me pince les lèvres et me fais violence pour me reculer et poser sur elle un regard désolé. « Je peux pas, j’ai déjà compliqué la vie de Luke bien assez pour en rajouter une couche et lui voler une partie de ce qui le rend heureux. » Je caresse à nouveau sa joue, sentant la déception dans son regard. « Si ton choix est fait, tu n’auras pas de mal à trouver quelqu’un pour assouvir cette curiosité, je n’en doute pas… tu es tellement… » Je me mords l’intérieur de la joue pour m’empêcher de terminer. « On ferait mieux d’aller se coucher, il est tard. » Je déglutis avec difficulté quand je remarque le regard de la jeune femme briller comme si elle allait pleurer. Pitié non. Je dépose un baiser sur sa main, celle là même que je serrais et dont mes doigts étaient emmêlés aux siens. « Viens, je vais te montrer la chambre de Maé. » Je me lève et lui fais signe de me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Lun 18 Sep - 21:55

Depuis que j’ai croisé le regard de cette blonde, ma vie prend une tournant nostalgique de ma liberté envolée il y a neuf mois, mon esprit est inondé par des images anormales mais pas pour le moins désagréable, mais avant tout, je suis incapable de ne pas céder à mes pulsions. Ce soir encore, alors qu’en début de soirée j’hurlais que je ne voulais plus que la blonde me touche, c’est de mon initiative que je me contredis et que mes lèvres se déposent à nouveau sur les siennes. Je ne sais pas réellement pourquoi j’ai tant besoin de contact avec elle, de sa tendresse, de ses mots, de son affection. Je m’autorise à dire que je ne me serais jamais laissée approcher par une femme si ce n’était pas elle. J’accentue davantage le baiser que je lui offre, et je suis heureuse de voir qu’elle le prolonge elle aussi, nos langues s’emmêlant au même titre que nos doigts. Ma main dans sa nuque appuie sur cette dernière afin de la rapprocher de moi, et quand la main d’Eden se pose sur ma joue, je frissonne de plus belle. Nos lèvres se séparent, quand nos fronts se rencontrent et j’en profite pour reprendre ma respiration. « Elly… » Je déglutis, j’ai un mauvais pressentiment et je n’aime pas ça. « On peut pas faire ça… » Mes yeux encore noyés dans les siens, je ne réagis pas immédiatement. « Je peux pas, j’ai déjà compliqué la vie de Luke bien assez pour en rajouter une couche et lui voler une partie de ce qui le rend heureux. » Son pouce caressant ma joue anéanti sans doute ma déception, mais je la ressens malgré tout comme un réel poignard. « Si ton choix est fait, tu n’auras pas de mal à trouver quelqu’un pour assouvir cette curiosité, je n’en doute pas… tu es tellement… » Elle ne semble pas comprendre, ce n’est pas avec une autre personne que je souhaite assouvir cette curiosité, mais avec elle. Je ne suis pas sûre d’être réellement bisexuelle, je pense même que je me l’autorise qu’avec elle. C’est une sensation étrange, je ne sais pas quoi lui dire, comment réagir. « On ferait mieux d’aller se coucher, il est tard. » Mon regard luisant d’émotion croise le sien, je n’ose rien dire et me mord la lèvre inférieure. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me repousse encore une fois, mais cette fois-ci, ce n’est pas le dégout de notre acte qui s’invite en mon for intérieur mais le dégout de moi-même. C’est quoi mon problème au juste ? J’embrasse mal, sans doute ça. Je suis frustrée, je crois que je ne l’ai jamais été à ce point. « Viens, je vais te montrer la chambre de Maé. » Toujours en silence, je me lève afin de la suivre même si je sais très bien où est la chambre de Maé. Je déglutis plusieurs fois et la suis presque en traînant des pieds, je soupire, j’ai l’air d’une gosse à qui on vient de dire non je suis pathétique. Quand nous arrivons devant la chambre de la petite fille, je relève le regard vers Eden. « C’est moi qui ai un problème ou tu penses vraiment que cette curiosité n’est pas liée à ta personne même ? » Je me mord à nouveau la lèvre, déglutis, et c’est le regard humide que je continue. La fatigue, l’émotion, la frustration n’arrange rien. Une enfant. « J'ai pas envie de dormir. Va te coucher si t'es fatiguée, mais moi j’en suis incapable. » Je me tourne dos à elle en posant la main sur la cliche de la porte de la chambre. « Et tu m’as dit de ne pas penser à Luke, ni à ma famille et de penser qu’à moi-même, alors tache de faire la même chose. » Je déglutis à nouveau, j'ai honte de moi, j'agis comme une adolescente. Catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Mer 27 Sep - 17:17

Je me déteste déjà de prendre cette décision, c’est infernal et à peine mes lèvres séparées des siennes j’en ressens déjà le manque. Je peine à retrouver mon souffle et m’efforce de garder le esprit clair. Je ne voulais pas qu’on en arrive là, je ne voulais pas qu’Elly voir en moi cette femme qui pourra lui ouvrir les yeux sur sa sexualité, sur sa curiosité. Elle est la petite amie de mon ex, le père de ma fille, et je me vois mal me laisser aller dans les bras de la jeune femme et ainsi détruire la vie sentimentale de Luke. D’ailleurs, c’est l’excuse que je donne à la jeune femme sans tarder, sentent pourtant au fond de moi que je regrette déjà mon geste. Je suis partagée entre la raison et la passion, et je choisis la raison alors que quelques minutes plus tôt je demandais à la jeune femme de choisir avec son coeur. Le mien lui, tambourine à une vitesse folle dans ma cage thoracique à m’en décoller les poumons. Je tente de faire fi de cette chaleur qui vient de me réchauffer le corps. Soupirant légèrement pour moi même, je lui propose d’aller nous coucher et me lève pour la guider jusqu’à la chambre de ma fille qui heureusement a déjà un lit de grande. «  C’est moi qui ai un problème ou tu penses vraiment que cette curiosité n’est pas liée à ta personne même ? » Je me tourne vers elle tout en assimilant ses propos et donc sa question. « Je pense que... je pense que je suis à l’initiative de tes doutes mais que non, ce n’est pas lié qu’à moi. » je l’espère en tout cas, parce que je crois que je me sentirai vraiment mal d’avoir mis le trouble dans sa tête alors que ce n’était pas la mon intention. Je vois que son regard devient luisant, et elle se mord la lèvre, encore. « J'ai pas envie de dormir. Va te coucher si t'es fatiguée, mais moi j’en suis incapable. » Mon coeur se serre de la voir aussi désemparée. Je reste interdite quelques secondes, ne sachant pas quoi répondre à ça. « D’accord. » Quoi répondre d’autre après tout ? Je ne dois pas changer d’avis, je me fais même violence. Je me tourne pour aller en direction de ma chambre mais m’immobilise lorsqu’elle prend à nouveau la parole. « Et tu m’as dit de ne pas penser à Luke, ni à ma famille et de penser qu’à moi-même, alors tache de faire la même chose. » Je serre les mâchoires un instant, touchée par ses paroles parce que je sais pertinemment qu’elle a raison. Mais je suis incapable d’appliquer mes conseils à moi même. Fais ce que je dis et pas ce que je fais, je suis ridicule. « Bonne nuit Elly. » Je suis lâche, je n’assume pas mes paroles et une partie de moi regrette d’avoir semé le trouble en elle. L’autre partie de moi regrette d’avoir mis un terme à notre échange langoureux un peu plus tôt. Sans un mot de plus je vais directement dans ma chambre, me change et me mets au lit. Les heures passent et je ne trouve pas le sommeil, encore moins quand j’entends le lit grincer dans la chambre voisine. Maé ne bouge pas lorsqu’elle dort, mais je devine le sommeil instable voire inexistant d’Elly. Elle se lève et je reste attentive à ses pas, aux bruits de l’appartement. Elle va aux toilettes et en repassant devant la porte je l’appelle. Elle s’immobilise devant la porte de ma chambre. « Tu veux pas venir dormir avec moi ? Je vais devenir folle avec les grincements du lit de Maé... » Je sens l’hésitation et je la comprends, je ne lui en voudrait pas qu’elle refuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Mer 27 Sep - 18:43

J’ai rarement ressenti une frustration aussi forte, mais quand Eden me repousse, les émotions et les sentiments se mélangent. La colère, la haine presque de ce refus. L’étonnement et l’incompréhension. L’euphorie de l’interdit, l’excitation. Tant de sentiments contradictoires s’entrechoquent dans mon esprit, et plus la blonde débite ses paroles m’expliquant que je vais trouver facilement une personne pour combler cette curiosité, je ne peux m’empêcher d’être ahurie. Elle se moque de moi ? Est-elle si idiote, si naïve à ce point ? Ma déception est immense, et je tente de ne pas être trop violente, alors je me contente de me taire. Elle m’ordonne presque d’aller me coucher, et je ne répond pas, restant silencieuse alors que je me lève pour la suivre vers la chambre de sa fille. J’aurais mieux fait de trouver un hôtel. Je me tourne vers elle et lui demande froidement si elle est vraiment naïve au moins de croire que ma curiosité n’est pas liée à elle même. Je n’ai pas envie de coucher avec une femme. J’ai envie de faire l’amour avec cette femme, et la nuance est énorme. « Je pense que... je pense que je suis à l’initiative de tes doutes mais que non, ce n’est pas lié qu’à moi. »  Je ris, nerveusement sans doute, et soupire. Je ne sais pas si elle fait exprès pour m’empêcher de lui sauter dessus, mais quoi qu’il en soit, j’ai bien compris qu’elle voulait que je m’en aille. Je lui indique que je ne suis pas fatiguée, sous entendant qu’elle n’a pas à me dire ce que j’ai à faire. « D’accord. » Je ne répond pas et me contente de me tourner afin d’ouvrir la porte de la chambre. Je prend à nouveau la parole sans me tourner vers elle cette fois-ci, et lui rappelle les conseils qu’elle m’a demandé de suivre quelques instants plus tôt, et qu’elle ne s’applique même pas à elle même. Elle est pathétique, et le silence de sa réponse me montre qu’elle ne s’attendait sans doute pas à ce que je lui dise pas. « Bonne nuit Elly. » Je ne répond pas et rentre dans la chambre enfantine avant de fermer brusquement la porte derrière moi, et de me laisser glisser contre cette dernière pour me mettre en boule. Je suis complètement idiote. C’est pire que ça. Je suis carrément naïve, idiote, conne, et tous les adjectifs négatifs s’en suivent. Je reste plusieurs minutes par terre, les yeux humides qui s’empêchent de pleurer, et je termine par me relever. Je retire mon pantalon afin de garder uniquement mon sous-vêtement et mon t-shirt, et me glisse dans le lit. Il est petit. Je n’ai plus l’habitude de dormir dans aussi peu d’espace, et le fait qu’il soit contre le mur n’arrange rien du tout. Je me cogne une fois, deux fois, trois fois. Je bouge trop, je suis incapable de trouver le sommeil et mon coeur bat à cent à l’heure, de ma frustration, de ma colère, et je m’énerve même avec la couverture que je jette d’un coup de jambe à l’autre bout de la pièce. Merde, je perd mes moyens et j’aime pas ça. Je me lève, marche un peu dans ma chambre et les heures passent et se ressemblent toutes. Elles sont interminables. Je tapote du pied en essayant d’être quand même un minimum calme. Je bois l’intégralité de ma bouteille d’eau, et j’arrive peu à peu à retrouver un semblant d’attitude convenable, moins énervée. Je continue de marcher pour essayer de me détendre, puis sors de la chambre afin de me diriger vers les toilettes. Je fais ce que j’ai à faire, puis prend la direction de la chambre, mais c’est sans compter une voix qui m’appelle. « Tu veux pas venir dormir avec moi ? Je vais devenir folle avec les grincements du lit de Maé... » Je fronce légèrement les sourcils, hésitante. En un sens j’ai envie de dire non juste pour me venger de tout à l’heure, mais ce lit est plus grand et… « Ouais, ok. Ça me rendait dingue aussi. » Je soupire, je détourne la véritable raison de ma folie qui n’est autre que cette femme elle même, et m’approche du lit, oubliant que je suis toujours en petite culotte/t-shirt. Je m’assied à ses côtés, et ma respiration s’accélère à nouveau. « Eden. » Je me retourne vers elle, et je déglutis avant de me raviser. J’ai simplement envie de lui sauter dessus, encore et encore, c’est du n’importe quoi. « T’es sûre que c’est une bonne idée si on dort ensemble ? » Sous-entendu, t’as pas peur que je te viole pendant la nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Jeu 28 Sep - 14:26

Je m’en veux de l’envoyer se coucher de cette façon après cette discussion, après ce nouveau baiser. Mais je sais que si je reste avec elle plus longtemps, je pourrai faire une bêtise, et j’essaie simplement d’être la plus raisonnable de nous deux. Je suis la plus vieille et je me dois de mettre de la distance lorsqu’il faut en mettre une. Je dois la protéger, me protéger. Je ne veux surtout pas qu’elle bouleverse sa vie simplement parce que j’ai émis un doute en elle. Je m’en veux aussi pour ça, ce soir là, j’aurai mieux fait de fermer ma gueule. Une fois devant la porte de la chambre de ma fille, la jeune femme me fait une piqure de rappel concernant mes propres mots. Mais je ne réponds rien, préférant fuir plutôt que d’accepter. Je ne dois pas assumer l’attirance que j’ai pour elle, elle n’est pas saine. Je préfère alors fuir pour rejoindre ma chambre, mon lit. Je me déshabille et enfile ma nuisette en satin sans rien en dessous. Mais le sommeil ne vient pas, je tourne et retourne, j’entends tous les bruits dans la chambre de Maé. Elly tourne en rond, elle se lève, se recouche, gigote, et moi je culpabilise. Alors lorsqu’au milieu de la nuit elle se lève pour aller aux toilettes, j’en profite pour lui proposer de venir dormir dans mon lit. Je ne me rends pas immédiatement compte de mon erreur. Elle hésite, sa réponse tarde à venir. « Ouais, ok. Ça me rendait dingue aussi. » Elle pousse la porte, ses pieds font grincer le parquer légèrement sur son chemin, et je me décale dans le lit pour lui laisser de la place. Elle s’assied sur le bord du lit, dos à moi, je ne vois que sa silhouette dans la pénombre, les reflets de la lune passant par les fenêtres en contre jour ne me laissent pas le loisir d’apprécier les traits de son visage. « Eden. » Elle se retourne et je devine son visage angélique à peine éclairé. Je crois n’avoir besoin de lui répondre, je sais que la suite viendra. « T’es sûre que c’est une bonne idée si on dort ensemble ? » Je souris, elle ne peut sans doute pas le voir mais mon petit souffle amusé traduit assez bien le fond de mes pensées. « Le lit est assez grand pour qu’on n’ait pas à se toucher. Tu dormiras mieux ici, sinon tu as toujours l’option canapé, mais je suis pas sûre qu’il soit très confortable. » Je me tourne en direction de la table de nuit pour allumer l’écran de mon téléphone et regarder l’heure. « Il est trois heures. Faut dormir maintenant. » Je la laisse se glisser sous les draps sans rien dire, elle est si loin qu’on dirait qu’elle va tomber à tout moment, je crois même que l’espace entre son corps et le bord du lit est réduit à néant. « Je peux mettre un peu de musique ? Ça m’aide à m’endormir. » Elle acquiesce et je branche mon téléphone en bluetooth pour mettre de la musique de relaxation, tout bas, juste en fond pour essayer de me calmer. Elly ne bouge pas d’un centimètre, je suis concentrée sur sa respiration et je sais qu’elle ne dort pas, son souffle n’est pas serein. « Tu veux que j’aille dormir dans le canapé ? » Je cherche toutes les solutions possible pour qu’elle puisse dormir. Moi je ne bosse pas demain, mais elle oui, et je doute qu’elle soit opérationnelle avec une nuit blanche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Jeu 28 Sep - 20:44

J’en veux terriblement à Eden de m’avoir repoussé, j’avais réellement envie d’elle et la frustration n’est pas belle à voir. J’en deviens presque violente avec mes mots, et je claque la porte de ma chambre. J’ai juste envie d’hurler, de pleurer presque et d’ailleurs, je suis à deux doigts de le faire. Je suis en colère, contre Eden, contre moi même, contre Luke qui m’empêche cette curiosité, presque même contre ma fille qui m’a inconsciemment empêché de retourner chez moi ce soir. Le lit de la petite fille grince, et il est trop petit alors je me lève afin d’éviter d’hurler et d’exploser tout ce qui se trouve autour de moi. Je suis intenable, je marche, je marche, je pleure même un peu, je bois de l’eau. Quand je sens que je me calme doucement, je souffle un bon coup avant d’aller au toilette, et quand j’en ressors, c’est la blonde qui m’interpelle. Je passe ma tête dans l’angle de la porte de sa chambre, et elle me demande de dormir avec elle, se justifiant par le lit grinçant de Maé. Je soupire, réfléchis quelques secondes et je capitule avant de me glisser à côté d’elle. Je me tourne un peu, et lui demande si elle est certaine que ce soit une bonne idée si nous dormons ensemble. J’ai juste envie de sauter sur son corps, d’embrasser ses formes parfaites, ma frustration est trop grande pour y résister et pourtant, quelque chose m’en empêche. « Le lit est assez grand pour qu’on n’ait pas à se toucher. Tu dormiras mieux ici, sinon tu as toujours l’option canapé, mais je suis pas sûre qu’il soit très confortable. » J’hausse les épaules et hoche la tête. La toucher ne me dérangerait pas. Mon dieu je perd vraiment la tête. Je deviens catastrophique, minable. « Il est trois heures. Faut dormir maintenant. » J’hoche la tête, et je me glisse plus confortablement sous les draps, presque à la limite du sol. D’ailleurs, mes genoux repliés sur eux même sont dans le vide. « Je peux mettre un peu de musique ? Ça m’aide à m’endormir. » Je me contente d’hocher la tête, et je ferme les yeux afin de me concentrer sur la musique relaxante qu’elle vient de mettre en route. Pourtant, le sommeil ne vient pas. La respiration de la blonde me rend dingue. La proximité de son corps ne m’aide pas à me calmer davantage. Je respire, essayant de me calmer et de me retenir un maximum. Je n’ose pas même bouger, car je sais qu’à la seconde où mon corps effleurera le sien, que je perdrais tous mes moyens. « Tu veux que j’aille dormir dans le canapé ? » Je me retourne afin de plonger mes yeux dans les siens, et je secoue vivement la tête et prend la parole avec une voix bien trop sensuelle, malgré moi. « Non, reste avec moi. » Mes yeux dans les siens, je lui offre un léger sourire avant de glisser mes doigts délicatement sur son front afin de lui retirer une mèche rebelle. Je laisse ma main sur sa joue, et recommence à parler, sans doute pour me détendre. Elle est tellement douce. Putain. « Eden je… tu sais je… » Je détourne mon regard quelques instants, avant de plonger à nouveau dans l’abîme de ses iris. « J’ai envie de te faire l’amour… » Je me surprend à lui avouer ça, mais il faut croire que la fatigue et la frustration ne m’aident guère. Je découvre une nouvelle facette de ma personnalité, et elle n’est pas pour me déplaire. Je glisse délicatement mon pouce contre sa lèvre inférieure, et je chuchote. « Tu peux pas me laisser dans cet état Eden, je t’en supplie, aide-moi, libère-moi. » Je suis sincère. J’ai envie d’elle. Envie de la découvrir sous un autre angle. Je ne sais pas où est Luke, ni même ma fille en cet instant, mais ce n’est certainement pas dans mon esprit. J’espère sincèrement qu’elle ne va pas me repousser cette fois. « Embrasse moi… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Ven 29 Sep - 10:15

Je ressens son désir jusque là, il me fait frémir mais je suis la plus responsable de nous deux visiblement, et je me dois de camper sur mes positions. Je ferme les yeux, cherchant à me concentrer sur la musique qui d’habitude m’aide à me recentrer, et m’endormir après un petit exercice de relaxation. Mais là, c’est tout bonnement impossible. Mon ouïe ne se concentre que sur sa respiration et je ne parviens à rien. Finalement, je lui propose d’aller dormir sur le canapé. Il n’est peut-être pas très confortable, mais au moins là bas, je ne serai plus en sa présence. Présence qui me met dans tous mes états, malgré moi. « Non, reste avec moi. » Sa voix suave fait rater un battement à mon coeur. Merde. Elle se retourne pour me faire face, plus proche, trop proche. Je tourne la tête vers elle pour la regarder et je vois arriver sa main, glissant ses doigts sur mon front pour en retirer une mèche de cheveux, et voilà qu’elle caresse ma joue. Mes yeux se ferment malgré moi pour accueillir ce geste qui me fait frissonner. « Eden je… tu sais je… » Je la regarde, son visage s’abaisse légèrement, et moi je me cramponne à la couette que je tiens fermement sur ma poitrine. J’appréhende la suite de sa phrase, je sais que je n’ai pas les nerfs assez solides pour lui résister. Je le sais. « J’ai envie de te faire l’amour… » J’écarquille les yeux. Mon dieu, elle vient vraiment de prononcer cette phrase ? Mon coeur s’est emballé d’un seul coup et mon corps a grimpé de quelques degrés, sans compter mon bas ventre qui s’affole déjà rien qu’à cette pensée. Putain du calme Eden. Je ne la quitte pas des yeux et déjà son pouce glisse sur mes lèvres, lèvres qui s’entre ouvrent à son passage pour laisser passer un souffle chaud et plus rapide qu’il ne le devrait. Bordel. « Tu peux pas me laisser dans cet état Eden, je t’en supplie, aide-moi, libère-moi. » Cette fois je ferme les yeux, je ne peux pas entendre ce qu’elle vient de me dire, je dois lui dire non, je dois… « Embrasse moi… » Merde. Les dernière barrières de mon esprit sautent et je me décale pour venir m’emparer de ses lèvres. Il est trop tard, j’en ai trop envie et elle aussi. Impossible de résister cette fois. J’ai assez donné. Mes mains encadrent son visage et mes lèvres dévorent déjà les siennes avec une envie non dissimulée. Mes jambes viennent chercher les siennes, mon pied remonte le long de son mollet et je libère une de mes mains pour la faire glisser dans le creux de ses reins et ainsi l’approcher de moi d’avantage. « On devrait pas faire ça… » Quelques mots murmurés entre deux baisers ardents. La raison s’est envolée, je ne contrôle plus rien, ne pense plus à rien. Je sais que je devrais arrêter maintenant si je ne veux pas le regretter. Mais il est trop tard. Je suis déjà fiévreuse d’envie, et Elly se trouve être dans le même état. Je la fais rouler pour me mettre au dessus d’elle, je ne réfléchis plus, ma main passe sous son t-shirt pour m’emparer de sa poitrine et je grogne contre ses lèvres. Je sais même pas comment j’ai réussi à me retenir aussi longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Ven 29 Sep - 21:20

Je savais bien que ce n’était pas une bonne idée de la rejoindre dans sa chambre, mais je n’ai pas réussi à refuser. L’envie, la frustration et mon excitation étaient bien trop grandes pour que je refuse sa demande alors c’est avec tendresse et timidité que je me glisse à ses côtés. Je me place parallèlement au bord du lit, le corps presque dans le vide, comme si toucher la blonde était un péché mortel. Je sens bien qu’Eden n’est pas à l’aise, alors quand elle me demande pour mettre de la musique, je ne peux rechigner. La musique est douce, et en temps normal, je sais que je n’aurais pas eu de mal à m’endormir mais ce soir, j’ai l’esprit ailleurs. L’esprit vers elle, l’esprit presque en elle. Je n’ose pas bouger, et je reste immobile en me concentrant sur sa respiration, son cœur qui bat et ses moindres mouvements. Les minutes passent, plus longues à chaque fois, et mon esprit s’embrouille davantage. Je ne sais pas quoi faire, ma frustration me rend dingue, cette femme me rend dingue. Quand Eden me propose de partir, je me retourne contre elle et refuse immédiatement, avec une voix peut-être un peu trop sensuelle d’ailleurs. Hésitante, je juge indispensable de lui parler de mes ressentis, et c’est avec un charme insensé que je lui avoue mon désir le plus profond, lui faire l’amour. Je ne me reconnais pas, et je glisse doucement ma main vers son visage afin de lui enlever une mèche de cheveux, en la suppliant de m’aider, de s’offrir à moi. Je glisse délicieusement mon pouce sur ses lèvres, et le souffle qu’elle laisse échapper me fait frissonner. C’est à cet instant que je décide de lui faire part de ma dernière demande, celle de m’embrasser. Je ne suis on ne peut plus sincère, et mon regard cherche la douceur du sien. Si la blonde semble hésitante, quand ses lèvres se posent sauvagement sur les miennes, je ne peux m’empêcher de lâcher un doux soupir chaud de satisfaction, de délivrance. Ma frustration n’est plus, et les doigts de la blonde agrippant mon visage me font hurler intérieurement de plaisir. Nos langues se mêlent à une danse que je ne connaissais pas, tandis que mes jambes effleurent celles de ma partenaire. Mon corps entier sue, la chaleur avoisine désormais la canicule et l’émotion que je ressens dans mon bas ventre est exquise.  « On devrait pas faire ça… » Je mord sauvagement la lèvre inférieure d’Eden pour la faire taire, et mes mains s’aventurent à la limite de sa poitrine, cadeau divin pour moi ce soir. « Ne dis rien. » Je sais très bien qu’à la seconde où elle se mettra à réfléchir, et moi aussi d’ailleurs, que ce moment ne sera plus autant fabuleux à nos yeux. L’interdit rend parfois les évènements bien plus excitant, et c’est ce que nous vivons en ce moment même. Nos lèvres s’unissent à nouveau tandis que la blonde me fait basculer sur le côté afin de se placer au-delà de mon corps, et mes jambes encadrent déjà son bassin afin de limiter la distance et accentuer notre proximité. Les baladeuses de la blonde se glissent sous mon vêtement afin d’attraper ma poitrine, et le grognement qu’elle hurle me fait frissonner de plaisir. Mes tétons durcis par le désir et les sensations qu’elle me procure font monter encore et encore la température, alors que je fais glisser à l’aide de mes mains la nuisette de ma divinité à la limite de sa poitrine. Je meurs, de chaud, d’excitation mais aussi d’une envie inconsciente que je suis en train de combler. Finalement, ça valait peut-être le coup d’attendre. Mes lèvres ne se séparent jamais des siennes, mon souffle arrive à un point de non-retour et mes mains se glissent timidement sur le corps d’Eden. Elle semble être ce soir la plus douce des récompenses qui ne m’ait jamais été offerte, et mon esprit n’est plus, alors que mon cœur semble être. Être enfin lui-même. Enfin celui qu’il voulait être. Enfin serein. Enfin heureux. Je me surprend même à mordre davantage les lèvres de ma voisine afin de lui montrer à quel point j’ai envie, besoin même, d’aller plus vite dans ce voyage. Au bout de quelques minutes seulement, qui m’ont paru une éternité pourtant, je sépare d’un demi centimètre nos lèvres afin de reprendre ma respiration. « Eden… » Son prénom tel un supplice, telle une offrande murmuré au coin de mes lèvres traduit de l’envie que j’ai pour elle. De son corps, de sa personne, de ses lèvres, et sans doute, de bien plus encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Dim 1 Oct - 23:55

Je sens ses dents se refermer sur ma lèvre inférieure et je soupire de sentir le désir en elle autant qu’en moi. Je n’ai pas eu besoin de le ressentir, elle me l’a clairement exprimé, mais il était tout de même difficile de ne pas le sentir, qu’on se le dise. J’essaie de me persuader que ce n’est pas une bonne idée, un dernier essai de la part de ma raison en voyant toutes les barrières s’envoler, la passion prenant le dessus. « Ne dis rien. » Un nouveau soupire s’extirpe lorsque je sens ses mains s’aventurer dans mon décolleté, à la naissance de ma poitrine. Je ne perds pas de temps, laissant le désir se propager en moi, je prends le dessus pendant qu’elle entoure mon bassin de ses jambes. Mes mains trouvent rapidement le chemin d’une partie de sa féminité, sûrement celle que je préfère sur le corps des femmes. Ses seins sont parfaits, je n’ai pas encore eu le loisir de poser mon regard dessus mais le toucher est exquis. Je joue du bout des doigts avec ses tétons gonflés de désir et continue de l’embrasser à pleine bouche, traduisant aisément mon impatience à la faire mienne. Timidement elle aventure ses mains sur mon corps, et je me décide à retirer cette nuisette qui me donne affreusement chaud et semble me gratter comme un pull en vieille laine tricotée par la grand mère du quartier. Je me retrouve donc totalement nue puisque je ne portais pas de sous-vêtement, et j’en profite pour retirer le t-shirt de la jeune femme, parce que lui aussi me donnait presque de l’urticaire. Je reviens chercher ses lèvres une fois le tissus passé par dessus sa tête, et c’est elle qui met un terme à notre baiser, visiblement en manque d’air. Elle prononce mon prénom et je frissonne malgré moi, fermant les yeux pour accueillir cette sensation divine. Elle me supplie, je sais ce qu’elle veut, ce qu’elle demande. Et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Il est trop tard pour faire machine arrière. Mes baisers glissent alors dans son cou doucement, je sens son corps se raidir sur mon passage, se cambrer aussi, et j’adore ça. Mes mains divaguent sur sa peau brûlante et je me cale sur ses soupirs, la laissant me guider face à ses envies les plus intimes. Son bassin se redresse, me réclame. J’embrasse sa poitrine délicatement, mordillant très légèrement ses petits seins fermes, avant de descendre sur son ventre agrémentant parfois mes baisers de ma langue, et j’arrive enfin au niveau du dernier bout de tissus, qui ne reste là pas plus d’une seconde supplémentaire. Désormais dans le plus simple appareil, je la sens frémir, je joue avec ses nerfs, embrassant l’intérieur de ses cuisses, soufflant sur son intimité pourtant offerte, et je fais durer le plaisir et remontant jusqu’à sa bouche pour m’en emparer, prenant soin de glisser mon corps délicatement entre ses jambes pour une friction des plus agréables. « Tu peux me dire d’arrêter à tout moment ma belle… » Même si désormais je n’espère plus qu’une chose : qu’elle se livre à moi sans chercher à réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Lun 2 Oct - 0:37

Mon corps enveloppé sous celui de ma partenaire, je suis déjà en plein exil. Ce moment, j’en rêvais depuis des jours, depuis le moment où elle a posé la première fois ses lèvres sur les miennes. J’en ai rêvé pendant des heures et pourtant, ce moment me semble si singulier. Si extraordinaire. J’imagine que la frustration qu’Eden m’a fait ressentir non pas de son plein gré joue beaucoup sur mon état d’esprit ce soir, et sur ma facilité de relâchement. Nos lèvres se retrouvent et ne se quittent plus, je me surprend même à la mordre légèrement, je suis une autre ce soir, une femme dont je ne m’imaginais même pas l’existence. Et pourtant. On découvre des facettes de soi-même chaque jour, et encore une fois avec cette femme ce soir. Mes mains s’aventurent timidement sur son corps transpirant déjà, tandis que les siennes se glissent sur ma poitrine pour effectuer un jeu on ne peut plus sensuel avec mes tétons. Nos langues se muent à une danse, parfois coquine, parfois torride mais surtout contractées par le désir que nous ressentons l’une envers l’autre. Quand sa nuisette n’est qu’un lointain souvenir, mon t-shirt la rejoint sur le sol afin de laisser nos poitrines se rencontrer, s’apprivoiser. En manque d’oxygène, je me sépare doucement d’elle en laissant échapper son prénom d’entre mes lèvres que je l’appelle à passer le cap supérieur. Ses baisers se glissent dans mon cou, zone érogène que je sais la plus développée de mon corps, et je ne peux retenir la vague de frisson qui me surprend, tandis que mes doigts caressent délicatement les épaules de la blonde, sa poitrine désormais inaccessible. Le chemin vers le sud continue, et mon corps réagit d’une façon que je ne me connaissais pas face à ses baisers, ses caresses, et je me cambre de plus belle alors qu’elle s’attarde légèrement sur ma poitrine. Cette femme me rendra certainement dingue jusqu’au bout, si ce n’est pas déjà le cas. Je me tord légèrement le coup en laissant tomber ma tête en arrière quand ses lèvres et sa langue s’aventurent sur mon ventre, plus proches encore de l’endroit qui me fera succomber dans un autre monde sensible. Ma respiration semble être à son apogée, mon coeur est à la limite de la tachycardie tant l’excitation est présente, mais quand la femme se glisse à l’intérieur de mes cuisses, c’est un long soupir, mélange d’appréhension, d’excitation et malgré tout quand même d’animosité qui s’échappe d’entre mes lèvres. Elle semble vouloir me faire languir puisque déjà, le souffle qu’elle laisse sur ma féminité s’anéantie, et elle remonte vers moi pour m’embrasser, encore et encore. Je crois que je ne m’en lasserais jamais, j’ai parfois l’impression d’avoir loupé tout une vie, tantôt l’impression d’en recommencer une autre depuis que mon regard a croisé le sien. C’est parfois bien étrange les sensations, les ressentis. Mes jambes s’écartent légèrement pour accueillir celui d’Eden, et je frissonne déjà de plaisir, glissant mes doigts sur sa poitrine tandis que je sens les siens se glisser à nouveau entre nous. « Tu peux me dire d’arrêter à tout moment ma belle… » Ce surnom me fait sourire de plus belle, et mon bassin se met à la recherche du sien, et quand nos intimités se rencontrent, c’est l’extase. Je n’avais jamais ressenti sensation semblable auparavant, et je ne peux m’empêcher de griffer une partie du dos de la blonde pour m’agripper et ne pas me laisser sombrer, pas maintenant, surtout pas. Tandis que la température monte encore davantage dans la pièce, je sens que nous arrivons désormais à une stade supérieur de notre relation. Je sais qu’il est interdit de faire marche arrière désormais, mais de toute façon, en ai-je réellement l’envie ? Ce soir, je ne réfléchis plus à rien si ce n’est au plaisir de ma partenaire, au mien, et à cette alchimie qui est en train de s’accentuer entre nous. Alors que mes doigts s’aventuraient davantage sur le corps divin de ma déesse, je sens son instrument se glisser sur mon clitoris, et je ne peux m’empêcher de lâcher un léger cri, mêlé à son prénom qui s’échappe par surprise. Je n’oublierais pas ce soir, pas maintenant. Je décide de me laisser aller, et laisse s’ouvrir un peu plus encore mes cuisses afin d’accueillir ma voisine qui s’initie à l’intérieur avec bien plus de passion que je n’aurai pu l’imaginer. La passion mêlée à l’émotion, j’ai la soudaine impression que c’est ce que je devais faire depuis toujours. Être avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Lun 2 Oct - 21:27

Elle me réclame autant que mon corps soupire de sentir ses mains se pavaner sur ma peau. J’absorbe chacune de ses respirations qui se veulent chaque seconde un peu plus désireuses. Je joue avec ses nerfs, fais monter la température, je m’imprègne du toucher de sa peau et de l’odeur de cette dernière. J’en redemande. Lorsque je remonte à ses lèvres pour venir l’embrasser à pleine bouche, je sens ses mains caresser mon corps à nouveau, ma poitrine offert qui n’attendait qu’elle, et je la mets tout de même à l’aise, elle pourra m’arrêter à tout moment, le but n’est pas que cet échange charnel devienne un supplice pour elle. En guise de réponse, son bassin vient chercher la friction du mien et je la sens griffer mon dos, laissant échapper un léger grognement d’entre mes lèvres. Elle va me rendre folle. Sans plus tarder j’immisce ma main entre nos corps pour lui donner ce qu’elle attend, le plaisir tant attendu. Du bout de mon majeur, je titille son clitoris alors que son corps se contracte, se cambre, et ses soupirs s’intensifient entre deux souffles coupés. Premier gémissement, je frissonne, j’adore ça. Je me fie à ses soupirs pour me caler à son rythme, découvrant d’avantage son corps par petites touches. Et lorsque je sens ses jambes s’ouvrir d’avantage, je fais glisser mes doigts en elle, délicatement, lentement pour qu’elle en apprécie la sensation. J’adore la sentir mienne à mesure que les secondes passent, j’adore aspirer ses soupirs, m’emparer de ses lèvres et jouer avec son désir. Mes doigts dansent en elle avec passion et j’en profite pour jouer de mon pouce sur son bouton de rose et la faire succomber d’avantage. Mais avant même qu’elle n’ait atteint le nirvana, je stoppe mes gestes pour insinuer en elle une certaine frustration. Encore. Elle réouvre les yeux et me regarde d’un air légèrement paniqué, par crainte sûrement que je ne m’enfuie. Je lui souris et viens l’embrasser à nouveau. « Tu croyais pas que ça allait être aussi facile… » C’est alors que je continue de la faire languir, glissant mes baisers à nouveau dans son cou, je manque de lui laisser un suçon mais je me retiens, et descends à nouveau pour rejoindre son entre-jambes pour mon plus grand plaisir. Cette fois je ne la fais pas languir autant, je plonge droit sur sa féminité, jouant de ma langue pour la faire atteindre cette fois l’orgasme, pour de bon. Ses gémissements me rendent folle, je viens chercher sa main, entrelaçant nos doigts pour qu’elle puisse la serrer tout en accueillant ce plaisir qu’elle semblait n’avoir jamais ressenti, d’après ses dires. Ses soupirs s’accélèrent, ses gémissements se font plus présents, et de ma main libre je viens la pénétrer à nouveau pour lui offrir enfin ce qu’elle mérite. Elle explose, je la sens se contracter, être prise de spasmes avant de finalement relâcher la pression. Je reviens l’embrasser et prendre la température, voir si tout va bien, surtout si c’est la première fois qu’elle ressent un truc pareil…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Lun 2 Oct - 22:40

A l’instant où la blonde effleure mon clitoris de son pouce, mon corps se contracte, tremble, et je lâche un léger soupir de plaisir. Ma respiration s’accélère, et je ferme les yeux afin d’être plus réceptive aux caresses de la femme de mes désirs. Mon esprit s’évade dans un autre monde, que je découvre avec fascination, celui du plaisir et d’un désir que j’ignorais jusqu’à ces dernières heures. Faire l’amour n’a jamais été affaire de sensualité avec mes compagnons, tandis que ce soir, j’ai l’impression de redécouvrir ce système, celui de la tendresse pourtant sauvage d’un désir enfoui depuis bien trop longtemps, désormais offert sur un plateau de diamant. Mes cuisses s’écartent davantage afin de laisser plus de facilité à Eden, ses doigts se glissant en moi dans une douceur inouïe. J’arrête de respirer pendant quelques secondes même, mon intimité se contracte sous le poids de l’appréhension et finalement, je me lâche contre ses lèvres en gémissant doucement. Ses mouvements se font moins réguliers, plus passionnés et ma respiration archaïque semble prendre un tournant bien plus insensé encore. Son pouce jouant de mon bouton des plaisirs me rend littéralement dingue, et je me sens flanché, mon corps se réchauffant davantage, peinant à respirer et pourtant, la blonde s’arrête brusquement, me laissant ouvrir les yeux et lâcher un grognement d’insatisfaction, d’incompréhension même. Ses lèvres viennent se poser sur les miennes, et j’en profite pour mordre à nouveau sa lèvre inférieure. « Tu croyais pas que ça allait être aussi facile… » Je ris légèrement tandis qu’elle se glisse déjà dans mon cou, provoquant à nouveau une montée caniculaire de mon anatomie toute entière. Au fur et à mesure que la blonde s’aventure vers l’endroit de mes désirs, mon ventre se lève plus rapidement, mon bassin ne peut rester immobile, j’ai besoin d’elle, besoin de ses caresses, besoin de sa douceur. Alors quand ses lèvres se posent sur les miennes, plus intimes, je jubile en lâchant cette fois un gémissement plus poussé, ne m’attendant pas à tant de sensation. Sa langue jouant avec mon bouton est en train de m’accompagner dans un tout autre monde, et sa main attrape la mienne tandis que mes soupirs s’accentuent, mes gémissements également. Et quand ses doigts viennent à nouveau s’aventurer en moi, c’est l’extase, l’ataraxie. Sensation que je n’ai jamais ressenti avant ce soir, mes muscles se contractent, je tremble, et mes gémissements hurlant son prénom s’anéantissent quand je me laisse à nouveau tomber sur le matelas. Je ne sais pas exactement ce que je viens de vivre, si c’est ce qu’Eden appelait l’orgasme la dernière fois, mais cette sensation est extraordinaire. La femme quitte ma féminité afin de retrouver mes lèvres, et j’encercle doucement ses jambes des miennes, déposant ma main sur sa joue pour la caresser lentement. « Merci… » Un léger sourire, et je continue de l’embrasser, ma langue jouant avec la sienne pendant quelques minutes. Mes mains ne tardent pas à se glisser sur ses hanches afin d’inverser les deux rôles, et c’est moi cette fois-ci qui prend le dessus sur son corps divin. Je me sépare doucement de ses lèvres en croisant une dernière fois son regard avant de m’inviter dans son cou, où je dépose de légers baisers, soufflant légèrement sur sa peau. Mes doigts s’aventurent plus bas encore, à attendre sa féminité que j’effleure timidement avant de glisser mes lèvres jusqu’à sa poitrine que j’embrasse affectueusement, au même rythme que mon doigt joue de son clitoris. C’est la première fois que je me retrouve dans cette situation de dominante, et je dois avouer que je ne suis pas des plus à l’aise pourtant, je fais de mon mieux, accentuant mes caresses. Mes doigts se glissent en elle doucement, et ils ne tardent pas à se mouvoir dans de légers mouvements de va et vient, jouant sur la vitesse, l’intensité, la passion. Elle qui me rendait si folle à jouer de moi, ses gémissements semblent être la plus belle des récompenses jamais offerte, et mon prénom extirpé de ses lèvres sonne comme la plus douce des mélodies à mes oreilles. Mes lèvres se délectent une dernière fois de ses tétons gonflés, avant de s’aventurer plus bas, mes doigts n’arrêtant pas leurs mouvements. Je dépose quelques baisers sur son ventre, avant de rencontrer ses lèvres les plus intimes que j’embrasse avec passion, aspirant le moindre de ses soupirs. Ma langue jouant avec son bouton des plaisirs accompagnent mes doigts qui continuent leur danse tantôt lentement, tantôt rapidement afin de remercier ma divinité pour ce qu’elle m’a offert comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eden Lewis
« love is blind »

» messages : 70
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Mar 3 Oct - 23:06

Je me délecte du goût salé de son épiderme, glissant ma langue et mes baisers jusqu’à sa féminité qui semble n’attendre plus que moi. Et à peine effleuré cet endroit hautement érogène du bout de ma langue, la jeune femme tremble, se contracte, accueille avec stupeur et délectation la divine sensation. Je souris pour moi-même, relevant parfois le regard pour m’adapter à chacun de ses soupirs. Elle est belle, son corps nu complètement offert à mon regard, je me rends compte de la chance que j’ai ce soir. Je continue de lui apporter mon savoir tout en immisçant en elle un plaisir visiblement salvateur. Elle explose, implose, son dernier gémissement me fait frissonner et je continue mon manège encore une seconde ou deux beaucoup plus lentement, comme pour ne pas me séparer d’elle trop brusquement. Quelques baisers le long de son corps avant de pouvoir l’embrasser à nouveau, entrecoupées par sa respiration anarchique. Elle s’agrippe à moi comme un koala, ses jambes entourant mon corps et ses bras en font de même. « Merci… » Un frisson me parcourt à nouveau avant qu’elle vienne m’embrasser. Je pensais qu’elle serait fatiguée, qu’elle aurait envie de dormir. Les femmes inexpérimentées que j’ai pu côtoyer avant elle ne se sentaient pas le courage pour la première fois de me rendre la pareille, mais de toute évidence, Elly est différente. Et ses baisers en sont la preuve, l’envie ne s’est pas envolée. Elle a dit vouloir me faire l’amour, elle semble avoir envie de tenir ses promesses. Voilà qu’elle nous fait rouler pour se retrouver à califourchon sur moi. Un sourire intéressé sur les lèvres, je la regarde avant de venir à nouveau l’embrasser avec plus de passion. Alors que ses baisers quittent mes lèvres pour s’emparer de mon corps, je fais glisser le bout de mes doigts dans son dos, ses cheveux, la sentant frissonner, et je me délecte de ses caresses, curieuse de voir jusqu’où elle compte aller. Sa main prend place entre mes jambes et doucement elle commence à se jouer de moi, pendant que je laisse mes soupirs la guider dans ce qui me fera le plus plaisir. Voilà que ses doigts prennent place en moi et ce simple geste me fait gémir avec un peu plus de force, sans aucune retenue. Mon bassin ondule pour l’aider à trouver le rythme parfait, et le combo de ses lèvres dévorant ma poitrine me ferait presque déjà succomber. Mais elle ne s’arrête pas là, et à ma grande surprise, elle semble vouloir reproduire le même schema que moi avec elle un peu plus tôt. Mais ce sera quitte ou double, généralement ce genre de pratique faite par une non initiée peut facilement virer au drame. Je ne lui ferai pas l’affront de lui faire comprendre ses maladresses si tel est le cas, il paraît que je simule comme personne. Toujours est-il que le chemin est embarqué et la demoiselle se glisse entre mes cuisses pour commencer son manège. Contre toute attente, elle se débrouille plutôt bien, plutôt très b… oh mon Dieu. Une de mes mains glisse dans sa chevelure châtain pendant que je me concentre pour ne pas refermer trop mes jambes autour d’elle sous le plaisir qu’elle m’offre. Je lâche son prénom pour l’encourager, soupire, gémit, faut dire qu’elle apprend vite. « Putain… t’arrête pas… » Etant sans doute plus gourmande autant que plus expérimentée, je fais durer le plaisir en contrôlant mon corps pour ne pas atteindre immédiatement le nirvana, mais je ne pousse pas trop loin, ne voulant pas faire croire à la jeune femme que c’est elle qui n’est pas douée, bien au contraire d’ailleurs. Et finalement, je me laisse sombrer dans les abîmes du plaisir, gémissant une dernière fois plus longuement alors que mon corps se contracte. Je frissonne, cherche à reprendre mon air, et elle remonte pour m’embrasser. Je secoue la tête. « Tu m’as menti. » Elle me regarde visiblement sans comprendre. « C’est pas possible, c’était pas ta première fois, tu es plus douée que certaines femmes qui se disaient gay depuis des décennies ! » Je passe une main dans sa chevelure pour dégager quelques mèches de son visage, et je lui souris. « Tu as été parfaite. Merveilleuse. Si j’avais su j’aurai pas attendu si longtemps avant de craquer. » Je ris et l’embrasse à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elly Peterson
« hakuna matata »

» messages : 65
» inscrit le : 18/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   Mer 4 Oct - 12:38

Il m’aura ainsi fallu dix ans de vie sexuelle avant de découvrir les joies du plaisir, d’un désir tellement profond qu’il en devient incontrôlable. La langue de la blonde jouant de mes lèvres intimes me rend folle, et quand l’orgasme me prend, c’est l’extase, la jouissance. Ses lèvres s’emparent cette fois-ci des miennes, et je l’entoure contre moi afin de la remercier, pour ce qu’elle vient de m’offrir. Moi qui pensais être fatiguée par tant d’énergie et d’émotion, il n’en est rien et je compte bien aller plus loin avec elle ce soir. Je continue de l’embrasser langoureusement, mêlant ma langue à la sienne avant de changer nos positions de manière à me placer au delà de son corps, un sourire taquin figé sur les lèvres. Mes baisers se glissent sur son corps, d’abord dans son cou, puis contre sa poitrine tandis que mes doigts prennent timidement le chemin de son intimité. J’essaie d’aspirer ses soupirs afin de comprendre comment son plaisir fonctionne, et quand je sens que c’est le bon moment, je m’empare enfin de son anatomie en effectuant de légers mouvements de va-et-vient, au même rythme que son bassin qui semble m’appeler. Je continue d’embrasser sa poitrine affectueusement tandis qu’elle gémit de manière plus prononcé, et je m’aventure vers le sud, avec une certaine appréhension. Mes lèvres embrassent les siennes, plus intimes, et je tente de faire au mieux en n’arrêtant pas mes mouvements avec mon poignet. J’ai besoin de l’entendre gémir, de l’entendre soupirer par mon prénom, et cette mélodie apparait si agréable à mes oreilles que je grogne légèrement, alors que ma seconde main, libre, se positionne sur une de ses cuisses afin de maintenir sa jambe. « Putain… t’arrête pas… » Je frissonne d’émotion à l’entendre dire ça, et je continue de sucer son bouton des plaisirs de manière à la faire succomber comme elle a réussi à le faire avec moi, même si je doute de mes capacités. Heureusement, quand je la sens se contracter davantage, ses cris se mêlent à de soudains tremblements, et je comprend que la blonde vient d’atteindre le nirvana. Je continue mes mouvements afin de l’accompagner à mon tour, et quand elle respire à nouveau de manière moins saccadée même si sa respiration est loin d’être normale, j’embrasse une dernière fois ses lèvres intimes avant de remonter vers sa bouche, que j’embrasse doucement, enroulant caressant délicatement sa peau encore transpirante. « Tu m’as menti. » J’hausse un sourcil, peinant à comprendre, et paniquant même un peu de cet aveu. « C’est pas possible, c’était pas ta première fois, tu es plus douée que certaines femmes qui se disaient gay depuis des décennies ! » Je rougis de plus belle et lâche un léger sourire satisfait, moi qui doutais de mes talents inexistants, visiblement je me trompe. « Tu as été parfaite. Merveilleuse. Si j’avais su j’aurai pas attendu si longtemps avant de craquer. » Je ris avec elle tandis que nos lèvres se rencontrent à nouveau. Je décide volontairement de ne pas prolonger le baiser afin de laisser un doux baiser dans son cou et d’entrelacer nos doigts. « Il faut dire que j’ai bien été initié. T’es plutôt pas mal non plus. » Je ris un peu, elle a été merveilleuse oui. Sans doute plus que moi d'ailleurs, mais c'était la première fois et c'est en forgeant qu'on devient forgeron. Je caresse doucement la paume de sa main avec mon pouce, rapprochant mon corps du sien pour m’y accrocher et ne pas briser cette proximité que j’apprécie tant désormais. « Je… m’attendais pas à ça. Mais c'était… Je voudrais mourir pendant un moment pareil ! » Je ris légèrement. « Merci. C’est toi qui a été merveilleuse. » Je l’embrasse une nouvelle fois, avant de glisser ma tête dans son cou, en fermant doucement les yeux. Je suis naze, cette femme vient de m’user le restant de mon énergie. Mais j’ai soif aussi, alors j’ouvre un peu les yeux. « Tu m’as donné soif ! Même si t’es plutôt… bref. » Je rougis à nouveau, me mordant la lèvre comme à mon habitude. Mes yeux se ferment doucement, et je dépose un dernier baiser dans le cou de la blonde, et ne tarde pas à m'endormir, contre elle. Le réveil risque d'être mouvementé...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)   

Revenir en haut Aller en bas
 

l'ignorance pour repousser l'attirance (ellyden #3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» astuce pour repousser un chat
» Pierre qui protège contre l'ennemi
» quel pierre contre les entités nefaste?
» je cherche un moyen pour faire repousser mes racines de cheveux
» Vaccins, repousser le ROR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-