AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 seventeenth birthday (félician)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: seventeenth birthday (félician)   Mer 13 Sep - 22:37

T'es encore sous le choc à cause de ce qui c'est passé un peu plus tôt, dans ta tête ça tourne à 100 à l'heure et ça te fait chier que ça se soit passé comme ça, car tu sais que maintenant tu ne vas plus devoir l'approcher car tu ne sais pas ce qui pourrait se passer dans sa tête ou bien dans la tienne... Tu t'excuses comme le con que tu es, car tu penses que c'est de ta faute, que tu es allé trop loin dans tes gestes, c'est qu'une gamine et même si pour toi c'est pas grand chose peut-être que pour elle ça l'est. T'étais juste être censé aller te balader avec elle pour qu'elle puisse s'aérer l'esprit à propos de sa future condition puis elle va rentrer avec encore plus de problèmes qu'avant. T'es vraiment débile quand tu décides de t'y mettre. Mais les choses sont encore plus difficiles que prévu car elle s’accroche « Non mais Ian c’est pas toi arrête t’as rien fait de mal, c’est moi, c’est les hormones je vais pas tarder à avoir mes règles ça doit être ça…  Ian je crois que c’est à moi de m’excuser, je ne sais pas ce qui m’a pris, et je regrette. Excuse-moi. » Tu soupires et tu passes les mains sur ton visage, tu vois qu'elle est gênée, elle n'ose même plus affronter ton regard. D'une main t'aimerais relever son visage pour voir ses yeux mais tu en as assez fait donc tu gardes tes mains dans tes poches. « Ce n’est pas mon style d’attitude… » Tu sais même pas quoi répondre, car malgré tout ça le serait elle n'aurait pas du le faire. Tu gardes encore le silence car c'est plus facile que de lui parler, c'est plus facile que de rendre tout ça réel. Tu te mords la lèvre, et tu tentes de calmer ta nervosité jusqu'au moment où elle t'offres une échappatoire « Je pense qu’on devrait peut-être rentrer, ou on se balade, comme tu veux… j’en sais rien… » Tu hoches la tête « Après ce qu'il vient de se passer Félicie c'est mieux qu'on rentre » Tu te comportes enfin comme l'adulte que tu dois être. Ce que t'aimerais te griller une clope, mais l'idée de prolonger ce moment n'est pas envisageable, donc tu gardes ton envie pour toi. Tu prends la marche sans vérifier qu'elle te suive, mais au bout de quelques instants tu vois qu'elle te rattrape et toi tu fais un pas sur ta gauche pour laisser plus d'espace de peur que vos mains dans le balancement de vos corps se touchent. Putain, tu peux pas rentrer comme ça, comme si rien ne c'était passé, tu le lui dois, alors tu décides d'être un homme et d'ouvrir la bouche « Ecoute, je veux bien faire comme si rien ne c'était passé » Tu l'as regarde, elle marche la tête baissée et tu te sens mal pour elle « Mais à l'avenir, évite de te confier à moi, Félicie, évite de venir me parler, d'entrer en contact » Tu te stop et tu lui fais face, afin qu'elle comprenne, qu'elle comprenne que ce qu'elle a fait change tout « Ce que tu as fais... Ce qu’on a fait, C’est mal. J'ai trente deux ans Félicie, tu en as 17, c'est tout simplement pas possible » Tu souffles, tu ne lui laisses pas le temps d'ouvrir la bouche que tu reprends ta marche, elle te suit en silence et c'est mieux comme ça. Votre arrivée à la maison quelques instants plus tard se fait dans un silence de mort. T'essayes de paraitre naturel mais tu vois que pour elle c'est plus compliqué et ça renforce ton malaise. A peine arrivé vous disparaissaient chacun de votre côté, toi tu vas voir Madame Gauthier pour la remercier de son invitation et lui dire qu'une urgence t'as appelé et que tu dois partir, elle semble déçue, comme ta mère, mais en vérité elles sont déçues que je ne me sois pas rapprochée de Marie. Tu t'éclipses le plus rapidement possible mais pourtant tu as le temps d'entendre la liste de préparation de mariage de Félicie et Mathieu, tu te sens mal pour elle, mais t'es incapable de faire autre chose que de fuir. Le regard qu'elle te lance assise sur sa chaise, avec le bras de Mathieu sur ses épaules te transperce le coeur, mais tu ne peux plus rien faire. Alors tu pars, tu prends ta voiture et roules en direction de ton appartement en centre ville, tu laisses cette journée merdique derrière toi. Mais pourtant dans tes pensées un seul mot résonne encore et encore, FÉLICIE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: seventeenth birthday (félician)   Sam 3 Mar - 10:44

Tu trouves ça touchant la manière dont elle te défend contre toi même lorsque tu te traites de vieux. « Le hélas était pour Mathieu, moi j’veux bien que tu sois mon beau-frère ! Et t'es pas SI vieux. » Tu rigoles un peu pour montrer que tu apprécies son geste « J'ai quinze ans de plus que toi Félicie, à ton âge je ne parlais même pas aux femmes de cet âge là » Je souris, même si ce n'est pas vraiment la vérité... C'est vrai tu ne leurs parlait pas mais tu faisais autre chose avec ta langue, mais tu décides de garder ces détails pour toi, faudrait pas que tu l'as traumatise. T'es pas doué en général avec les gamins, c'est pas ton truc. Même si tu as eu cet âge un jour ça te parait si loin... T'as toujours été solitaire toi, te mêlant aux autres seulement quand c'était obligatoire. T'es un loup solitaire et tu le vis bien, t'aime ta tranquillité et surtout tu n'as pas peur d'être seul. Déjà depuis tout petit tu as su te détacher suffisamment de ce que disaient tes parents pour écouter seulement tes convictions, mais ça ils ne le savent pas, car malgré tout tu as toujours veillé à ne pas sortir des sentiers battus lorsque tes parents pouvaient te voir. T'es un malin, mais ça te perdra un jour. Tu lui fais ton long discours, tu y as mis toutes tes tripes, tu parles à coeur ouvert et ça te fait du bien de pouvoir parler de ça, car ça fait longtemps que tu ne ressens plus ça, pour personne. Ces sensations que tu décris à Félicie te font mal, elles t'ont fait du mal autant qu'elles t'ont fait du bien. Mais aujourd'hui tout ça c'est fini, ton coeur s'est remis à battre, même si ça a été difficile maintenant t'es debout et plus personne ne te fera redevenir l'ombre de toi même que tu étais après le passage de cette femme. Félicie est complètement déboussolée elle ne sait même pas comment aborder la chose, elle rigole nerveusement en se passant la main dans ses beaux cheveux noirs, je lui souris doucement et elle ose enfin prendre la parole  « Je ne sais pas vraiment quoi dire. » Tu rigoles un peu et continue de lui sourire pour ne pas lui faire peur, t'as vraiment l'impression que ce que tu as dit la fait réfléchir.  « Eh bien ne dit rien... » Bravo Sherlock, c'est pas parce que toi tu réagis comme ça que c'est le cas de tout le monde « Et comment faisons-nous si cette même personne reste inaccessible ? Je veux dire pour une raison ou pour une autre, on a l’impression qu’elle est LA personne, mais que… enfin qu’elle ne peut pas être LA personne malgré qu’elle le soit. » Ces questions tu t'y attendais, c'était légitime, tu peux pas balancer un grand discours sur l'amour sans échapper à ça, surtout venant de la part d'une adolescente en pleine crise existentielle. Tu passes ta main dans tes cheveux en pensant qu'ils auraient bien besoin d'une coupe, puis tu prends la parole, plus détendu cette fois ci. « Parfois il faut savoir se battre pour ce dont on a envie, parfois les choses inaccessibles ne le sont pas vraiment » Tu lui souris, et bien trop con tu ne comprends pas ses sous-entendus, dans ton esprit elle doit certainement parler d'un autre garçon de son lycée, certainement le capitaine de l'équipe de hockey ou quelque chose comme ça. Puis Félicie se met à te regarder doucement, tout entier, avec des yeux attendrissant, tu penses qu'elle va te révéler le nom de cette personne mais non, elle murmure doucement ton prénom, comme un amant le ferait, puis elle te lâche une bombe, elle te demande si ces sentiments tu les as déjà ressentis, eh merde, ça fait mal. Tu souffles, tu ne pensais pas qu'elle allait te demander ça et t'es pas prêt, pas prêt de retourner dans le passé pour lui expliquer pourquoi maintenant tes rapports avec les femmes c'est seulement pour t'amuser, pour te faire décompresser, pour te faire ressentir autre chose. Tu tritures tes doigts mais tu décides d'être honnête sans rentrer dans les détails, la fixant dans ses jolis yeux clairs qu'elle ne cesse de braquer sur toi, au fond ça te déstabilises mais tu y penseras plus tard. « Il y a très longtemps, oui. Mais aujourd'hui c'est fini, c'est mieux ainsi. » Tu secoues la main comme pour lui dire d'oublier « Ces sensations te font parfois autant de mal que de bien, il faut savoir y dire stop au bon moment, comprendre que quand il n'y a plus rien à faire, il faut lâcher prise » Tes paroles doivent pas avoir beaucoup de sens pour elle, mais tu n'en diras pas plus, ça ne la regarde pas. Tu souffles encore, t'as l'impression de faire que ça depuis le début, et tu ne te demandes même si ça n'aurait pas été plus relaxant de rester à table avec les gosses et les complots, même si ce diner ressemble plus à un épisode de game of thrones qu'un diner entre amis.
Revenir en haut Aller en bas
 

seventeenth birthday (félician)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Happy Birthday Normandie
» ♪♫ Happy Birthday to you ♫♪
» HAPPY BIRTHDAY MUANA MAMAN
» Happy Birthday Muana Maman (Fleur de Lys)
» Happy Birthday Mina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-