AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 someone needs a doctor? (félician)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: someone needs a doctor? (félician)   Jeu 14 Sep - 18:45

Les jours et les semaines passent, tu as repris ton train-train quotidien métro boulot dodo car tu ne peux pas faire autrement, mais tu y as aussi ajouté soirées et sport car t'as besoin de te tenir occupé pour ne pas faire n'importe quoi, pour ne pas faire quelque chose que tu risques de regretter. Alors maintenant tu passes tes soirées avec tes amis, que ce soit devant un match de hockey avec une bière à la main ou alors tu retrouves ta jeunesse en sortant dans des bars et même en boîte, ça te fait tout drôle mais tu te laisses emporter par tes potes car ça te rappelle des souvenirs, des bons souvenirs. Quand personne ne te mettait la pression à propos d'un mariage, d'une famille à fonder. Depuis le fameux diner des Gauthier ta mère est encore plus derrière ton dos pour que tu invites Marie à sortir, à la courtiser. Alors ces soirées c'est un peu ton échappatoire, tes rebellions, même si t'as trente ans t'as l'impression de te comporter comm un gamin. Mais ces soirées t'ont fait remarquer quelque chose et te permettent de plus comprendre le geste de Félicie qui te trouble encore aujourd'hui. Car oui tout ça tu le fais pour arrêter de penser à ses lèvres sur les tiennes, au dernier regard qu'elle ta lancé avant que tu partes comme un lâche. T'es complètement à l'ouest et tout le monde la vu mais personne ne dit rien car t'es vraiment sur les nerfs et c'est rare. Pour toi c'était innocent, ce que tu lui as dit et tes gestes, à aucun moment t'as pu penser lui envoyait des signaux qui disaient que tu voulais ce baiser, car c'était seulement une caresse sur son bras et tes yeux plantés dans les siens. Mais Félicie c'est une adolescente, et les adolescentes ça aime ce genre de truc, ce genre d'attention. Et ça tu l'as compris à force de sortir, toi comme d'habitude tu souris à tout le monde, tu es gentil car c'est dans ta nature, et tu aimes prêter de l'attention aux gens. Mais à force de te faire draguer par d'autres filles à peine plus âgées que Félicie t'as compris qu'il fallait que t'arrêtes, car même si pour toi c'est innocent, ces jeunes filles elles pensent à totalement autre chose... En y repensant ça te fou les jetons, et tu te trouves complètement con de ne pas y avoir pensé avant, et maintenant tous tes potes se foutent de ta gueule en insinuant que tu as un tableau de chasse rempli au maximum alors que c'est faux. Tu ne dis pas non aux histoires d'un soir, après tout t'es un homme et t'aimes ça, mais pas avec des filles à peine sorties de l'adolescence.

C'est vendredi soir, vingt heures, t'es allongé sur ton canapé devant ta télé car ce soir tu ne sortiras pas, t'es de garde, alors t'as pas d'autres choix que de rester sur ton canapé avec toutes ces pensées auxquelles t'essayes d'échapper. Mais ton téléphone de service sonne, tu décroches rapidement en voyant s'afficher le numéro des Gauthier. Pour eux que tu sois de garde ou pas tu sais que tu es obligé d'y aller, car c'était ce que faisait ton père avant toi. « Bonsoir madame Gauthier, tout va bien ? » Tu l'écoutes te raconter ce qui se passe, tu hoches la tête même si elle ne peut pas te voir. Il y aurait un problème avec Félicie, rien de méchant mais madame Gauthier aime être rassurée alors tu lui dis que tu vas passer dans vingt minutes maximum. Tu raccroches et pourtant t'entends encore ton coeur battre anormalement. Tu prends une grande respiration car ce soir c'est la première fois que tu vas la revoir, et cette fois ci tu n'as droit à aucune erreur, tu dois faire comprendre à Félicie que tu es son médecin et c'est tout, donc cette fois ci pas de gestes déplacés ou d'affections. T'attrapes un t-shirt qui traine sur une chaise et tu décides de garder ton jogging car après t'as la flemme de t'habiller et tu sais que les Gauthier ne sont pas à cheval sur ce genre de chose, surtout un vendredi soir. Madame Gauthier c'est excusée un millier de fois pour t'avoir dérangé mais tu fais ça de bon coeur. Quelques minutes plus tard t'es dans ta voiture et en direction de chez les Gauthier et tu repenses encore, pour la millième fois, à ce fameux lundi. Comme annoncé tu arrives quinze minutes plus tard là bas, madame Gauthier t'attendait même au pas de la porte et tu te demandes si ce n'était pas un traquenard car tu croises Marie dans le séjour, alors qu'elle est propriétaire de son propre appartement. Tu t'excuses auprès d'elle de ne pas pouvoir rester bavarder tout en lui souriant grandement, et tu demandes à madame Gauthier de t'emmener voir Félicie. Tu as les mains qui transpirent car tu ne sais pas qu'elle sera sa réaction. Madame Gauthier te fait entrer dans la chambre de la malade avant de t'expliquer que Félicie à de la fièvre, qu'elle tousse beaucoup et qu'elle est enrhumée. Je me retiens de soupirer, une grippe et c'est tout. Tu souris à madame Gauthier puis tu lui demandes de te laisser car tu dois ausculter Félicie, même si l'envie te manque et que tu connais déjà le diagnostique. Tu regardes la porte se fermer car pour l'instant t'as même pas regardé Félicie, tu retardes l'échéance, car t'as peur de croiser son regard. Tu poses ta manette à côté de son lit et puis pour la première fois tu oses lever les yeux vers elle, et tu vois qu'elle te fixe, certainement depuis un moment. Tu ne prêtes pas attention et tu attrapes ton stéthoscope « Tu peux relever un peu ton t-shirt pour que je puisse t’ausculter ? » Tu ne lui souris même pas et c'est à peine si en rentrant tu lui as dit bonjour, tu es beaucoup trop nerveux pour faire autre chose que ton job, comme si c'était un animal et même pas une personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Ven 15 Sep - 10:01

Depuis l’officialisation de mes fiançailles, je ne me sens moins heureuse qu’avant, moins épanouie même. J’ai l’impression de ne plus avoir le droit d’être moi-même, et autant vous dire que ce n’est pas rassurant. J’imagine que si je n’avais pas embrassé mon futur beau-frère, Ian, ça aurait été différent. Mais ça l’est déjà trop, j’ai maintenant dans l’idée de faire payer mon mariage à mes parents avec cet homme, qui est franchement pas mal et mieux servi que ce Mathieu tout bonnement hideux. J'ai simplement envie de m’amuser, alors nous verrons bien. Ce matin en me réveillant, j’ai rapidement compris que tout n’allait pas bien. J’avais mal à la tête, j’ai passé ma nuit à m’arracher la gorge, et je meurs de chaud. Inutile de parler de mon nez qui a l’allure d’une pomme de terre prête à être mangée. Je n’ai pas la force d’appeler ma mère, le nez sous ma couverture alors c’est elle qui vient d’elle même quand elle se rend compte que je ne suis pas descendue pour déjeuner. Elle me touche le front, juge que j’ai de la fièvre et je peux vous dire que j’aurais été capable de lui dire de moi-même. Je ne me sens pas bien du tout, je suis vaseuse, et ma mère décide d’appeler le médecin de famille. Je ne peux m’empêcher de sourire légèrement, et je ne tarde pas à partir dans un lourd sommeil. Je fais des rêves étranges, presque hallucinatoire, et quand je me réveille, j’ai l’impression d’être dans un autre état de conscience, c’est très étrange. La silhouette que j’aperçois me fait grimacer, mais je ferme un peu les yeux avant de me redresser légèrement. Ma tête est prête à exploser. « Tu peux relever un peu ton t-shirt pour que je puisse t’ausculter ? » Je souris légèrement à l’entente de sa voix, et je me contente d’un hochement de tête avant de lever timidement mon t-shirt. Je m’arrête à l’entrée de mes seins, et réussis à prononcer quelques mots, à croire que c’est lui qui m’en donne l’énergie nécessaire. « Tu veux les voir aussi ou ça attendra ? » Je déglutis un peu, et je soupire légèrement avant de me retourner dos à lui, et il pose son stéthoscope dans mon dos afin d’écouter ma respiration. Ça sifflote là dedans, et c’est vraiment désagréable. Il continue de m’examiner, et je me tais, je me laisse faire. « Ian, arrête de faire la gueule, redeviens comme avant s’il te plait… » Ma voix tremblote un peu, et je soupire avec difficulté avant de me rallonger dans mon lit, je meurs de froid. « J’ai pas fait exprès, arrête, je me suis excusée. » Heureusement que ma mère n’est pas dans les parages, je vous le dit. Je ferme légèrement les yeux afin d’essayer de calmer cette boite crânienne qui est en train de me rendre dingue, je déteste être malade à ce point, j’ai presque l’impression d’être un légume. Mes yeux pleurent d’eux-même, et c’est franchement la honte. « Ian, c’est quand que j’irais mieux ? Et j’ai quoi au juste ? » Je déglutis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Ven 15 Sep - 18:55

Tu regardes Félicie se détacher à contre coeur de sa couette, elle n’a vraiment pas l'air en forme mais par contre elle n'a pas perdu son caractère et ça tu t'en rends compte très rapidement lorsque tu lui demandes de relever un peu son t-shirt « Tu veux les voir aussi ou ça attendra ? » Tu souffles et tu pinces l'arête de ton nez en fermant les yeux, reste calme Ian. Ca a été une longue journée et tu comprends que ce n'est pas encore fini. « Arrête » Tu sais que ça va pas suffire mais t'est pas capable d'en dire plus, alors tu attrapes ton stéthoscope et fait ce pour quoi tu es là. Tu le pose dans son dos puis tu lui demande de respirer fort, et une fois finit tu fais pareil de l'autre côté mais cette fois ci tu regardes son visage pour ne pas lui laisser une autre occasion de te faire une remarque sur ses seins. Tu touches sa gorge puis elle décide de se rallonger dans son lit et de remettre au tapis un sujet que t'aurais préféré oublier « Ian, arrête de faire la gueule, redeviens comme avant s’il te plait… » Arrêter de faire la gueule ? Redevenir comme avant ? Parfois tu te demandes si elle se fou de ta gueule ou si c'est pas fait exprès, alors t'essayes de prendre ton air d'adulte, celui qui dit que tu es pas là pour rigoler « Félicie tu te rends compte qu'il n'y a jamais eu d’avant ? » Tu lèves un sourcil, interloqué « J’ai pas fait exprès, arrête, je me suis excusée. » T'as l'impression qu'elle s'enfonce, ce n'est pas possible de pas faire exprès d'embrasser quelqu'un, si tu le fais c'est que tu en as envie. « T'excuser c'est une chose, je t'ai déjà dit que je pouvais passer au dessus mais qu'à présent tu ne dois plus en parler [/color]» Tu la regardes sévèrement, comme ferait un père avec sa fille et ça te fait flipper sur le coup, t'as l'impression de te prendre un coup de massue lorsque tu te rends compte de la différence d'âge. « Il faut vraiment que tu passes à autre chose, ce n'est pas possible que ça continue comme ça » Tu lui fais un sermon alors que t'es dans le même cas, t'arrive pas à oublier les sensations que ça ta procuré, même si c'était aussi intime qu'entre deux collégiens. Tu croises tes bras en la dévisageant « Ian, c’est quand que j’irais mieux ? Et j’ai quoi au juste ? » Mais à cette phrase tu ne peux t'empêcher de sourire amusé, elle se comporte comme une mourante alors que ce n'est rien et que dans deux jours ça ira mieux. « Juste une petite grippe, ça ira mieux dans quelques jours » Tu lui tournes le dos pour attraper ton calepin dans ta manette qui est resté à terre puis tu marques sur l'ordonnance quelques médicaments qui devraient l'aider à aller mieux. Tu arraches la feuille avant de la poser sur sa table de chevet « Tu prends ce que j'ai marqué trois fois par jour pendant quatre jours et ça devrait aller. Tu diras à ta mère de passer à la pharmacie demain matin, en attendant pour faire baisser la fièvre, prend un bain froid » Tu lèves les yeux vers elle, en attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Sam 16 Sep - 22:37

Je n’aime pas être malade, et je dois avouer que je suis à moitié hypocondriaque. Je me suis levée en étant fiévreuse, et j’ai clairement l’impression d’être au bout de ma vie. Je le suis sans doute plus ou moins, mais quand le médecin arrive dans ma chambre et me demande de lever mon t-shirt, le peu de force que j’ai réussi malgré tout à le charmer. « Arrête » Je soupire un peu, et il m’ausculte. Il est doux, et je m’oblige à ne pas trop sourire. C’est fou l’énergie qu’il me donne à lui seul. Je remarque bien cependant qu’il n’est plus comme d’habitude, il a une raison, notre baiser, et je me surprend à lui demander de redevenir celui qu’il était avant. « Félicie tu te rends compte qu'il n'y a jamais eu d’avant ? » J’hausse les épaules, et lui rappelle que je me suis excusée. « T'excuser c'est une chose, je t'ai déjà dit que je pouvais passer au dessus mais qu'à présent tu ne dois plus en parler » Je soupire, on dirait mon père, et ça m’énerve. « Il faut vraiment que tu passes à autre chose, ce n'est pas possible que ça continue comme ça » J’écarquille les yeux, est-ce qu’il est sérieux ? Il pense que je peux oublier ce qu’il m’a fait comme quand j’oublie quand je fais la bise à quelqu’un ? Ce n’est pas n’importe quoi quand même, et je suis sûre que lui même il y pense sans arrêt. « Bah j’aime bien ce qui n’est pas possible alors t’es mal barré. » Je le dévisage un peu, et je lui demande ce que j’ai, alors que je me rallonge plus confortablement dans mon lit. « Juste une petite grippe, ça ira mieux dans quelques jours » Je lève les yeux au ciel, et je m’enfonce davantage dans mes duvets. Je le regarde faire l’ordonnance, même de dos il est canon ce mec c’est impossible… je rougis légèrement en y pensant, et quand il se retourne, je regarde vite ailleurs pour qu’il ne se rende pas compte que j’étais en train de mater son boule quelques secondes plus tôt. « Tu prends ce que j'ai marqué trois fois par jour pendant quatre jours et ça devrait aller. Tu diras à ta mère de passer à la pharmacie demain matin, en attendant pour faire baisser la fièvre, prend un bain froid » Je fronce les sourcils. « Ouais ok ok. » Je soupire. « Et pour le bain on a pas de baignoire ici, t’en a une toi ? » Je fais une petite moue, clairement je n’ai pas envie d’avoir de la fièvre pendant trois jours. J’ai les joues rouges, et je tourne un peu la tête pour tousser. « Ian, reste un peu s’il te plait. Me laisse pas avec ma mère et encore moins avec Marie, sinon je crois que mon coeur va mourir d’ennui… » Je soupire. Je dois avouer que c’est une des raisons pour lesquelles j’ai envie qu’il reste, mais pas la seule. J’apprécie sa compagnie, et j’imagine que si je veux arriver à mes fins avec lui, j’y arriverais mieux si on arrive à oublier l’histoire du baiser. Mes fins ? Quoi au juste ? L'avenir nous le dira...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Sam 23 Sep - 9:52

T'es encore et toujours en train de lui faire la morale, car tu es bon qu'à ça, c'est le seul moyen que t'as trouvé pour lui montrer qu'entre vous il y aura rien à cause de cette foutue différence d'âge, alors tu fais le papa mais ça n’a pas l'air de lui faire peur « Bah j’aime bien ce qui n’est pas possible alors t’es mal barré. » Tu soupires et secoues la tête pour chasser les images de Félicie et toi qui affluent. Tu lui annonces le diagnostique qui sans surprise est juste une petite grippe pas méchante, quelques conseils, notamment de prendre un bain froid. Pour toi c'était innocent et très judicieux comme conseil, mais elle, elle le voit différemment, toujours en position d'attaque Félicie trouve toujours quelque chose à te dire pour te rappeler que ce qu'il y a entre vous, car tu peux pas appeler ça une relation, a existé et que maintenant tu ne peux plus faire marche arrière, car t'as pas été capable de la repousser ce jour là, la connexion entre vos lèvres avait eu raison de toi, même si c'était bref et que tu n'aurais certainement pas eu le temps de la repousser, tu sais très bien au fond de toi que t'en avais pas eu, car c'était différent de d'habitude, différent qu'avec les autres femmes que tu as connues, c'était doux, innocent, pas de faux-semblants. Tu penses que c'était sincère. « Et pour le bain on a pas de baignoire ici, t’en a une toi ? » Tu hausses un sourcil en la regardant et tu comprends qu'elle a parlé trop vite car elle se met à rougir et ça te fait légèrement sourire. « Oui, j'ai une baignoire. Et non, tu ne peux pas venir prendre un bain chez moi » L'idée de l'imaginer nue chez toi, dans ta salle de bain, dans tes serviettes, te fait ressentir du désir qui ne devrait pas avoir sa place ici, alors tu secoues la tête « Une douche froide sera tout aussi efficace » Et à cet instant tu te dis que ça ne te fera pas de mal non plus. Pour couper court à la conversation tu attrapes ta manette avec la ferme intention de partir cette fois ci, mais encore une fois Félicie prend la parole « Ian, reste un peu s’il te plait. Me laisse pas avec ma mère et encore moins avec Marie, sinon je crois que mon coeur va mourir d’ennui… » Tu soupires devant sa mine de chien battu et tu ne sais pas quoi faire, car tu as envie de rester mais t'as pas le droit. Qu'est ce que tu dirais à sa mère si elle te voyait là bien après que le diagnostic soit établit ? Tu cogites quelques minutes, tu pèses le pour et le contre, la raison et le coeur comme on dit, et finalement tu fais un choix, certainement le mauvais mais pour toi, dans ta tête c'est innocent ce que tu vas faire, mais tu sais très bien que pour elle ça ne sera certainement pas le cas... Tu regardes Félicie et hoches la tête, signifiant qu'elle a gagné. Tu déposes ta malette, enlève tes chaussures et t'assois sur le rebord en lui demandant de se décaler, autant te mettre à l'aise. Plus tu t'installes, plus tu sens que tu fais une connerie mais là tu ne peux pas faire machine arrière, alors tu restes au DESSUS de la couette et tu t'allonges à côté d'elle, vos bras, vos flancs se touchent, tu passes un bras derrière ta tête et tu regardes le plafond comme si de rien n'était, comme si tu ne sentais pas que ce rapprochement enflamme le corps de la jeune adolescente. « Donc... De quoi veux-tu parler ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Dim 24 Sep - 11:59

Je n’aime pas être malade, j’ai horreur de ça. Vous me direz, qui aime être malade ? Personne. La seule chose que je trouve agréable à mon état est de voir Ian, ce serait mentir que de dire que ça ne m’arrange pas d’être malade juste pour le voir. Il m’examine et je comprend bien qu’il n’a pas envie de discuter, alors je prend l’initiative plusieurs fois. Il m’annonce que j’ai une grippe, et me conseille de prendre un bain. Je soupire légèrement, et lui annonce naturellement que je n’ai pas de baignoire, et je sous entend que ça m’arrangerait si j’en prenais un chez lui. J’abuse ? Sans doute. « Oui, j'ai une baignoire. Et non, tu ne peux pas venir prendre un bain chez moi » Je lève les sourcils et m’enfonce un peu plus sous ma couverture, honteuse. Ça m’aurait étonnée qu’il accepte, mais quand même, j’avais un espoir même minime. « Ok… » Ma déception se ressent, mais je décide de ne pas en faire plus. « Une douche froide sera tout aussi efficace »  Je lâche un « Ok. » sur un ton très froid, et je tourne la tête pour tousser. Ça m’énerve bordel, on dirait que j’ai bouffé un chat. Ça m’apprendra, si ça se trouve c’est à cause de notre baiser que je suis comme ça, c’est dieu qui me puni de mon péché… bordel je délire vraiment, ça devient grave. Quand je tourne à nouveau la tête vers le médecin de famille, je comprend qu’il a la ferme intention de partir alors je reprend la parole pour lui de mander de rester. J’utilise mon regard de chat botté afin d’avoir ce que je veux cette fois-ci. Je suis une vraie gamine, j’ai besoin d’avoir ce dont j’ai envie et maintenant, j’ai envie qu’il reste avec moi. Je redoute le moment où je vais me retrouver seule avec ma mère et cette foutue Marie, alors autant repousser le moment. Le Brun semble réfléchir pendant quelques minutes, et quand il hoche la tête, je ne peux m’empêcher de sourire légèrement. Je le regarde retirer ses chaussures et s’asseoir à côté de moi. Je me décale à sa demande, et je suis surprise de voir qu’il s’allonge à mes côtés, même si la couverture sépare nos deux corps. Mon coeur bat vraiment à cent à l’heure, c’est une catastrophe, je suis incapable de détourner le regard, ma respiration s’accélère et… putain je délire vraiment. J’ai vraiment chaud, et je me demande si c’est uniquement à cause de la fièvre. J’ai un problème, un sacré problème je vous le dit. « Donc... De quoi veux-tu parler ? » Je me racle un peu la gorge, ce qui me fait tousser et je soupire en me mettant sur le côté de manière à avoir plus de place. Je le regarde, même si lui semble vouloir fuir mon regard, mais tant pis. « La dernière fois, t’as dit que t’avais eu une déception amoureuse. » Je me mord légèrement la lèvre avant de poursuivre. « Pense rien, t’es même pas obligé de répondre c’est juste que… » Je soupire un peu et ferme les yeux. « Je suis un peu curieuse et j’aimerais apprendre à connaitre mon… » Je grimace. « Mon beau-frère. J’imagine que c’est comme ça que je dois t’appeler ? » C’est triste…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Dim 24 Sep - 21:09

Tu as pris tes aises, tu t'es allongé à côté d'elle sans penser aux conséquences car t'as pas pu résister à sa bouille, ça te rappelle des souvenirs de quand elle était petite et qu'elle arrivait à obtenir tout ce qu'elle voulait avec son joli minois, tu te rappelles le nombre de fois où tu lui as donné quelques sucreries alors qu'il était l'heure de manger, ou alors ces fois que tu l'as poussé sur la balançoire et qu'elle te criait toujours d'y aller plus fort, pour aller plus haut. Tu souffles mentalement en y repensant, car jamais, oh grand jamais tu n'as vu en elle autre chose qu'une petite fille, tu connais Félicie depuis sa naissance, tu as vu ses premiers pas, ses premiers mots, bon à l'époque t'étais qu'un gamin, un adolescent, mais aujourd'hui tu trouves vos rapports malsains, tu n'aurais jamais pu prévoir cette évolution et ça te rend dingue de ne rien pouvoir contrôler, car même si tu le nies, t'es un maniaque du contrôle en ce qui concerne les relations, d'habitude tout est clair dans ta tête. Tu rencontres une fille, vous passez un bon moment ensemble, tu fais en sorte qu'elle prenne autant son pied que toi puis tu passes à une autre en oubliant qu'au fond t'es un connard. Car tu veux pas t'attacher, tu veux pas une nouvelle fois ressentir cette déchirure au fond de ton coeur quand tu te fais abandonner, donc depuis t'as décidé que c'était toi, qui partait. Tu lui demandes innocemment de quoi elle veut parler, tu lui laisses pas le temps de refuser ta présence à ses côtés. Tu continues de regarder le plafond car tu ne sais pas quoi faire d'autres, tu sens la jeune fille bouger à côté de toi et tu devines grâce à son corps contre le tien qu'elle se met sur le côté, sans doute pour avoir plus de place. En même temps deux corps adultes dans un lit censé être pour une personne ça oblige quelques contacts physiques... « La dernière fois, t’as dit que t’avais eu une déception amoureuse ... Pense rien, t’es même pas obligé de répondre c’est juste que… » Tu l'as laisse parler même si t'apprécies pas trop le sujet de conversation, tu l'entends soupirer et tu te retiens de faire de même, après tout t'avais qu'à pas accepter de rester avec elle, tu ne peux t'en prendre qu'à toi et tes stupides pulsions « Je suis un peu curieuse et j’aimerais apprendre à connaitre mon… Mon beau-frère. J’imagine que c’est comme ça que je dois t’appeler ? » Cette fois ci tu retiens pas ton soupire et tu tournes lentement la tête vers elle, et ce n'est vraisemblablement pas la bonne stratégie, vos visages sont seulement à quelques centimètres l'un de l'autre, alors tu décides de retourner la tête et de regarder encore le plafond « A mon âge c'est pas vraiment une déception amoureuse Félicie... » Tu ne sais pas quoi lui dire, car t'as peur que ça ce passe comme la dernière fois, que tu lui en dises trop et qu'au final elle se sente perdue. « Ce n'était pas ma première relation, ce n'est pas non plus la dernière » Ouch, ça fait mal. Mais cette piqure de rappelle est faite pour qu'elle n'oublie pas que dans sa vie des femmes, il en a connu plusieurs et que c'est toujours le cas même maintenant. « Je pensais juste que j'allais finir ma vie avec cette femme, mais elle a décidé autrement » Tu hausses les épaules comme tu peux dans ce petit lit, et tu lui jettes un regard. Car finalement, tu lui avoues que oui, t'étais complètement amoureux, ou du moins assez pour envisager de passer ta vie avec quelqu'un, partager une maison, un chien, des gosses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Mar 26 Sep - 22:30

Quand Ian s’allonge à mes côtés, je suis vraiment surprise qu’il ait accepté ma demande. Je ne m’y attendais vraiment pas du tout mais visiblement, cet homme m’étonnera toujours. Il semble vouloir éviter mon regard et pourtant, je ne peux m’empêcher de le contempler, dans une position sur le côté pas vraiment confortable. Quoi que. Il ne tarde pas à prendre la parole et encore une fois, je suis surprise qu’il en soit à l’initiative. Il me demande de quoi j’ai envie de parler, et je prend le temps de réfléchir pendant quelques instants. Réfléchir ou du moins, hésiter à lui demander ce qui me trotte réellement en tête depuis notre dernière rencontre. Il avait évoqué une petite amie, une déception amoureuse et je serais curieuse d’en savoir plus. Alors c’est timidement que je prend à nouveau la parole, en lui précisant qu’il n’est pas obligé de me répondre. Même si j’en ai envie, avec lui, je sais jamais comment je suis censée faire et réagir. Les hommes c’est trop complexe de toute façon. Je poursuis ma pensée et lui avoue que j’aimerais le connaître davantage, il va devenir mon beau-frère. Enfin c’est comme si il l’était déjà et je trouve ça pathétique. Il soupire, visiblement aussi peiné que moi vis-à-vis de la situation du moins j’imagine. Il tourne sa tête vers moi, et nos visages s’effleurent légèrement, et j’ai tout à coup plus chaud. Je ne sais pas si c’est la fièvre ou bien ce contact, mais quoi qu’il en soit, Ian tourne à nouveau son visage vers le plafond et je soupire. « A mon âge c'est pas vraiment une déception amoureuse Félicie... » Je me racle la gorge, et hoche un peu la tête. Bah ça s’appelle comment alors ? Ouais une rupture… « Ce n'était pas ma première relation, ce n'est pas non plus la dernière » Je déglutis un peu, ouais en même temps heureusement qu’il est plus puceau enfin j’imagine. Mais bon, plus la dernière me met la puce à l’oreille. J’ai peut-être des chances. Bordel mais qu’est-ce que j’ai en tête là ? Je délire complètement ! « Je pensais juste que j'allais finir ma vie avec cette femme, mais elle a décidé autrement »  J’écarquille un peu les yeux, ah ouais ça craint ça. Il s’est fait largué comme un lapin… et c’est pas cool à entendre. Il a l’air touché, et le regard qu’il me jette en dit long. Oui il était amoureux de cette femme, qui l’a visiblement quitté. Je rougis légèrement et détourne le regard. « Pardon je suis désolée je ne voulais pas trop t’obliger à y repenser… » Je soupire. « Moi j’ai jamais eu personne. Enfin… » Je chuchote. « J’ai pas trop le droit, tu vois le genre. » Je ris nerveusement, à cause de la fièvre aussi sans doute. Je deviens dingue, à lui parler de ça. Il s’en fiche complètement et pourtant, je ne sais pas, j’ai envie de lui en parler. On va pas chercher à me comprendre hein ? Ça prendrait toute une vie. « Ian, j’ai un truc à te demander. En tant que médecin et heu… homme. Mature. » Je déglutis, je sais pas où je m’embarque mais je m’embarque bien. « Ouais en fait non je sais pas… » Je suis pathétique, c’est officiel. « Tu crois que c’est vraiment terminé pour ton frère et moi ? Genre on peut pas faire marche arrière ? Car quand même ça me casse les bonbons de m’obliger… » Je soupire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Ven 29 Sep - 16:42

Après tes quelques révélations t'as une boule au ventre et tu sais qu'elle n'est pas prête de partir maintenant que tu mets à repenser à Jessica. Jess c'était ton tout, ta meilleure amie, ta femme, ta confidente. Tes parents n'étaient même pas au courant de votre histoire, enfin du moins c'est ce que tu crois. Ils savaient juste que c'était ta meilleure amie mais tu sais qu'ils ne sont pas idiots et qu'ils avaient du deviner le pot aux roses et pourtant ils ne t'avaient jamais embêté avec ça, même lorsque après votre rupture t'as passé des semaines à te trainer pour aller où que ce soit, t'étais un zombie et plus jamais tu veux te revoir comme ça, surtout si c'est à cause d'une fille. Tu jettes un oeil à Félicie et tu comprends que ce que tu lui as livré la touche, elle est jeune et elle ne sait pas encore comment tout ce bordel marche. Ses grands yeux étonnés te sondent et tu ne sais pas quoi dire car tu as peur d'aller trop loin encore une fois. « Pardon je suis désolée je ne voulais pas trop t’obliger à y repenser… » Tu lui souris doucement en lui disant que ce n'est pas grave, qu'elle ne s'inquiète pas pour ça. « Moi j’ai jamais eu personne. Enfin… » Elle chuchote et tu tends l'oreille pour entendre le reste «  J’ai pas trop le droit, tu vois le genre. » Tu trouves ça mignon, mais d'un coup ça te frappe, si elle n'a jamais eu personne, ça veut dire que t'es le premier qu'elle a embrassé ? Merde, alors là tu ne pourrais pas être encore plus mal... Tu veux lui demander mais elle continue de parler « Ian, j’ai un truc à te demander. En tant que médecin et heu… homme. Mature. » Tu tiques sur le mature, mais avec Félicie tu commences à avoir l'habitude qu'elle te sorte des trucs comme ça « Ouais en fait non je sais pas… Tu crois que c’est vraiment terminé pour ton frère et moi ? Genre on peut pas faire marche arrière ? Car quand même ça me casse les bonbons de m’obliger… » Tu souffles un peu car tu ne sais pas trop quoi lui répondre, après tout c'est pas toi qui à décidé tout ça et t'es pas vraiment au courant des plans de vos parents car tu préfères te tenir à l'écart. « C'est pas que je veux te laisser dans la merde mais... J'en ai aucune idée. Probablement » Tu hausses les épaules tu sais que t'es pas rassurant mais t'as compris que ça servait à rien de lui mentir, t'es d'humeur défaitiste ce soir et malheureusement c'est Félicie qui subit « Tu pourrais très bien partir à ta majorité, mais pour ça faudrait que t'acceptes de couper tous liens avec tes parents, car ça m'étonnerait qu'ils te laissent tranquille » Tu pars trop loin, tu proposes carrément à une gamine de partir pour pas subir les décisions de ses parents. Tu te mords la lèvre et tu soupires « Oublie ce que je viens de dire, c'est ridicule, et tu n'as pas interêt de faire ça »Tu lui jettes un coup d'oeil « Je suis pas vraiment de bonne compagnie ce soir » Tu caresses tes cheveux quelques instants avant de lui poser la fameuse question qui te brule les lèvres « Mh Félicie ? Soit honnête, à propos de ce que tu as dis tout à l'heure... » Tu tournes ta tête vers elle et vos visages sont de nouveau proches comme tout à l'heure mais cette fois ci tu ne te défiles pas car tu meurs d'impatience de savoir, et de voir sa réaction « Quand tu dis que tu n'as eu personne... Ca veut dire que mh... Je suis la première personne que tu as embrassée ? » Tu la fixes, et tu vois qu'elle rougit et ça te fait légèrement sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Sam 30 Sep - 17:57

J’ai l’impression que j’ai besoin de me confier, et besoin surtout d’en savoir plus sur Ian. Alors quand après s’être allongée près de moi suite à ma demande il me questionne sur mon objectif, je l’interroge d’abord sur sa précédente relation. A l’entendre m’en parler, ça n’a pas eu l’air simple, et il semblait être vraiment amoureux. Alors j’en profite, et je lui avoue que moi je n’ai eu personne. Des garçons, ça oui j’en ai embrassé, mais ça n’est jamais allé plus loin à cause de cette foutu famille m’empêchant d’être celle que je veux être. Alors je décide de demander à Ian si il pense que c’est possible de tout annuler entre son frère et moi. Je ne veux pas me marier, jamais, surtout pas avec Matteo. Maintenant que j’ai embrassé Ian, tout semble différent dans mon esprit. « C'est pas que je veux te laisser dans la merde mais... J'en ai aucune idée. Probablement » Je tourne un peu la tête vers lui. « Tu pourrais très bien partir à ta majorité, mais pour ça faudrait que t'acceptes de couper tous liens avec tes parents, car ça m'étonnerait qu'ils te laissent tranquille » Je suis surprise de ce qu’il vient de me dire, il est sérieux ? Je pourrais vraiment partir de chez moi ? Enfin je veux dire, sans qu’on me foute les enfers derrière moi et l’antéchrist ou un truc de ce genre là… c’est ce que dis mon père. Si je pars, les démons partent avec moi et me poursuive jusqu’au jugement dernier. Et ça fou la trouille. « Oublie ce que je viens de dire, c'est ridicule, et tu n'as pas interêt de faire ça » J’hausse les épaules. « J’ai pas peur des démons. » Je soupire, mais quand il glisse ses doigts dans mes cheveux, je m’arrête de respirer quelques instants. « Mh Félicie ? Soit honnête, à propos de ce que tu as dis tout à l'heure... » Je fronce les sourcils, nos visages se rapprochent et je n’ose toujours pas respirer. Enfin je suis discrète. Mais merde, il a quoi, pourquoi il reste aussi proche de moi ? « Quand tu dis que tu n'as eu personne... Ca veut dire que mh... Je suis la première personne que tu as embrassée ? » Je rougis instantanément face à sa question, et je décide de rester silencieuse. Je ne sais pas vraiment si il est le premier. Enfin si je le sais, non, il n’est pas le premier que j’ai embrassé mais au fond qu’est-ce qu’embrasser ? C’est juste rencontrer les lèvres de l’autre ? Ou bien savourer la langue ? Mon dieu c’est dégueulasse… je déglutis. Si embrasser c’est ressentir quelque chose de puissant à l’intérieur de tout notre être, quelque chose qu’on ne saurait pas contrôler et qui nous donne envie, à chaque regard croisant celui de l’autre, de recommencer encore et encore, éternellement, ne plus jamais se séparer. Si la définition d’embrasser c’est ça alors, oui, Ian est bien le premier à y avoir eu droit. J’ai embrassé pas mal de gars. Peut-être une dizaine. Pas moins, et à chaque fois, il y avait une forme d’incompréhension, ça ne me donnait pas envie d’aller plus loin et pourtant avec Ian c’est bien plus différent. Je rougis trop facilement à son regard, je suis taquine avec lui. C’est peut-être sa maturité qui m’attire, j’en sais rien. « Bah… heu… » Je ne sais pas vraiment quoi répondre, c’est difficile comme question. Alors finalement, je me contente de dire tout simplement, « Oui. ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Sam 30 Sep - 22:16

Tu regardes ses joues qui rougissent, son air un peu affolé et ça te fait sourire, tu pourrais presque être fier de ça si ce n'était pas mal, si ce n'était pas Félicie. Mais le problème c'est justement parce que c'est Félicie que tu es comme ça. Ta main passe dans ses cheveux et tu lui demandes si t'es le premier car ça t'intéresse de savoir ça, et surtout tu te sens mal de l'avoir arrêté même si c'était la meilleure chose à faire. T'as quand même un coeur et s'il s'avère que tu es le premier, comme tu en es persuadé, et que tu l'as repoussé t'imagines même pas le mal que ça a pu lui faire. T'es nerveux et elle semble prendre tout son temps pour répondre, son visage devient rouge, elle évite de te regarder droit dans les yeux et elle semble peser le pour et le contre. Puis la sentence tombe « Oui. » Ta main se crispe légèrement dans ses cheveux et tu prends quelques secondes pour réfléchir à ce qu'elle vient de dire. Tu es donc le premier, du moins d'après ce qu'elle te dit mais pourquoi mentirait-elle ? Tu te mords la lèvre et la regarde, elle rougit toujours comme si elle avait honte alors qu'en réalité c'est plutôt toi qui devrait avoir honte, tu te sens tellement mal de savoir que son premier baiser a été raté, par ta faute. Tu ne sais pas pourquoi t'en fait toute une histoire, pourquoi ça te préoccupe tant. Mais t'as à coeur de réparer ça. Alors sans réfléchir tu lui demandes « Et... Est-ce que tu me laisserais réparer ça ? » Tu prends son silence comme réponse positive, et toujours en ayant oublié tes neurones quelque part tu descends ta main dans son cou, puis derrière sa nuque pour rapprocher son visage du tien. A cet instant t'es complètement coupé du reste du monde, la seule chose qui t'importe c'est de continuer à entendre son souffle devenu irrégulier par votre rapprochement et de voir ses yeux naviguer entre les tiens et tes lèvres. Tu souris légèrement, certainement pas conscient de ce que tu vas faire même si t'en meurs d'envie depuis ce fameux lundi. Sans perdre plus de temps cette fois ci, c'est toi qui l'embrasse. D'abord doucement, tu presses tes lèvres contre les siennes et là tu sens ton coeur t'emballer, comme si il battait pour la première fois, t'es même pas sur qu'il est déjà battu aussi fort, t'as même l'impression qu'elle pourrait l'entendre. Tu l'as taquine, tu mords délicatement sa lèvre inférieure pour lui faire ouvrir la bouche, et à la seconde où elle entrouvre ses lèvres tu laisses ta langue trouver le chemin de la sienne, et tu les unis dans un long ballet sensuel qui malgré toi te fait ressentir des choses, mais t'es perdue dans la magie de l'instant et tu ne penses à rien d'autres que les lèvres de Félicie contre les tiennes, ta main qui caresse doucement sa nuque pendant que les siennes sont posées timidement sur ton torse et qui ne bouge pas vraiment. Tu recules après ces quelques minutes intenses, t'oses même pas imaginé il en est quoi pour elle, mais t'espère qu'à elle aussi, ça lui a fait autant d'effet. Tu reposes doucement tes lèvres sur les siennes mais cette fois ci tu te contentes juste de déposer quelques tendres baisers qui ressemblent surtout à des effleurements pour la laisser reprendre son souffle, t'emprisonnes une dernière fois sa lèvre avant de la laisser tranquille puis tu te recules et là tu te prends une claque, une bonne grosse claque du genre "t'es dans la merde". Tu l'as regarde avec ses lèvres légèrement plus rosées que d'habitude et ses cheveux emmêlés à cause du passage de ta main. Tu te retiens clairement de vomir, et tes yeux se voilent, t'es encore allongé dans son lit car t'es incapable de bouger alors que tu devrais déjà être dehors.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Félicie Gauthier
« la sale môme »

» messages : 27
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Mar 3 Oct - 19:53

Je n’ai pas pour habitude de parler de mes sentiments avec qui que ce soit, et je me surprend ce soir à avouer mes émotions et mon ressenti à Ian. Il n’est pas n’importe qui, certes, il est mon médecin, mon futur beau-frère aussi. Mais toutefois, c’est assez surprenant de ma part. Je lui avoue ainsi, timidement après qu’il m’ait posé la question qu’il est bien le premier homme que j’ai embrassé. Mes joues virent immédiatement au coquelicot, me voilà gênée, je ne sais plus ou me mettre et un léger silence s’installe entre nous. Moi qui pensais que Ian allait s’enfuir en courant après cet aveu, je suis décidément surprise ce matin par tant de proximité entre nous deux. Finalement, nos regards se croisent, et c’est le moment qu’il choisi pour prendre la parole. « Et... Est-ce que tu me laisserais réparer ça ? » J’écarquille légèrement les yeux, et reste silencieuse. J’imagine qu’il prend ça pour un oui, et s’en est un ou du moins, c’est ce que je suppose. Ses doigts se glissent derrière ma nuque, et nos visages se rapprochent dangereusement. J’ai le souffle coupé, je reste immobile et pourtant, à l’intérieur de moi, l’excitation me ronge et se mêle à ce sentiment d’appréhension que je ne connaissais pas jusqu’alors. Ma respiration ne tarde pas à devenir irrégulière plus le visage du jeune homme se rapproche du mien, et quand ses lèvres rencontrent enfin les miennes, c’est l’extase. Mes yeux se ferment doucement profitant de la délicatesse de cet échange auquel je ne m’attendais pas et pourtant, duquel j’attend désormais bien plus de choses. Mon coeur s’emballe, à la limite de la tachycardie, et mes pensées s’évaporent pour que mon esprit se concentre uniquement sur ce que je suis en train de vivre. Le baiser est plus sauvage, plus passionné qu’à la fois précédente et tandis qu’il mord doucement ma lèvre, nos langues se muent dans une légère danse, s’apprivoisant, même si les deux n’ont pas l’air inconnu. J’ai l’impression que je suis née pour vivre ce moment, cet échange, et je ne pense plus aux effets négatifs ni même à ma mère et ma soeur qui se trouvent non loin de non, séparés uniquement par un fin mur de brique. Ses caresses dans ma nuque me font frissonner alors que mes mains s’invitent sur son torse uniquement pour m’appuyer contre lui, sentir sa chaleur, son odeur plus intimement encore. Ian se décale de moi quelques secondes avant de m’embrasser à nouveau, tendrement, soufflant sur mes lèvres comme sur un pissenlit et je frissonne de plus belle. Il me mord une dernière fois la lèvre avant de se décaler, et de s’allonger à nouveau dans le lit, et je comprend que nous venons de vivre un choc mutuel. Nous venons de réaliser ce qu’il vient de se passer, et ça ne me met pas forcément à l’aise. Il tourne sa tête vers moi tandis que j’essaye tant bien que mal de me remettre de ma respiration archaïque. « Ian je… » c’est sans compter sur la porte qui s’ouvre, laissant apparaitre ma mère et je sursaute en m’asseyant dans le lit, posant une main sur le torse du brun. « Maman… » Ma mère fronce les sourcils et je la coupe alors qu’elle allait poser une question. « Va chercher du sucre, il a fait un malaise, je viens de l’installer sur le lit mais je pense qu’il a besoin de force. » Je déglutis et me lève timidement en jetant un regard taquin au médecin, pas peu fière d’avoir trouvé une solution. Si ma mère n’est pas dupe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ian Tremblay
« docteur mamour »

» messages : 26
» inscrit le : 10/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   Sam 7 Oct - 11:05

C'était doux, tendre, et fort. Plus fort que tu l'aurais cru possible. C'était une explosion de papillon dans ton abdomen, dans ta tête. Tu t'es perdu dedans alors que tu n'aurais même pas du l'approcher. Elle était timide et tu le sentais bien, ses mains n'osaient pas bouger, ses lèvres te répondaient timidement, comme si elles avaient peur de faire quelque chose de mal. T'es un peu sous le choc de ce que tu as osé faire, car ça t'es venu naturellement, t'en avais envie alors tu l'as fais sans penser aux conséquences et maintenant tu t'es mis dans une sacré merde, pour changer. « Ian je… » Ses yeux te sonde et tu ne sais toujours pas quoi faire, car t'es toujours allongé dans le lit d'une gamine de 17 ans, comme si c'était normal. Mais le karma décide de s'en mêler car la porte de la chambre de Félicie s'ouvre sur sa mère, qui me dévisage comme si j'étais le diable, si elle savait que c'était vrai... Mais Félicie a eu le réflexe de se relever pour s'asseoir lorsque la porte a commencé à s'ouvrir. « Maman… » Tes neurones tournent à 100 à l'heure et tu t'apprêtes à te relever mais Félicie plaque une main sur ton torse et débite plus rapidement que toi un mensonge à peu près plausible. « Va chercher du sucre, il a fait un malaise, je viens de l’installer sur le lit mais je pense qu’il a besoin de force. » Maline, la petite. Tu n'aurais pas pu trouver mieux. Sa mère te lance un dernier regard suspect avant de descendre chercher quelque chose qui pourrait te remettre d'aplomb et tu ne peux t'empêcher de soupirer lorsque tu l'entends descendre les escaliers, t'as vraiment eu chaud. Tu regardes Félicie qui te regarde avec plein de malice dans les yeux et tu ne peux t'empêcher de lui sourire doucement. « Je vais passer pour quoi moi maintenant ? » Tu la taquine un peu, tu détends l'atmosphère. Tu te relèves pour t'assoir et caler ton dos contre la tête de lit et tu laisses ta tête reposer en arrière contre le mur en soupirant. Tu n'entends même pas sa mère arriver et tu sursautes en sentant sa main sur ton front, t'es gêné et tu t'excuse auprès de madame Gauthier « Excusez moi Maryse, en ce moment les journées sont... Longues, épuisantes » Tu jettes un coup d'oeil à Félicie. Ton excuse a l'air crédible puisque mme Gauthier change instantanément d'expression et tout d'un coup c'est elle qui s'excuse de t'avoir fait venir, et elle commence à te sermonner sur le fait que tu dois te reposer et prendre des jours, en gros elle essaye de prendre la place de ta mère. Tu lui souris doucement, tu joues un peu de ton charme tu l'avoues, mais en même temps même si son discours n'a pas vraiment lieu d'être tu ne peux pas faire autre chose que d'acquiescer et de lui sourire. Après quelques longues minutes elle redescend car Marie l'appelle tu en profites pour te relever, attraper tes affaires en regardant Félicie toujours assise sur son lit. Tu hésites quelques secondes, te balançant d'un pied à un autre « Bon... » Tu t'approches d'elle et tu embrasses son front, un peu comme un grand frère le ferait avec sa petite soeur, mais pour vous ce n'est pas si innocent que ça... Tu lui adresses un dernier regard, tu lui dis de se reposer et de ne pas faire trop d'effort pendant les prochaines heures puis tu refermes la porte de sa chambre et t'as l'impression d'enfin pouvoir respirer seulement lorsque tu entres dans ta voiture.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: someone needs a doctor? (félician)   

Revenir en haut Aller en bas
 

someone needs a doctor? (félician)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ze cure - the air doctor
» Chara Doctor Who
» 108 chemins spirituels du Dr BAREFOOT
» Matt Smith - Trust me, I'm the Doctor
» (m) nick gehlfuss ▶ i need a doctor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-