AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 et le cauchemar commence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Invité
Invité





MessageSujet: et le cauchemar commence   Jeu 15 Juin - 22:36


et le cauchemar commence
sara & elena

Le réveil est difficile, j’ai eu beaucoup de mal à m’endormir après ma soirée avec Elena, j’ai presque eu peur que ce ne soit qu’un rêve. D’ailleurs en ouvrant les yeux, mon premier réflexe est de les poser sur la table de nuit, sur cet anneau qui trône encore. Le coeur battant, je tends le bras pour aller récupérer l’alliance d’Elena et la fais tourner entre mes doigts. J’ai l’impression d’entendre encore son rire, de sentir encore son corps près du mien, au dessus du mien, et ses lèvres sur les miennes. Mon dieu. Comment j’ai pu la laisser partir sans rien faire après le baiser qu’elle a posé sur mes lèvres. Mon coeur s’affole encore un peu plus en y repensant, et après un soupir, je décide de me lever pour aller prendre ma douche, reposant l’alliance sur la table de nuit. Après ma douche je louche sur mon portable, elle n’aurai pu m’envoyer de message puisqu’elle n’a pas mon numéro, c’est à moi de faire le premier pas. N’est-il pas trop tôt ? Je m’habille, pensive. Je suis là pour retrouver mon frère et au final je ne pense qu’à Elena. Comme si la revoir n’avait fait qu’amplifier la place qu’elle possédait déjà dans mon for intérieur. Je prends mon courage à deux mais et récupère mon portable une fois habillée. Je souffle un peu et rédige un message que j’efface une bonne dizaine de fois avant de recommencer pour finalement envoyer trois fois rien. Je me déteste à cet instant. Nouveau soupir. Je vérifie que j’ai tout ce qu’il me faut, jette un coup d’oeil à ma montre et avant de partir, je récupère l’alliance d’Elena que je glisse à mon annulaire droit, parce que le gauche aurait sans doute trop de signification. Un regard sur ma main, léger sourire, et je claque la porte de ma chambre d’hôtel. C’est vêtue d’une robe simple dans les tons grenat, d’un collant, d’une paire de bottes à talons et d’une veste en cuir que je me glisse dans le chauffeur privé que je viens de commander via mon application sur mon smartphone. Je donne l’adresse au chauffeur canadien et il me mène jusqu’à la maison de mon frère. Voir écrit Lazzini sur la boîte aux lettres me fait sourire, et j’entre, passant le portable de la propriété pour finalement me retrouver devant la porte. Un dernier souffle, coeur battant, et je sonne de ma main droite, mon regard accrochant cet anneau à mon doigt. Mais assez vite la porte s’ouvre et je tombe des nues en découvrant le visage de celle qui vient d’apparaître. Elena. Mon cerveau n’a pas le temps de faire les connexions que déjà je fronce les sourcils, perdue. « Elena ? Tu… » « Chérie ? Merde je devais ouvrir pour te faire la surprise ! » Une voix d’homme approche et c’est alors que je découvre la silhouette de mon frère, ses cheveux bouclés son teint halé et sa barde de trois jours. Il me serre immédiatement dans ses bras et j’ai du mal à comprendre, je peine presque à lui rendre son étreinte. « Ça me fait tellement plaisir de te voir petite soeur. Et je te présente Elena, mon épouse. Elena voici Sara, ma petite soeur. Je voulais te faire la surprise… » Je tombe totalement des nues et mon regard change du tout au tout concernant la jeune femme. Elle m’a menti, et pire que ça, elle est mariée à mon frère. Putain de coïncidence de merde.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Sam 17 Juin - 15:47


et le cauchemar commence
sara & elena

Jamais je n’aurais imaginé être autant bouleversée par ces retrouvailles, aussi intense ont-elles été, aussi incroyable. Un doux baiser sur ses lèvres avant de m’envoler vers mon domicile, là où attend mon mari, pensant que j’étais au travail. Un mensonge bien trop gros déjà, mais il n’est que la suite d’une série déjà bien trop longue. Notre couple tient sur un fil, et j’ai l’impression d’être la seule à m’en rendre compte. Alors quand ce matin, il s’invite avec moi sous la douche, je ne sais pas vraiment quoi lui dire. Ses mains sur mon corps me font frissonner, et je ne peux m’empêcher de penser à Sara en cet instant. Et à son sms, que je me suis dépêchée de supprimer pour ne pas que Matteo tombe dessus. Oublier cette erreur. Ne pas me laisser séduire. Et trouver une excuse, vite. « Matteo, arrête, ta soeur arrive d’un moment à un autre. On peut pas là. » Je l’embrasse rapidement avant de sortir de la douche, et déjà, la porte d’entrée sonne. Le peignoir autour de mon corps nu, je me précipite au rez de chaussé et ouvre cette dernière, en faisant attention de ne pas laisser apercevoir mon corps. Et quand je vois son visage, quand je la reconnais, mon coeur loupe un battement. « Elena ? Tu… » Je fronce un peu les sourcils, ne comprenant pas ce qu’il se passe. Qu’est ce qu’elle fait là ? Je ne lui ai pas donné mon adresse, et d’un coup, j’ai peur de comprendre. J’entend Matteo arriver par derrière, en train de fermer sa chemise, et je n’arrive même pas à lui sourire.« Chérie ? Merde je devais ouvrir pour te faire la surprise ! » Un léger mouvement dans mes cheveux, et c’est instinctivement que je referme un peu plus mon peignoir encore. J’ai l’air d’une grande mère, plutôt que d’une femme qui allait s’envoyer en l’air dix minutes plus tôt. Matteo prend Sara dans ses bras, et je commence peu à peu à comprendre. Pitié, ne me dites pas que c’est elle.« Ça me fait tellement plaisir de te voir petite soeur. Et je te présente Elena, mon épouse. Elena voici Sara, ma petite soeur. Je voulais te faire la surprise… » Je tremble un peu, et j’adresse un léger sourire à la jeune femme, que je n’ose même pas regarder dans les yeux. « Je… heu… » Mon mari vient vers moi pour passer sa main sur ma joue, et je secoue la tête. « Non. Je vais finir de me préparer, je, j’arrive. » Un dernier sourire, et je me dépêche de monter à l’étage, sentant déjà mon coeur qui s’accélère à nouveau, et la peur ronger mon ventre. C’est quoi ce bordel ? C’est un cauchemar, un véritable cauchemar. J’enfile ma tenue, me coiffe en laissant mes cheveux humides tomber sur mes épaules, et je descend à nouveau les escaliers pour rejoindre la fratrie dans le salon. « Chérie, tout va bien ? C’est le manque de sommeil c’est ça ? T’es encore rentrée à pas d’heure cette nuit. » Je déglutis un peu et adresse un léger regard à Sara, n’osant rien dire. « Oui, ça va. Vous voulez un café ? Un thé ? » En attendant leur réponse, je m’assoie en face de mon mari, à côté de sa soeur. De Sara. C’est pas possible. « Sara, excuse moi, je suis heureuse de te rencontrer. » Un léger sourire, même si ma voix est tremblante. C’est un enfer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mar 20 Juin - 23:44


et le cauchemar commence
sara & elena

Je tombe des nues, littéralement. J’ai du mal à comprendre ce que Elena peut faire ici, en peignoir en plus de ça. Les sourcils froncés, je cherche à démêler mes idées, mes pensées, et voilà que mon frère arrive pour me prendre dans ses bras. Je peine à le serrer contre moi et voilà qu’il me présente. Sa femme. Son épouse. Elena. Mon coeur se serre et déjà l’émotion se traduit dans mes yeux. « Je… heu… Non. Je vais finir de me préparer, je, j’arrive. » Elle s’éclipse et je n’arrive même pas à la regarder filer. J’ai trop mal je crois. Hier soir encore elle me disait qu’il n’y avait personne dans sa vie malgré l’alliance qu’elle portait. Et ce baiser. Ce baiser qui m’a donné des ailes mais qui au final ne signifiait rien. Elle est mariée. Mariée à mon frère. Je dois m’empêcher de penser à tout ce qu’ils partagent, et le corps de cette femme que j’ai toujours aimée, entre les mains de mon frère adoptif. Nausée. Matteo me propose que l’on s’installe dans le salon et je le suis sans broncher, essayant du mieux que je peux de ne rien laisser sembler de mon mal-être. Après avoir discuté une ou deux minutes, Elena redescend, ses cheveux mouillés tombant en cascade sur ses épaules. Qu’est-ce qu’elle est belle. Mais à cet instant précis je lui en veux. Beaucoup. « Chérie, tout va bien ? C’est le manque de sommeil c’est ça ? T’es encore rentrée à pas d’heure cette nuit. » Elle me regarde et je baisse les yeux, comme brûlée par son regard, par le souvenir de cette nuit de retrouvailles partagée qui me faisait me sentir légère et qui aujourd’hui plombe mon coeur. « Oui, ça va. Vous voulez un café ? Un thé ? » Elle est aussi mal à l’aise que moi, à la différence que moi, je n’ai rien à me reprocher. Mon frère demande à sa femme un café et j’en fais de même, la laissant repartir dans la cuisine. Lorsqu’elle revient, elle s’assied près de moi et déjà mon coeur s’emballe à une vitesse folle. « Sara, excuse moi, je suis heureuse de te rencontrer. » Je plonge mon regard dans le sien et je pense qu’elle peut y lire toute l’amertume que je peux ressentir. Je m’efforce de lui adresser un sourire en retour même s’il n’est pas vraiment sincère. « Pareillement. Je suis juste étonnée que mon frère n’ait jamais mentionné sa douce épouse ! » Je tourne alors les yeux vers mon frère pour qu’il réponde à ma question. « Ça fait longtemps vous deux ? » J’ai besoin d’en savoir plus, besoin de savoir si elle m’a menti pour une histoire qui dure depuis quelques mois ou depuis quelques années. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle n’a pas mentionné son mari.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 21 Juin - 9:22


et le cauchemar commence
sara & elena

J’ai l’impression d’aller de surprise en surprise depuis hier. Le retour de Sara dans ma vie a chamboulé mon quotidien, mes habitudes, et en l’espace d’une nuit, j’ai l’impression d’avoir fait la plus grosse connerie de ma vie. L’embrasser, alors que je suis mariée, et lui mentir à ce propos. Et maintenant que je sais que Sara est la soeur de Matteo, ça n’arrange rien. « Pareillement. Je suis juste étonnée que mon frère n’ait jamais mentionné sa douce épouse ! » Je baisse un peu les yeux pour ne pas affronter le regard de Sara, et pose mes lèvres sur ma tasse de thé, encore brulante. Manquant de me bruler, je grimace en lâchant un petit soupire. « Ça fait longtemps vous deux ? » Je déglutis, quand Sara va apprendre que Matteo et moi sommes un couple marié depuis six ans, ça va être la joie. Mon mari n’attend pas plus longtemps, et il lâche la bombe. « Ça commence à faire un moment oui. Nous sommes ensembles depuis sept ans, et nous venons de fêter nos six ans de mariage ! » Il me regarde en souriant, et je lui rend son sourire, terriblement mal à l’aise. Il boit ensuite quelques gorgées de café alors que le silence s’installe, et finalement, il le brise en adressant la parole à Sara. « Et toi ? Il y a quelqu’un dans ta vie ? Avec une beauté pareille, tu dois faire des ravages petite soeur. » Et soudain, j’ai la boule au ventre, car j’en sais rien. À mon tour de me retrouver dans l’impasse, de ne pas savoir une chose pourtant très importante de la jeune femme. Autant dire que la matinée s’annonce mouvementée. « Chéri, tu peux partir chercher des gâteaux dans la cuisine ? Ils sont en haut, tu sais, je peux pas les attraper. » Il hoche la tête, et s’exécute sans broncher. Il sait très bien que c’est soit lui, ou bien je vais être obligée de monter sur une chaise, et il n’aime pas ça. Alors autant lui demander et en plus, ça me permettra de rester seule pendant deux minutes avec Sara. Il ne tardera pas à revenir, nous n’aurons pas le temps de parler mais au moins, je vais avoir le temps de m’excuser. Une fois qu’il est bien parti, je jette un coup d’oeil pour vérifier qu’il est bien dans la cuisine, et je me tourne vers Sara, en panique. « Sara je, je suis désolée. Je pensais pas que c’était ton frère et… » Je baisse les yeux, honteuse d’être obligée de lui dire ça pour me justifier. « Notre couple est dans une impasse, je pensais que… c'est pour ça que... j’ai été conne, excuse moi. » Le rouge qui me monte aux joues, je prend ma tête dans mes mains pour réfléchir. Non seulement j’ai menti à cette femme, mais en plus, je l’ai embrassé. C’est comme si j’avais trompé mon mari, je suis ignoble. Une épouse qui aime son mari ne fait pas ça, c’était complètement idiot, stupide de ma part. Et pourtant, ce baiser, j’arrête pas d’y penser et c’est bien ça le pire. Il a hanté ma nuit, et il a kidnappé mes pensées. Elena, t’es trop conne.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 21 Juin - 15:37


et le cauchemar commence
sara & elena

Je mets les deux pieds dans le plat, parce que je suis blessée d’apprendre une telle nouvelle de but en blanc, surtout avec la soirée que j’ai passée avec l’épouse de mon frère hier soir. J’ai du mal à y croire, je pense presque à une mauvaise blague, mais vu la tête d’Elena, j’en doute. « Ça commence à faire un moment oui. Nous sommes ensembles depuis sept ans, et nous venons de fêter nos six ans de mariage ! » Je manque de m’étouffer avec mon café. « Ah oui quand même ! » Ouais, ils ont pas fait les choses à moitié, c’est clair ! « Et toi ? Il y a quelqu’un dans ta vie ? Avec une beauté pareille, tu dois faire des ravages petite soeur. » Je me pince un peu les lèvres en souriant à moitié. Tu parles. Faire des ravages, ça m’intéresse pas. Si tu savais mon frère, que la seule femme qui n’ait jamais fait battre mon coeur c’est celle que tu as eu la chance d’épouser. « Personne non. Enfin rien qui ne vaille la peine d’en parler. Pas de mariage quoi ! » J’enfonce le couteau parce que je suis blessée. C’est plus fort que moi, mon caractère d’italienne je suppose. « Chéri, tu peux partir chercher des gâteaux dans la cuisine ? Ils sont en haut, tu sais, je peux pas les attraper. » Il ne tarde pas à répondre à la demande de son épouse et j’aurai presque voulu aller les chercher moi pour éviter de me retrouver seule avec elle. « Sara je, je suis désolée. Je pensais pas que c’était ton frère et… » Je secoue la tête n’osant même pas la regarder, je garde les doigts crispés sur ma tasse de café, une boule naissant dans ma gorge. « Quelle importance. » Mon ton est fataliste j’en ai bien conscience, mais aujourd’hui tout est différent, et si j’étais hier la plus heureuse du monde, aujourd’hui c’est comme si la terre s’ouvrait sous mes pieds pour m’avaler toute crue. « Notre couple est dans une impasse, je pensais que… c'est pour ça que... j’ai été conne, excuse moi. » Je relève les yeux vers elle et elle ne pourra cette fois y lire aucune bienveillance, aucun amour. J’ai mal, elle m’a blessée et je lui en veux. Oui. « Arrête. Tu m’as bien prise pour une conne. Je vois pas comment je pourrai excuser ton comportement Elena c’est juste… » J’ai mal, putain j’ai mal. Et elle m’a embrassée en plus. J’y crois pas. Je me décale un peu, je ne veux plus la regarder, je voudrais partir, ne plus sentir son parfum. J’ai envie de pleurer. Mon frère revient avec les gâteaux, visiblement tout content. Lui ne doit pas être au courant que leur couple est dans une impasse, ou il joue très bien la comédie. Matteo engage la conversation sur mon boulot, sur la danse en général, ma tournée avec Dancing With The Stars et la visibilité à la télé, tout un tas de sujets intéressants et c’est volontairement que je fais comme si Elena n’existait pas. Et soudain le téléphone de Matt se met à sonner. Il s’excuse et s’éloigne sur la terrasse. Un nouveau silence s’installe. Je n’ai aucunement envie de le briser, aucunement envie de lui parler. Je suis bien trop blessée par son mensonge et en même temps, je meurs de la savoir si près et d’être obligée de me retenir de la serrer contre moi. Elle m’a tellement manqué.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 21 Juin - 23:29


et le cauchemar commence
sara & elena

« Ah oui quand même ! » Je baisse un peu les yeux, complètement honteuse. Il faut dire que mon mensonge est d’autant plus grave que Matteo et moi sommes un couple unis par les liens du mariage, et depuis plusieurs années déjà. Je n’ose rien dire, le silence montre bien à quel point je suis mal à l’aise avec la situation. C’est bien trop délicat ça, je sais pas trop comment me justifier. Alors quand mon mari demande à la jeune femme si elle a quelqu’un dans sa vie, mon coeur bat à cent à l’heure avant de découvrir si oui ou non cette femme m’a menti aussi. Ou du moins, elle m’a laissé sous entendre qu’elle était célibataire. Enfin je crois. « Personne non. Enfin rien qui ne vaille la peine d’en parler. Pas de mariage quoi ! » Et va y, prend ça dans la tronche. Je sais très bien que ces derniers mots me sont destinés, et je les prend en plein coeur. J’ai besoin de lui donner des explications, de me justifier, alors je trouve l’excuse du paquet de gâteau impossible à attraper, et mon mari s’éloigne de nous pendant quelques instants. J’en profite pour dire à Sara que je suis désolée, utilisant l’excuse de l’ignorance. « Quelle importance. » Je déglutis un peu, et continue de m’excuser, en expliquant que mon couple est dans une impasse, et que j’ai été conne. Ses yeux croisent les miens, et ce qui reflète à l’intérieur n’a rien de magique contrairement à hier soir. « Arrête. Tu m’as bien prise pour une conne. Je vois pas comment je pourrai excuser ton comportement Elena c’est juste… » Je baisse un peu les yeux, et quand elle se décale de moi, je soupire. Je n’ose rien dire de plus, je m’en veux trop et la culpabilité est immense. Alors quand Matteo revient avec les gâteaux demandés, je lui adresse un léger sourire quand il passe sa main dans mes cheveux, et les deux reprennent leur conversation. Je me fait discrète, bien trop discrète, et je me contente d’écouter. Je n’ose rien dire du tout, ce serait trop délicat. Je devrais peut être m’éclipser, les laisser tranquille, en paix, sans moi. Je suis de trop de toute façon. Je n’ai pas le temps de me lever que mon mari le fait à ma place, après avoir entendu sa sonnerie de téléphone. Il s’éloigne à nouveau, et je sais qu’il risque d’en avoir pour un moment cette fois ci. Le silence s’installe à nouveau, et je baisse un peu la tête pour regarder le sol et réfléchir. Je ne sais même pas quoi dire à cette femme, je suis encore plus perdue qu’hier soir maintenant. La culpabilité me ronge déjà, et je m’en veux d’avoir menti. Cependant, je sais que si j’avais dit la vérité, la soirée n’aurait pas été aussi magique. En l’espace de quelques heures, j’ai eu la possibilité d’oublier ma vie, d’être celle que j’avais envie d’être. Ne plus penser à mes soucis de couple, juste à moi et à cette fille de retour dans ma vie. Cette fille que j’ai laissé partir. « On fait tous des erreurs Sara. J’ai fait l’erreur de te laisser partir il y a quinze ans. » Je relève la tête vers elle. « Je voulais te le dire, mais pas hier soir. Pas au départ. J’avais juste envie de profiter de toi, de te retrouver, de ne plus penser à mes difficultés de couple. Tu peux au moins le comprendre ? » Je déglutis. « Je ne savais pas que c’était ton frère, je voulais y aller en douceur pour te l’apprendre et… voilà. Ça nous retombe toujours sur la gueule et je le mérite. » Je soupire. « Mais s’il te plait, fais pas la tête. » J’ai une tête de gamine, comme lorsque nous étions ensembles après des petites disputes. « On doit pas s’abandonner une seconde fois à cause d’une connerie. Et puis ça change quoi, je suis mariée, à ton frère en l’occurence et voilà. On y pense plus c’est qu’un détail. » Un détail oui, mais un gros détail quand même. Parce que j’ai posé mes lèvres sur les siennes, alors qu’elles sont censées n’appartenir qu’à Matteo.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Ven 23 Juin - 19:09


et le cauchemar commence
sara & elena

Je n’y vais pas de main morte, mais je suis blessée. Et comme un animal blessé, j’attaque. C’est mon caractère d’italienne je pense, ça doit sacrément y jouer. Je reste silencieuse vis à vis d’Elena pour lui faire comprendre à quel point je lui en veux de m’avoir menti, et continue de discuter avec mon frère jusqu’à ce qu’il s’éclipse. Un soupir, je sens que la jeune femme à mes côtés risque d’en profiter pour me parler et je ne suis plus certaine d’en avoir envie. Pourtant, je la laisse faire. « On fait tous des erreurs Sara. J’ai fait l’erreur de te laisser partir il y a quinze ans. » C’est trop facile de parler de notre passé. Là on parle du présent, enfin d’hier plus particulièrement. Et c’est encore douloureux d’avoir ressenti cette plénitude, pour aujourd’hui me confronter à un mur qui me dit ‘dommage, plus qu’à faire demi-tour!’. « Je voulais te le dire, mais pas hier soir. Pas au départ. J’avais juste envie de profiter de toi, de te retrouver, de ne plus penser à mes difficultés de couple. Tu peux au moins le comprendre ? » Je soupire et ferme les yeux une seconde ou deux, comme pour essayer de me reprendre. « Je ne savais pas que c’était ton frère, je voulais y aller en douceur pour te l’apprendre et… voilà. Ça nous retombe toujours sur la gueule et je le mérite. Mais s’il te plait, fais pas la tête. » me demande-t-elle avec sa voix douce et suppliante. Comment je suis censée réagir à ça moi ? Résister à ça ? Je sens mon coeur se serrer, je dois résister, elle m’a blessée. « On doit pas s’abandonner une seconde fois à cause d’une connerie. Et puis ça change quoi, je suis mariée, à ton frère en l’occurence et voilà. On y pense plus c’est qu’un détail. » Je secoue la tête avant de replonger dans mon regard, sans élever la voix même si j’en meurs d’envie, mais je ne veux pas que mon frère n’ai la puce à l’oreille. « C’est qu’un détail ? » Je souffle un peu et prends ma tête entre mes mains une seconde comme pour me réveiller d’un cauchemar affreux. « Je dois te rappeler que tu m’as embrassée hier soit Elena ? » Je secoue un peu la tête en la regardant. « Alors quoi ? Je dois juste oublier comme ça ? Faire comme s’il s’était rien passé, simplement parce que tu as décidé de me mentir ? » Je ris un peu, un rire jaune et nerveux. « T’es mariée à mon frère putain. Comment tu veux que je… MERDE ! » Je me lève du canapé pour marcher un peu, parce que je perds patience. Tout se chamboule à l’intérieur de moi, j’aimerai simplement tout oublier, la prendre par la main et qu’on s’enfuit toutes les deux, en Italie ou ailleurs, juste elle et moi. Mais merde, il a fallu qu’elle se marie avec mon propre frère. La vie se fout vraiment de ma gueule. « Pourquoi tu m’as embrassée ? Pourquoi t’as fait ça ? Que tu aies pas voulu me dire que tu étais mariée c’est une chose, je peux comprendre, à la limite, mais ce baiser c’était… trop. C’était complètement con. Envers moi et envers lui ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Ven 23 Juin - 22:08


et le cauchemar commence
sara & elena

Je savais qu’en embrassant Sara hier soir, que je n’allais pas m’en sortir indemne, un mensonge, et me voilà maintenant dans un sacré problème. Et en précisant que Matteo n’est qu’un détail, je sais que je ne suis pas au bout de mes surprises. « C’est qu’un détail ? » Je ferme les yeux en secouant la tête, et soupire un peu. Non, ce n’est pas un détail non. « Je dois te rappeler que tu m’as embrassée hier soit Elena ? » Je n’ose plus la regarder dans les yeux, et en même temps, je ne peux m’empêcher de le faire. Et ce que je vois dans ses yeux, j’aurais préféré ne jamais le voir croyez moi. « Alors quoi ? Je dois juste oublier comme ça ? Faire comme s’il s’était rien passé, simplement parce que tu as décidé de me mentir ? » Elle rit, et je secoue la tête, honteuse. « Sara arrête je… » Je n’ai pas le temps d’en dire plus, que déjà, elle me coupe et reprend la parole. « T’es mariée à mon frère putain. Comment tu veux que je… MERDE ! » Elle se lève d’un coup du canapé, et quant à moi, je m’enfonce dans ce dernier comme pour m’enfuir de ce merdier. Car c’est bien le mot, je viens de nous foutre dans la merde, moi, elle, Matteo. Et lui qui n’est pas au courant, je ne sais même pas si je vais être capable de lui dire un jour. Je ne sais même pas si je vais être capable de m’empêcher de parler à cette femme, et de désirer l’embrasser plus que tout. Putain Elena, ressaisit toi merde ! Je secoue la tête en pensant à ça, et je ferme les yeux en prenant ma tête dans mes mains. Je suis trop conne, vraiment, je suis même puérile en face d’elle. J’ai honte et clairement, je n’ai même pas pensé à Matteo quand j’ai posé mes lèvres sur les miennes. C’était l’instinct, rien de plus. « Pourquoi tu m’as embrassée ? Pourquoi t’as fait ça ? Que tu aies pas voulu me dire que tu étais mariée c’est une chose, je peux comprendre, à la limite, mais ce baiser c’était… trop. C’était complètement con. Envers moi et envers lui ! » Je lève la tête d’un seul coup, et me lève à mon tour pour m’approcher d’elle. « Oui, c’était con. Mais Sara mon dieu mais… » Je jette rapidement un coup d’oeil pour vérifier que Matteo est bien loin de nous, et visiblement, c’est toujours le cas. Alors je m’approche de la jeune femme, et je m’arrête pile en face d’elle, le temps de réfléchir à ce que je vais dire, pour ne pas faire n’importe quoi encore une fois. Je ne sais même pas pourquoi je l’ai embrassé, la seule chose que je sais, c’est que je ne regrette pas vraiment, parce que j’ai rêvé de ce baiser toute une vie. Quinze ans que je l’attendais, et je me sens idiote maintenant. Quitte à être faible, autant l’être. « Est-ce que tu te rend compte à quel point je t’aimais Sara ? J’ai mis des mois à m’en rendre compte, des années même mais merde. » J’ai la voix qui tremble, j’aime pas dire ces choses là, et encore moins quand mon mari est à quelques mètres de nous. « Je sais pas pourquoi je t’ai embrassé ok ? J’en sais rien c’était juste… j’en avais envie. Je crois que j’arriverais pas à ne plus en avoir envie, tu comprends ça ? » Je soupire et je prend ma tête dans mes mains, comme pour réfléchir. Qu’est ce que je raconte ? Putain je suis en train de dire que je suis capable de tromper mon mari, merde ! « Je, ok. Excuse moi, je. Putain je suis désolée d’être mariée Sara, je suis… je suis désolée de t'avoir embrassé, c'était irréfléchi. Pas une erreur, mais c'était pas... » Et je n’ose rien dire de plus, parce que j’en ai déjà bien trop dit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 28 Juin - 15:34


et le cauchemar commence
sara & elena

Je m’emporte, je suis en colère et je ne réfléchis pas à ce que je dis, j’ai juste besoin de laisser sortir ce que j’ai sur le coeur, j’ai juste besoin de gueuler, c’est tout moi ça, impulsive, trop. Elena a toujours été la plus calme de notre binôme même si elle a son caractère fort elle aussi, elle n’est pas italienne pour rien. Elle essaie de me stopper mais je ne la laisse pas faire et continue de gueuler parce que j’en ai besoin. Je suis sûrement blessante mais je n’en ai pas conscience, pas encore. « Oui, c’était con. Mais Sara mon dieu mais… » Pour la première fois depuis que j’ai mis les pieds ici, je lui laisse l’occasion de parler, même si je ne suis pas calmée, que mon souffle est encore court et que mes yeux lancent des flammes. « Est-ce que tu te rend compte à quel point je t’aimais Sara ? J’ai mis des mois à m’en rendre compte, des années même mais merde. » Je soupire et passe mes mains sur mon visage pour m’empêcher de la regarder dans les yeux et d’être perturbée par son regard, par ses paroles, par mon coeur qui me hurle de la prendre dans mes bras et l’embrasser. « Je sais pas pourquoi je t’ai embrassé ok ? J’en sais rien c’était juste… j’en avais envie. Je crois que j’arriverais pas à ne plus en avoir envie, tu comprends ça ? » Je retire mes mains et la regarde, j’ai du mal à croire qu’elle puisse être aussi sûre d’elle me concernant, alors qu’elle est mariée. « Je, ok. Excuse moi, je. Putain je suis désolée d’être mariée Sara, je suis… je suis désolée de t'avoir embrassé, c'était irréfléchi. Pas une erreur, mais c'était pas... » Je passe une main dans mes cheveux et m’efforce de ne pas loucher sur ses lèvres qui me semblent être mon ultime but désormais. Je ne dois pas, elle est mariée. Elle est mariée à mon frère, elle porte le même nom de famille que moi putain. « Elena Lazzini. » Je souffle, un murmure qui me force à me dire que je dois m’éloigner d’elle. Je ris nerveusement à nouveau et secoue la tête. « J’ai rêvé de te retrouver depuis si longtemps, j’ai pensé que peut-être, je sais pas, putain non c’est con. » Je soupire fortement pour essayer de me remettre de mes émotions, mais merde. Et le pire c’est que j’ai toujours tout fait sans réfléchir, j’ai toujours fait les choses avec impulsivité, et je sens qu’aujourd’hui je dois absolument me retenir. Je boue de l’intérieur, reste dos à elle pour finalement laisser parler mon coeur, mon âme, mes envies. Je me retourne alors et sans réfléchir, je me saisis de son visage à la hâte pour venir presser mes lèvres contre les siennes dans un baiser puissant, enivrant, mais rapide, trop rapide puisque j’entends déjà les pas de Matteo se rapprocher. Je m’éloigne de la jeune femme et me pince les lèvres avant de me rasseoir sur le canapé à la hâte, espérant que le malaise ne se sente pas trop. « Voilà, désolé, ça va vous deux ? Vous faites une tête bizarre. » Je choisis de lui dire la vérité, ou au moins une part. « Oui, c’est bizarre, on vient de se rendre compte qu’on se connaît, en fait. On était ensemble à l’orphelinat quand on était gosses, c’est tellement bizarre la vie… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 28 Juin - 16:02


et le cauchemar commence
sara & elena

La tension est palpable, et nos deux âmes d’italiennes se font bien ressentir. Sara s’emporte, elle est en colère, et elle a de quoi l’être. Je ne suis qu’une pauvre idiote, je lui ai menti, je suis mariée à son frère, je l’ai embrassé avant de m’enfuir. J’essaie de lui expliquer, lui demande si elle a conscience que je l’aimais à un point inimaginable, un truc dont il est difficile de survivre quand on sait que la personne se trouve à des milliers de kilomètres de nous. Je ne sais pas pourquoi je l’ai embrassé, j’ai été contrôlé par mon envie, mais c’était pas une erreur. J’ai toujours eu envie de l’embrasser, j’ai juste essayé de me retenir le plus longtemps possible et… j’en ai encore envie. Je m’excuse, je répète le mot désolé plusieurs fois, en précisant que mon baiser n’était pas une erreur. J’ai simplement pas réfléchi. J’ai oublié son frère, à qui je suis mariée. Elle semble un peu dérangée, et je me contente de baisser la tête pour ne pas trop la regarder. « Elena Lazzini. » Je relève la tête vers elle, et lui souris un peu. J’ai un peu peur, j’avoue, et quand elle rit un peu, c’est encore pire. Qu’est-ce qui lui prend ? « J’ai rêvé de te retrouver depuis si longtemps, j’ai pensé que peut-être, je sais pas, putain non c’est con. » Je secoue un peu la tête, et m’approche d’elle. Je sais très bien ce qu’elle insinue, et je crois que pendant l’espace de quelques secondes, je regrette d’être mariée, à son frère qui plus est. Je rêve de partir avec elle, loin d’ici, loin de cette maison, loin de cet homme avec qui je suis mariée plutôt par obligation désormais. Juste retrouver ma meilleure amie, peut-être même faire évoluer notre relation et… je sens ses mains se poser sur mon visage, et quand ses lèvres se posent en vitesse sur les miennes, j’écarquille les yeux. Je ne m’y attendais pas, mais alors pas du tout. Je ferme une seconde les yeux pour profiter, et nous entendons les pas de Matteo qui revient, au mauvais moment, évidemment. Je respire, très fort, peut-être un peu trop bruyamment, et je reste figée debout, alors que Sara a eu le temps de se rassoir. « Voilà, désolé, ça va vous deux ? Vous faites une tête bizarre. » Dos à mon mari, je glisse délicatement mes doigts sur mes lèvres, et prend une grande inspiration pour ne pas perdre pied. Putain, il fait chier. Pourquoi il revient maintenant ? Je soupire un peu, et je me tourne finalement vers lui, alors que Sara reprend la parole. « Oui, c’est bizarre, on vient de se rendre compte qu’on se connaît, en fait. On était ensemble à l’orphelinat quand on était gosses, c’est tellement bizarre la vie… » Je me contente d’hocher vivement la tête, je n’ose même pas regarder mon mari dans les yeux. Ok, là, ça va plus. Je marche en direction du canapé pour me poser à côté de la jeune femme, et pose ma main sur son genou. « Ouais, c’est carrément bizarre la vie, c’est vraiment bizarre même. » Je déglutis un peu, je sais même pas quoi dire. Discrétion, aucune. « Chérie, tu es sûre que tout va bien ? T’es vraiment bizarre ce matin. Sara c’est ta meilleure amie là, celle dont tu m’as parlé ? » Je secoue vivement la tête. Je lui ai parlé de Sara peut-être une fois ou deux, sans jamais la nommer, mais je préfère éviter d’éveiller les soupçons. « Non, non pas du tout. Nous étions juste dans le même orphelinat mais… c’est pas elle. » Je retire ma main du genou de Sara et tourne un peu la tête vers elle pour la regarder. Purée aide moi là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 28 Juin - 18:18


et le cauchemar commence
sara & elena

Lorsque mon frère revient, je déchante. Parce que ce baiser était trop court, parce qu’il appelle à autant de frustration que celui qu’elle m’a offert la nuit dernière. Alors lorsqu’il nous demande ce qui nous arrive, je me dépêche de dire quelque chose qui pourrait traduire notre gêne, notre attitude étrange. Et je ne mens pas, je lui dis la vérité, en quelque sorte, tout en masquant évidemment notre attirance et l’amour singulier que nous pouvons nous porter. « Ouais, c’est carrément bizarre la vie, c’est vraiment bizarre même. » dit-elle en posant sa main sur mon genou ,attirant mon regard vers ce dernier. Elle est sérieuse là ? Je tourne la tête vers elle et finalement vers mon frère qui reprend la parole. « Chérie, tu es sûre que tout va bien ? T’es vraiment bizarre ce matin. Sara c’est ta meilleure amie là, celle dont tu m’as parlé ? » Comme une partie de tennis je retourne la tête vers Elena. A-t-elle vraiment parlé de moi à mon frère ? « Non, non pas du tout. Nous étions juste dans le même orphelinat mais… c’est pas elle. » Je cligne des yeux, j’ai l’impression d’être dans un univers parallèle. Je sens l’appel à l’aide de la jeune femme et cette fois, je me vois dans l’obligation de mentir. « Ouais, nan, on s’entendait pas super bien d’ailleurs. » Je secoue la tête et soupire très légèrement avant de regarder mon frère pour changer de sujet de conversation. Elena prétexte avoir du boulot et aller bosser dans son bureau, j’ai du mal à comprendre si elle m’y donne rendez-vous ou si elle veut vraiment être seule. Je la regarde alors partir et nous allons avec mon frère faire le tour de la maison, il me montre sa voiture, sa moto, on discute pendant une heure ou deux avant qu’il ne soit l’heure du repas. « Tu restes manger avec nous ? » « Je… j’en sais rien, je veux pas déranger. » « Tu plaisantes, t’es ma soeur, tu déranges pas. Mais avec Elena, t’es sûre que ça va ? » Je hoche un peu la tête avant de lui répondre « Oui oui, c’est juste que ça a fait remonter des souvenirs d’enfance un peu particuliers. Mais elle est gentille. » Il hoche la tête en baissant un peu les yeux. « Ouais, ça se passe plus très bien entre nous, mais bon… » Je penche la tête sur le côté, cherchant à en savoir plus. « Et tu veux pas.. je sais pas, essayer de recoller les morceaux ? » Ça me coûte beaucoup de lui dire ça et je le regarde hausser les épaules. « J’ai essayé, mais elle est loin, je sais pas si on pourra vraiment arranger les choses. » Il soupire et je pose une main sur son épaule. « Ça ira. » Même si malgré moi, je ne le souhaite pas. Je me sens mal de vouloir le malheur de mon frère au profit de mon bonheur. Mais c’est pas de ma faute si on est amoureux de la même femme, et que j’ai commencé à l’aimer bien avant lui. Bref. « Je vais commander chez le traiteur, je te laisse discuter avec elle pour détendre un peu l’atmosphère avant de manger ? » Je hoche la tête et le laisse partir en moto pour aller nous chercher à manger et je rejoins Elena dans son bureau après avoir frappé quelques coups à la porte. « Ça va ? » Elle se retourne et à l’instant même où je croise son regard, je ne peux retenir ma pulsion, et je fonds sur elle pour retrouver ses lèvres, estomper enfin cette frustration.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Mer 28 Juin - 18:56


et le cauchemar commence
sara & elena

A peine Sara a-t-elle posé ses lèvres sur les miennes, que déjà, Matteo se fait entendre et nous sommes obligées de nous séparer. Tandis qu’elle repart sur le canapé, je reste figée debout, et mon mari comprend rapidement qu’il y a un problème. Sara le rassure et lui avoue que nous nous connaissions de l’orphelinat, et je pars me rassoir sur le canapé. Je prononce une phrase un peu étrange, j’ai l’impression d’être complètement bizarre. Il me demande si Sara est la fameuse meilleure amie, et je nie, en appelant presque la jeune femme à l’aide, pour qu’elle m’empêche de dire des conneries. « Ouais, nan, on s’entendait pas super bien d’ailleurs. » J’hoche la tête, et regarde mon mari en passant ma main dans mes cheveux. Je réfléchis un peu, quelques secondes, et je me lève. « Je dois travailler, je vous abandonne un moment. » Je déglutis, et regarde un peu Sara. « Vous savez où me trouver si vous avez besoin je… je vais travailler. Oui, travailler. » Je m’ordonne de me taire, et je fonce comme une fusée dans mon bureau, en tapant un peu des pieds malgré moi dans les escaliers. Une fois à l’intérieur, je me laisse tomber littéralement sur le clic-clac qui s’y trouve, et je fonds littéralement en larmes. Des larmes d’émotion, pas de tristesse non, mais de peur, d’appréhension. Je suis littéralement perdue, c’est la panique à l’intérieur de moi et, je crois que je ne sais même plus ce que je veux. En l’espace d’une nuit, et d’une micro matinée, je viens de remettre en question des années de mariage, à cause de deux baisers, qui m’ont fait ressentir plus de choses qu’en six ans avec Matteo. Je n’aime pas ça, et j’aime pas quand je suis dans le doute. Je tente de me calmer un peu, et envoie un sms à ma meilleure amie, Maxyn, pour lui demander si ça ne la dérange pas si je l’appelle, en précisant que j’ai besoin de discuter, absolument. Heureusement, elle me l’autorise, et nous discutons pendant un moment au téléphone. Elle est la seule au courant pour Sara, elle sait que je l’ai aimé pendant des années, et elle est la seule à qui je suis capable de parler de mes craintes. Je lui explique, et après plusieurs conseils de sa part, à me rassurer un peu, nous raccrochons finalement et je pars m’asseoir à mon bureau pour travailler tout de même un petit peu. Les heures passent, bien plus vite que j’en ai l’impression, et quand j’entends quelques coups sur ma porte, je me redresse en fermant mon ordinateur portable. Sara apparait là, et je soupire presque de soulagement de la voir. « Ça va ? » Je lève la tête vers elle, et à peine ai-je le temps d’ouvrir ma bouche, que déjà, la jeune femme pose ses lèvres sur les miennes, et je me lève, sans quitter ses lèvres pour poser mes mains sur sa taille. Je crois que j’ai rêvé de ce baiser pendant plusieurs heures, depuis le dernier, et j’espère que rien ni personne ne nous empêchera d’en profiter cette fois-ci. Au bout de plusieurs minutes, je me décale doucement d’elle, lui attrapant une main, tandis que l’autre se pose sur sa joue, pour lui caresser tendrement. « Maintenant oui, ça va. » Je souris un peu, et déjà, mes craintes remontent à la surface. « On est en train de faire une connerie je crois, on devrait pas, je… » Je soupire. « Fais chier. » Et je pose à nouveau mes lèvres sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Jeu 29 Juin - 23:14


et le cauchemar commence
sara & elena

Je ne sais pas ce qu’il me prend mais rien qu’en posant mon regard sur son visage, je ressens l’envie puissante de l’embrasser. Et je ne compte pas me retenir, il y a eu beaucoup trop d’années à regretter de ne l’avoir fait plus tôt. A cet instant, je ne pense pas à mon frère, seulement au baiser que je partage avec la femme que j’ai toujours aimée. Elle se lève et prolonge mon baiser, ses mains à ma taille. Je la serre contre moi et très vite notre baiser se trouve être plus langoureux, plus passionné. J’ai l’impression de trouver enfin mon oxygène. Elle met un terme à notre baiser après plusieurs minutes à en profiter pleinement, et le souffle court, j’entremêle mes doigts avec les siens. « Maintenant oui, ça va. » Un sourire étire mes lèvres mais cette satisfaction est de courte durée puisque déjà son visage se referme. « On est en train de faire une connerie je crois, on devrait pas, je… » Je garde mes yeux ancrés dans les siens, attendant la fin de sa phrase, sans rien dire. Mon coeur s’emballe à l’idée qu’elle puisse me dire qu’il faut qu’on arrête tout ça, mais heureusement, la suite ne me déçois pas comme j’aurai pu l’imaginer. Après un juron, la brune revient chercher mes lèvres et je la laisse faire, reprenant le chemin d’une envie commune de nous retrouver pleinement, ou peut-être devrions nous dire nous ‘trouver’ pleinement. Je la fais reculer jusqu’au canapé derrière elle, la poussant pour la laisser s’y asseoir et je m’installe à califourchon sur elle, laissant mes mains glisser dans son cou, sa nuque, jusqu’à effleurer la naissance de sa poitrine. Elle me rend dingue, je perds tout contrôle lorsqu’elle est là, mais le bruit de la moto de Matteo me fait sortir de mes rêveries, me forçant à mettre un terme à notre baiser une nouvelle fois. « Il vient de rentrer, faut qu’on arrête. » Mais il m’est impossible de me séparer de ses lèvres et je l’embrasse encore, tout en me levant de sur elle, mais je l’embrasse encore et me fais violence pour mettre une vraie distance avec nous. « Putain de merde… » Je passe mes mains dans mes cheveux en soupirant et me mords la lèvre, on est réellement en train de faire une connerie mais putain que c’est bon. Je prends une grande inspiration pour tenter de calmer ma respiration et mon coeur. J’entends la voix de mon frère en bas qui nous crie de descendre avant que ce soit froid. Nous nous dirigeons vers le couloir mais je retiens la jeune femme avant de descendre, encore dans son bureau. « Attends. » Un murmure. Je retire de mon annulaire droit son alliance et viens chercher sa main gauche pour glisser la bague autour de son doigts, un geste lourd de sens. « Avant qu’il s’en rende compte. » Un nouveau baiser, furtif, insonore, avant que nous ne descendions telles deux adolescentes qui doivent se cacher pour vivre leur histoire d’amour.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Ven 30 Juin - 10:42


et le cauchemar commence
sara & elena

À peine Sara passe la porte de ma chambre, que déjà, je la sens poser ses lèvres sur les miennes, et je me lève pour prolonger ce baiser. Je ne sais pas vraiment si c’est une bonne chose, je profite simplement de l’instant, l’une collée à l’autre. Nous aurions dû faire ça avant, c’est certain, mais le manque rend la chose deux fois plus exceptionnelle. J’arrête un instant le baiser, en essayant de réfléchir, mais finalement, je lance un juron et reviens chercher ses lèvres, pour un baiser plus passionné, et plus lourd de sens. Sans jamais quitter mes lèvres, Sara me pousse jusque sur le canapé, où je me laisse tomber avant qu’elle monte à califourchon sur moi, et je souris légèrement derrière ses lèvres. Ses mains glissent sur mon corps, tandis que les miennes, froides, viennent parcourir son dos où je peux sentir une vague de frisson, certainement la conséquence de mes mains gelées. Je ferme les yeux, profitant de ce baiser langoureux plus que possible, avant qu’on soit à nouveau dérangées. Malheureusement, ce moment arrive très vite, et c’est Sara qui me le signale, je ne m’en suis même pas rendue compte. « Il vient de rentrer, faut qu’on arrête. » Je secoue la tête, et la rapproche un peu plus de moi, avant qu’elle se lève, m’entrainant au passage pour ne pas que nos lèvres se séparent. J’ai juste envie que ce moment ne s’arrête jamais, que nos lèvres soient unies à jamais. Finalement, nous réussissons à nous séparer, pile à temps quand j’entends la porte se claquer. « Putain de merde… » J’hoche la tête, et replace un peu ma robe pour qu’on ne se fasse pas choper. Je suis toute rouge, j’ai chaud, et mon coeur bat à cent à l’heure. Je respire un grand coup pour me calmer, et regarde Sara. « Il fait chier, il aurait pu prendre son temps. » Je ris un peu, et mon mari nous hurle de descendre. Je lève les yeux au ciel, et m’avance vers la porte du bureau pour l’ouvrir, quand j’entends Sara me retenir. « Attends. » Je me retourne vers elle, et je la regarde retirer sa bague, pour la glisser autour de mon annulaire gauche. Mon dieu, merci. Je soupire de soulagement, et lui souris. « Avant qu’il s’en rende compte. » Un léger clin d’oeil, un baiser rapide, et nous descendons les escaliers pour rejoindre Matteo, qui est en train de terminer de mettre la table. J’aurais pu la mettre, j’abuse, mais j’étais bien plus occupée. J’ai le sourire, bien plus que tout à l’heure, et je crois que j’ai même des étoiles dans les yeux. « Ça va mieux chérie ? » Je le regarde en hochant la tête, et pars récupérer les plats dans la cuisine tout en prenant la parole. « Ouais, j’étais un peu fatiguée, excuse moi. Mais ça va mieux. Beaucoup mieux même. » Un regard complice à Sara, et nous nous installons à table, pendant que Matteo est en train de nous servir. Une fois fait, je goûte un peu ce qu’il a pris, c’est plutôt pas mal, et je les regarde. « Tu travailles ce soir chéri il me semble, et moi, je suis toute seule à la maison. Tu veux venir passer la soirée avec moi Sara ? Ça nous permettra de discuter plus en profondeur, on pourra aller faire un tour dans Québec si tu veux, je te ferais visiter la ville. C'est magnifique de nuit. » Bon, ok, en réalité je mens un peu, et ça ressemble plus à un rendez-vous qu’à autre chose, mais Matteo n’a pas l’air de s’en rendre compte. « C’est une bonne idée ça. Qu’en dis-tu petite soeur ? » Je tourne la tête vers elle, en la suppliant des yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   Lun 3 Juil - 14:39

« Il fait chier, il aurait pu prendre son temps. » Son rire me fait sourire, parce que je pense la même chose qu’elle, j’aurai voulu que ce moment dure plus longtemps, j’ai l’impression qu’il n’est parti que cinq pauvres minutes, le temps d’échanger quelques baisers seulement. J’essaie de reprendre contenance, de me rhabiller correctement et respirer pour calmer mon coeur mais c’est difficile. Et avant de descendre, je rends sa bague à Elena, lui enfilant autour du doigts comme si je la faisais mienne, même si je sais que je n’ai pas besoin de ça, que ça remonte à bien plus loin et qu’une bague n’a pas toujours une si belle signification que la sienne. « Ça va mieux chérie ? » demande mon frère à sa compagne. Le ‘chérie’ m’écorche un peu les oreilles mais je fais mine de rien et aide mon frère à mettre la table pendant qu’Elena s’occupe de rendre plus présentable les plats de chez le traiteur. « Ouais, j’étais un peu fatiguée, excuse moi. Mais ça va mieux. Beaucoup mieux même. » Je tourne la tête pour la regarder et la complicité dans notre regard est assez évidente, bien malgré nous. Il faut bien être un homme pour ne pas avoir le ressenti nécessaire pour nous griller à dix kilomètres. Si pendant un instant je me suis figée sur le fait qu’Elena était la femme de mon frère, ça n’a plus trop l’air d’avoir de l’importance. Je l’aimais bien avant lui, et que je sache, il m’a abandonnée pendant un peu moins de dix ans, alors pour ce qui est des crasses, il m’en a fait une belle, et dire que je ne suis pas du tout rancunière serait mentir. « Tu travailles ce soir chéri il me semble, et moi, je suis toute seule à la maison. Tu veux venir passer la soirée avec moi Sara ? Ça nous permettra de discuter plus en profondeur, on pourra aller faire un tour dans Québec si tu veux, je te ferais visiter la ville. C'est magnifique de nuit. » Plus en profondeur hum ? Je la regarde et m’efforce de ne pas sourire à sa proposition. « C’est une bonne idée ça. Qu’en dis-tu petite soeur ? » Mon regard bifurque sur mon frère et je hoche la tête. « Oui, pourquoi pas, on pourra chercher les noms des nonnes italiennes qui nous ont élevées et parler de toi. Je suis sûre qu’elle a des tas de trucs croustillants à me raconter, et moi aussi d’ailleurs ! » Je ris et tout le monde me suit, mais Elena et moi savons bien que nous n’allons pas parler de lui, et qu’au contraire on fera tout ce qui est en notre possible pour l’écarter de notre duo à nouveau sur pied. Le repas se passe pour le mieux, je m’amuse parfois à frôler le pied d’Elena sous la table, mine de rien, pendant que je discute avec mon frère. Nous parlons de nos parents, de tout et de rien, et lorsqu’il se lève pour aller chercher je ne sais quoi, je glisse furtivement ma main sur la cuisse de la brune, l’air de rien, juste pour sentir son contact. « Alors comme ça tu bosses le soir ? Jusqu’à tard ? » Je me renseigne pour savoir combien de temps je vais avoir avec sa petite femme qui ce soir, sera la mienne. Désolée frangin mais la famille ne passe pas toujours avant tout.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: et le cauchemar commence   

Revenir en haut Aller en bas
 

et le cauchemar commence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le pire cauchemar des femmes? Devenir chauve!
» Le cauchemar des femmes forcées au mariage
» retour sur un été meurtrier sur l'A6 BEAUNE
» Petit souci chez nounou...
» Le cauchemar d'Ally (Alex vampirisé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-