AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Andrea Manzonni
« hakuna matata »

» messages : 71
» inscrit le : 31/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Dim 3 Sep - 23:30


Il est 9 h, l’heure de mon troisième café de la journée, et de ma je ne saurais dire quelle clope. Je ne compte pas, je fume quand j’en ai besoin et je dois dire que ce foutu dossier me pompe une énergie de dingue. Nous n’avons pas le droit à l’erreur, pas maintenant que le nom des Manzonni commence à être craint dans tout le pays. Enfin craint… respecté, pardon. Il ne faut pas que je me laisse submergée, je sais que j’ai les dents longues mais mon père les a d’autant plus et je ne peux pas me permettre de le décevoir. J’ai une vraie réputation dans le milieu juridique. Si jeune et déjà si talentueuse. Si j’avais eu le choix… ! Pour l’heure, c’est la nuit que je viens de passer sur le dossier en question. Des placements qui vont sans doute nous donner du fil à retordre, ne serait-ce que pour trouver un paradis fiscal qui ne demande en rien de montrer patte blanche. Un paradis fiscal qu’on n’aurait pas idée d’aller chercher, surtout. J’ignore combien de temps j’ai mais une chose est sûre, je ne peux pas me louper. Les clients sont louches, les clients sont surtout issus d’une grande famille bien connue, qui cherchent à blanchir de l’argent. Les cercles de jeux sont trop dépassés à présent, ils cherchent une autre façon de le faire passer. Je connais tous les rouages qui soient concernant l’argent sale, je nage dedans depuis gamine, mais ça, c’est encore un secret.
Mon téléphone sonne, sur le bureau, la ligne principale, le secrétariat. « Andy, un client pour toi. Un rendez-vous rajouté à la dernière minute. Reste prudente, il a quelque-chose de différent. » « Différent en quoi ? » « Novice, mais qui fouine. » « Je t’ai dit pas de journaliste. » « Il est là pour de l’immobilier. » « Envoi-moi le. » Je raccroche et termine ma clope, aère le bureau et me tient prête. Quelques coups frappent à la porte, et j’ajuste mon tailleur noir, et ma jupe moulante sur mes courbes. « Monsieur Ross, bonjour. » Remontant mes lunettes sur la tête, m’asseyant au bureau. « Expliquez-moi ces histoires de placement, votre dossier a été gelé le temps de prendre connaissance des termes juridiques à vous proposer. Expliquez-moi précisément ce que vous cherchez comme genre de service, et je vous dirais si nous sommes la solution. » Poursuivant quelques notes sur mes dossiers antérieurs. Je suis capable de faire plusieurs choses à la fois. Et je n’ai pas de temps à perdre pour des demandes sans fonds.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arthur Ross
« hakuna matata »

» messages : 67
» inscrit le : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Lun 4 Sep - 15:32

J’ai beau n’avoir aucune obligation je suis incapable de faire la grasse matinée. Enfin si, ça m’arrive quand je me couche à des heures tardives où le jour est plus proche de se lever que de la nuit tombée. Mais là j’ai des choses en tête, impossible donc de trainer dans mon lit, je suis trop pressé à l’idée d’occuper ma journée à mener ma petite enquête. Je ne suis pas fait pour l’inactivité, alors il a bien fallu que je me trouve des trucs à faire ici au Canada. Quelques semaines à peine après mon arrivée je tournais déjà en rond, alors pourquoi ne pas faire ce que je sais faire de mieux ? Même si personne ne m’a rien demandé et sans autre but qu’une satisfaction personnelle. Chacun ses hobbies, après tout, non ? Ça fait plusieurs jours que je peaufine ma stratégie, j’ai potassé un peu les rouages de l’immobilier me suis fait quelques fausses cartes de visite et pour le reste j’ai confiance en mes talents d’acteur. Ma cible ? Un groupe financier qui pue la magouille a plein nez. Ce qui m’a mis sur la voie ? Leur nom un peu partout, comme la toile d’une araignée pour piéger sa proie alors que dans le fond celle-ci grignote tranquillement son repas. Ils possèdent trop de choses dans trop de domaines différents pour que ça reste honnête, et ma porte d’entrée va être cet immeuble entier qu’ils ont récemment acheté. Mon objectif ? Trouver ce qu’ils magouillent, rien de plus, je pense déjà que ça va m’occuper un moment. J’ai fait une première approche il y a quelques jours, me présentant à leur siège comme agent immobilier, dès que j’ai parlé investissement forcément on m’a pris au sérieux et j’ai pu ouvrir une première brèche dans laquelle m’engouffrer. Cependant ils sont prudents, tout passe par un avocat ou en l’occurrence une avocate, c’est à elle que j’ai décidé de rendre visite de manière impromptue évidemment.
Je me pointe au secrétariat explique la raison de ma présence avec l’insistance d’un type trop occupé par ses affaires pour qu’on le fasse mariner des jours durant avec des histoires de prise de rendez-vous. Je pose des questions en sachant que ça dérange, mais c’est tellement plus amusant. Finalement la secrétaire daigne passer un appel pour que je puisse rencontrer l’avocate en question, je la remercie avec un grand sourire un brin ironique et suit la direction indiquée. J’arrive devant une porte sur laquelle est accrochée fièrement une plaque « Maître Manzonni » waw, rien que ça. Et bien à nous deux Maître… je frappe, on m’invite à entrer, ce que je fais. Je remarque l’odeur de tabac qui embaume encore l’air ambiant malgré la fenêtre ouverte, un bureau plutôt massif et de bonne facture, des sièges luxueux, tout est fait pour rappeler que y’a du fric de brasser, beaucoup de fric. Sourire poli pendu aux lèvres je m’avance « Maître. Merci de prendre un peu de votre temps pour me recevoir. » je l’observe se rassoir à son bureau, ma présence l’ennuie elle ne m’invite pas à m’asseoir, prévisible. Elle veut entrer dans le vif du sujet tout de suite, reprend ses dossiers en ne posant qu’une demi attention sur moi, elle me sous-estime. Intéressant. « Gelé ? » je m’installe dans un des fauteuils en cuir « C’est amusant que vous utilisiez ce mot là. » elle me regarde et je souris « Je vous assure, ça l’est. » je ne poursuis pas ma réflexion et enchaine « Je dois dire que je suis flatté d’être déjà ce que vous appelez un dossier. En deux jours à peine, c’est une preuve indéniable que la communication est une mécanique bien huilée dans votre société. » un compliment au passage ça ne fait jamais de mal, au contraire. « Je suis agent immobilier. Je souhaite investir dans plusieurs appartements. On m’a indiqué que votre société est propriétaire de l’immeuble entier où se trouvent les biens en question, c’est fou parce qu’apparemment ce n’est pas le seul. Vous rachetez la ville entière ? » je ris légèrement « Bref. voilà le pourquoi de ma présence. ». Je hausse les épaules « Alors un service… ce n’est pas vraiment ce que je cherche, moi ce que je veux c’est que l’on fasse affaire. Dans l’idéal je voudrais en acheter au moins trois, tout un palier en fait. Plus éventuellement l’appartement terrasse. ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrea Manzonni
« hakuna matata »

» messages : 71
» inscrit le : 31/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Lun 4 Sep - 16:11


J’ai l’habitude des fouineurs et des personnes un peu trop curieuses. Ce sont souvent des journalistes qui pensent pouvoir entrer dans nos affaires comme ça, juste en claquant des doigts. Mais nous sommes une famille solide, et surtout nous avons de la ressource. Je sais pertinemment que mon père a toutes les cartes en main, et quelques coups d’avance, seul lui sait où il va, et moi, sa propre fille, ignore tout de tout ce qui se joue dans l’ombre, ou presque tout. J’en sais assez pour témoigner à charge et faire tomber tout le monde, c’est en ça qu’est le risque, mais je suis aussi impliquée jusqu’au cou dans toutes ces affaires, d’où le fait que je ne risque pas de parler pour rien. Je suis très lucide sur notre condition. Nous avons déjà eu à quitter les US, ce n’est pas pour tout risquer à nouveau. En dehors de l’Amérique du Sud, il ne va plus nous rester beaucoup d’endroit où nous réfugier et bien que j’aime la chaleur, j’aime surtout ce que je fais.
Je laisse entrer mon client et ne l’inviterais à s’asseoir que quand je saurais qu’il est là pour quelque-chose. Un bel homme qui porte bien, une belle gueule dont il doit jouer, c’est surtout son costar qui me dit qu’il tente de donner le change, ce n’est pas du luxe, mais il est plutôt bien coupé pour un débutant. « Gelé ? C’est amusant que vous utilisiez ce mot là. » Je préfère ne pas relever sa boutade et ne lui accorde plus un regard, le laissant poursuivre, et se vendre, il sait que s’il est là, c’est parce qu’il a insisté, alors vaudrait mieux pour lui qu’il soit convainquant. « Je dois dire que je suis flatté d’être déjà ce que vous appelez un dossier. En deux jours à peine, c’est une preuve indéniable que la communication est une mécanique bien huilée dans votre société. » « Nous sommes efficaces, et c’est pour ça que nous sommes aussi réputés. Il n’y a pas de secret. Poursuivez ? » Parcourant mes mails d’un regard plissé et concentré. Je ne préfère pas lui donner toute mon attention tout de suite, même s’il l’a pourtant. Je ne loupe rien de ce qu’il me dit. « Je suis agent immobilier. Je souhaite investir dans plusieurs appartements. On m’a indiqué que votre société est propriétaire de l’immeuble entier où se trouvent les biens en question, c’est fou parce qu’apparemment ce n’est pas le seul. Vous rachetez la ville entière ? » « Une partie, oui. » Très sérieuse. Je ne m’en cache pas, notre puissance financière vient avant tout de notre patrimoine, nous savons faire prospérer nos biens, sommes les rois de la spéculation boursière, nous n’avons que des pointures dans nos locaux, triés sur le volet. Que des gens de confiance, et il en faut pour une entreprise comme la nôtre. « Alors un service… ce n’est pas vraiment ce que je cherche, moi ce que je veux c’est que l’on fasse affaire. Dans l’idéal je voudrais en acheter au moins trois, tout un palier en fait. Plus éventuellement l’appartement terrasse. » Je hausse un sourcil et le regarde cette fois, droit dans les yeux. « Vous voulez racheter un bien que nous venons d’acquérir. Tout en sachant que vous serez tenu de nous demander la permission pour la moindre modification, et que nous restons les entiers propriétaires de l’immeuble. Je ne comprends pas vraiment votre démarche… Des immeubles ici, ce n’est pas ce qui manque, si ? » Posant stylo, souris et tout ce qui peut m’occuper les mains pour ne m’occuper que de lui. « Vous êtes journaliste monsieur Ross ? » Accoudée sur le bureau, les mains jointes, les épaules légèrement en avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arthur Ross
« hakuna matata »

» messages : 67
» inscrit le : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Lun 4 Sep - 16:39

Je pense que cette nana rit uniquement quand elle se brûle. Du moins dans le cadre du travail, elle affiche une telle rigidité. C’est presque trop, un peu surjoué. Elle veut à tout pris avoir l’attitude importante qui colle à sa fonction. Ah, j’adore analyser les gens, c’est passionnant. Et puis elle est plutôt pas mal ce qui ne gâche rien avouons le. Froide et occupée, l’avocate m’écoute d’une oreille alors que ses yeux sont rivés sur tout autre chose. Elle me snobe clairement, attend que je sois digne de susciter un peu d’intérêt, en d’autre terme que je parle fric. Du concret quoi. Elle admet que cette société est prête à racheter une partie de la ville, si ça c’est pas la preuve qu’un truc louche se cache là dessous. Je parie sur du blanchiment et de la spéculation en tout genre, probablement un soupçon de société écran par dessus tout ça et ça fait un joli cocktail de magouille qui rapporte un max au patron. Et a priori c’est une histoire de famille. Mafia ? Je n’irais pas jusque là mais la frontière est faible. Bon j’émets des hypothèses mais pour le moment j’ai zéro preuves et justement j’en cherche. Ça va pas être si facile avec Cerbère assise en face de moi, gardienne de la porte du paradis fiscal. J’explique mon projet de rachat d’un palier entier et de l’appartement terrasse de leur immeuble, soit carrément le haut du bâtiment. Enfin tout ça n’est qu’un joli morceau de pipeau mais elle n’en sait rien. J’arque un sourcil quand elle me fait gentiment un résumé de ce que je viens de dire, tournant les choses en leur faveur, évidemment. Des immeubles ce n’est effectivement pas ce qui manque, mais dans un quartier comme celui là ce bâtiment est très bien côté et elle le sait pertinemment. « Vous avez entendu ce que je viens de dire mais n’avez pas bien écouté. Si je veux racheter des appartements dans cet immeuble en particulier c’est parce qu’il est idéalement placé, vous le savez très bien. Et quand bien même le reste vous appartiendra si je les rachète je ferais ce que je veux de ces murs. ».
Point positif j’ai réussi à capter d’avantage son attention, sa posture en témoigne, enfin nous allons pouvoir discuter. Elle me demande si je suis journaliste, j’échappe un rire « Pourquoi tout de suite les insultes ? Maître… quand même il me semble que j’ai été très correct. » plaisanté-je en conservant quand même mon sérieux. « Je ne suis pas journaliste. Juste opportuniste. » je hausse les épaules et fais mine de m’avouer vaincu « Ok vous avez gagné. J’essaye de me placer sur un marché que je pense très juteux. Qui peut m’en blâmer ? C’est ce que vous faites tous les jours, non ? » j’arque un sourcil « Vous ne faites pas seulement dans l’immobilier en plus, c’est une société très polyvalente que la votre. ». Sourire poli à l’appui j’en reviens au sujet principal de notre conversation « Bon alors, vous pensez que nous pourrions nous entendre ? Votre boulot c’est de faire de l’argent, ça tombe bien parce que moi aussi. Je suis courtier indépendant, c’est pour mon seul business personnel. De quoi m’offrir une nouvelle Rolex, j’ai perdu la mienne à un match de polo le week-end dernier. » faut que je parle sa langue à elle, celle du luxe sinon je vais perdre en crédibilité. Je dois montrer que j’ai les dents longues, essayer de m’engouffrer dans une nouvelle brèche pour en savoir plus sur cette étonnante société.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrea Manzonni
« hakuna matata »

» messages : 71
» inscrit le : 31/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Mer 6 Sep - 0:19


Un rapport de force est en train de se former, clairement, entre lui et moi. Futur client, peut-être, si j’en juge utile et raisonnable, et il est pour l’instant en train de monter son dossier pleins d’arguments pour me convaincre. Mais je ne suis pas convaincue de son innocence, et encore moins de sa volonté toute désintéressée. Il n’est pas ici par hasard et je doute qu’il soit là pour une histoire d’appartement. Je ne pense pas qu’un homme ayant tant d’éducation ou encore tant de jugeote se bute à venir se frotter aux Manzonni pour une simple affaire d’appartements. « Vous avez entendu ce que je viens de dire mais n’avez pas bien écouté. Si je veux racheter des appartements dans cet immeuble en particulier c’est parce qu’il est idéalement placé, vous le savez très bien. Et quand bien même le reste vous appartiendra si je les rachète je ferais ce que je veux de ces murs. » « Vous êtes trop sûr de vous. Jamais mon père n’acceptera de vous vendre son appartement au dernier étage, c’est un américain. » Et qui dit Américain et à plus forte raison, New-Yorkais, dit appartement du dernier étage, équivaut à la puissance totale ! A New-York, plus on est haut, plus on est riches, et donc puissant, c’est donc là une logique toute évidente que de trôner fièrement à la tête et au sommet de son propre immeuble. De son empire. Quant à moi, j’ai préféré un appartement autrement plus extérieur à tout ça, un triplex dans un autre coin de la ville. « Pourquoi tout de suite les insultes ? Maître… quand même il me semble que j’ai été très correct. » Je lui accorde un rictus, il a un peu d’humour, je dois bien le reconnaître. Un humour très anglais, et un accent qui ne semble tromper personne. « Je ne suis pas journaliste. Juste opportuniste. » Et ça ne me plaît franchement pas des masses. « Ok vous avez gagné. J’essaye de me placer sur un marché que je pense très juteux. Qui peut m’en blâmer ? C’est ce que vous faites tous les jours, non ? » « C’est le métier du groupe. Je ne vous en blâme pas, je me demande simplement pourquoi vous chercher à marcher sur nos platebandes. » Je suis claire, et cash et sincère. Je pense qu’il est assez futé pour comprendre ce que je veux dire par-là, le climat de confidence que j’instaure. « Bon alors, vous pensez que nous pourrions nous entendre ? Votre boulot c’est de faire de l’argent, ça tombe bien parce que moi aussi. Je suis courtier indépendant, c’est pour mon seul business personnel. De quoi m’offrir une nouvelle Rolex, j’ai perdu la mienne à un match de polo le week-end dernier. » Là, je comprends qu’il a compris d’où je venais, qu’il tente de parler mon propre langage, encore que je me demande pourquoi il s’abaisse à ça alors qu’il a sans doute tout eu à apprendre par lui-même, tandis que je suis née avec une petite cuillère en argent dans la bouche et ça aussi, ça se sent. « Un drame pour un gamin qui doit venir des quartiers populaires. Vous vous donnez un air détaché mais je suis prête à parier que si vous aviez vraiment perdu un objet de cette valeur sur un terrain de polo, vous auriez pu passer la nuit à la chercher. Ne me la faite pas Monsieur Ross, je sais reconnaître quelqu’un qui cherche à bluffer sur ses origines. » Je le considère, droit dans les yeux. « Vous voulez investir dans notre compagnie ou simplement racheter un bien, bien au-delà de vos moyens ? » Sortant plusieurs types de contrats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arthur Ross
« hakuna matata »

» messages : 67
» inscrit le : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Mer 6 Sep - 22:42

Trop sûr de moi ? Peut-être mais je suis en phase d’approche, il faut que je jauge de ce qui peut fonctionner ou pas. Et s’afficher avec les dents longues c’est quitte ou double, à voir si ça va me permettre de grappiller des infos. En tout cas l’avocate fait du protectionnisme, papa l’a bien éduqué elle montre les babines dans le bon timing… reste plus qu’à voir si elle va aussi montrer les crocs et finir par mordre. Véritable pitbull ou roquet qui fait de l’esbroufe ? Telle est la question. Je m’affiche comme détendu parce que clairement c’est ce que je suis. Pas une once de stress, je suis un pleine récréation et ce petit jeu est exactement comme je l’imaginais : amusant. La jeune femme n’est pas dupe, elle voit bien que l’immobilier est un prétexte et que mon offre a un truc qui cloche. Elle me prend pour un journaliste et je lui réponds avec humour. Ravi de voir qu’elle sait comment on fait pour sourire, même si c’était qu’un petit rictus. J’admets être un opportuniste, comme un bon pourcentage des mecs qui sont dans les affaires. Je peux comprendre que l’avocate ne comprenne pas bien où je veux en venir, c’est vrai que la démarche est culottée de me pointer là avec mon offre un peu délirante afin d’essayer de me placer dans les affaires. Faut juste que j’ai l’air un peu moins rusé que je ne le suis en réalité, commettre des petites erreurs pour laisser croire que la menace est modérée, qu’elle me perce à jour. Ah si elle savait…
Je garde ma ligne de conduite, parle son langage en parlant Rolex et polo. Futilités qu’adorent les gens qui ont de l’argent, faut bien les utiliser ces foutus billets verts puisqu’ils en arrivent toujours plus sur leurs comptes en banque. Il y a alors un truc qui change dans son regard, je pense qu’elle a compris que ce n’est qu’ironie et je peux enfin goûter à son sens de la répartie. En gros elle m’imagine venant d’un quartier populaire, ce sur quoi elle a tort. Quant au fait de pleurnicher pour une montre hors de prix, pas mon genre non plus puisque je trouve parfaitement inutile de se balader avec trente milles plaques au poignet. Je lui offre un sourire franc « J’aime votre sens de l’observation Maître Manzonni. Même si vous n’avez pas tout à fait juste. ». Son regard bleu électrique se plante dans le mien, waw on dirait bien que j’ai droit à l’arme fatale. Je parie que c’est son arme de destruction massive, faut dire qu’avec des yeux pareils ça serait con de s’en priver. Je ne cille pas, gardant la même attitude alors qu’elle statue sur mon sort, m’offrant différentes issues pour la suite « J’ai un talent certain pour faire acheter n’importe quoi à qui est susceptible de le faire. ». Elle en attend plus que ce petit teasing, c’est bien normal « Vous allez me dire que vous avez ce qui faut en matière d’expert en immobilier, mais un vendeur comme moi… non. » je souris « Je pense vraiment qu’il y a quelque chose d’intéressant à tirer de votre investissement, mais ça nécessite de le rendre plus attractif. Garder tout l’immeuble ça donne un aspect austère, rigide et trop… renfermé. » pour ne pas dire carrément louche, et c’est ça qui m’intéresse de voir. Jusqu’où vont ils dans la magouille ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrea Manzonni
« hakuna matata »

» messages : 71
» inscrit le : 31/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Jeu 7 Sep - 22:02


Il y a donc quelque chose à comprendre à son intervention dans mon bureau ? Il a réellement un but ou juste l’intention d’approcher ce grand monde de plus près quelques instants ? Je dois reconnaître manquer de profonde lucidité quant à ce qu’il a en tête. Je ne crois absolument pas à la spéculation immobilière. Pourquoi nos immeubles, pourquoi s’attaquer à quelque-chose de déjà pris ? Et surtout pourquoi un rendez-vous en urgence, comme celui-là, si impromptue ? Je ne suis pas certaine d’adhéré à son sens de l’aventure, à son goût du risque. Non, il y a autre chose là-dessous. Relativement charmant, je dirais même très charmant, et charmeur, mais ça ne va pas suffire pour cette fois, dommage pour lui. « J’aime votre sens de l’observation Maître Manzonni. Même si vous n’avez pas tout à fait juste. » Je perds patience, et joint mes mains en m’accoudant sur le bureau, le pénétrant de mon regard électrique. « Vous allez m’éclairer… » Clairement, je commence à me dire qu’il n’est là que pour passer le temps, que ce n’est rien de plus qu’un illuminé, comme beaucoup, sauf que lui est jeune et pourrait faire autre chose de sa vie, c’est dommage de perdre autant d’énergie ainsi. « J’ai un talent certain pour faire acheter n’importe quoi à qui est susceptible de le faire. » Je lève un sourcil, je ne comprends pas bien où il veut en venir, il est sérieusement en train de vanter ses mérites de commercial ? Il a un culot ce mec ! Je me demande si je n’en suis pas fan, finalement. « Vous allez me dire que vous avez ce qui faut en matière d’expert en immobilier, mais un vendeur comme moi… non. » « Vous ne doutez vraiment de rien… Evidemment que nos équipes ne sont composées que d’experts. » Mais ça m’amuse, il a de l’aplomb, les dents longues, et un joli costar. Je demande à en voir plus. Je croise les bras, m’appuyant au fond de mon siège, qu’est-ce qu’il aurait de plus à me dire au final ? « Je pense vraiment qu’il y a quelque chose d’intéressant à tirer de votre investissement, mais ça nécessite de le rendre plus attractif. Garder tout l’immeuble ça donne un aspect austère, rigide et trop… renfermé. » « Donc vous êtes venu vendre vos services… Mais plusieurs questions me taraudent… » Je me lève et vais fermer la porte, histoire d’atteindre une proximité et une intimité certaine. « Pourquoi ne pas avoir envoyé un CV comme nous en recevons des millions ? Vous vous vantez d’un talent mais moi tout ce que je vois ce sont de belles paroles, et surtout… pourquoi notre compagnie ? » Je ne crois pas du tout à son titre, alors je me fais plus pressante, et m’approche de lui, dans son dos, posant une main sur le bureau, me retrouvant presque au-dessus de son épaule. « Vous avez des preuves de votre talent ? Ou vous avez juste une grande gueule et un joli sourire, Monsieur Ross ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arthur Ross
« hakuna matata »

» messages : 67
» inscrit le : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Ven 8 Sep - 14:53

Je suis doucement en train de semer le doute dans l’esprit de l’avocate et je crois qu’elle va finir par perdre patience. Clairement elle tient son poste du statut de son père, c’est une pistonnée, petite fille gâtée qui n’aime pas qu’on lui fasse perdre son temps. Et oui le temps c’est de l’argent et quand on est assis sur une montagne de fric on en veut encore et toujours plus. Mais je sens malgré tout qu’elle s’interroge sur mon compte, partager entre l’envie de me dire d’aller voir ailleurs si quelqu’un veut bien m’écouter et curieuse de savoir où je veux en venir. Je pense avoir en face de moi une adversaire intéressante, de quoi me donner envie de poursuivre sur cette voie là. Je m’affirme comme étant un excellent vendeur, je crois que mon culot l’intrigue et ça m’amuse beaucoup. Je me montre également lucide sur le fait que cette entreprise n’a pas besoin de moi, parce que c’est le meilleur moyen d’insinuer dans son esprit que si je fais cette manœuvre ce n’est peut-être pas pour rien. L’esprit humain est malléable mais il faut avoir un peu de patience et j’ai appris au fil du temps à en avoir, beaucoup. Finalement la lueur dans le regard de la jeune femme change légèrement, elle s’interroge et la curiosité prend le dessus. Parfait. L’avocate va même fermer la porte pour que nous ne soyons pas dérangé, preuve que j’ai réussi à capter toute son attention et c’était pile le but de ma visite. Son interrogatoire se poursuit, à noter qu’elle a des progrès à faire en la matière. J’esquisse un sourire amusé « C’est vrai ça… pourquoi je n’ai pas envoyé un CV qui atterrirait avec les millions d’autres reçus ? Ça aurait été tellement plus malin qu’il ne soit même pas lu. » je hausse les épaules « Vous avez raison, je ferais mieux d’aller voir une compagnie concurrente que vous allez finir par écraser dans votre projet de racheter une partie de la ville. Comme ça j’aurais le plaisir d’être licencié économiquement. » je plante mon regard dans le sien en gardant mon petit rictus ironique « Vous faites les questions et les réponses Maître. ». Elle s’approche, sans doute avec la volonté de m’oppresser un peu, c’est un nouveau test pour voir comment je gère la pression. Des preuves de mon talent ? Des tas ! Et pas juste comme faux agent immobilier. Mais je m’égare, ça proximité sans doute… « La première preuve c’est que je suis là, dans votre bureau dont vous avez fermé la porte à clé alors qu’il y a un quart d’heure de cela vous espériez pouvoir me mettre dehors en deux minutes chrono le tout en m’adressant qu’à peine un regard. » j’arque un sourcil observant sa réaction « Donc j’ai réussi à capter votre attention, au moins suffisamment pour que vous ayez envie de me poser des questions. On n’interroge pas les gens sans intérêt. ». Lui offrant un charmant sourire je poursuis « Je ne suis pas grande gueule, je sais me démarquer. Et pour ce qui est de mon sourire je suis ravi qu’il vous plaise. ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrea Manzonni
« hakuna matata »

» messages : 71
» inscrit le : 31/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Dim 10 Sep - 21:03


Il a le mérite d’être perspicace, je ne peux lui retirer tout ça. Je ne sais pas encore ce qu’il a vraiment en tête mais certainement pas le rachat d’un appartement dans un immeuble qui n’a aucune chance de lui appartenir un jour. Pourquoi prendre un immeuble déjà requis par un groupe de requins ? Parce que s’il est ici c’est qu’il sait qui nous sommes, aucune chance qu’il en soit autrement, sincèrement. Je ne crois pas possible le fait qu’il soit ici juste pour tenter le coup. Il est sans doute trop intelligent pour ça, et je lui souhaite ! Il n’a pas l’air de l’abruti moyen, juste charmant et plein de frics, je pense que du fric il n’en n’a pas autant qu’il veut bien le faire croire, mais aime en donner l’illusion pour être pris au sérieux. Mais je n’ai pas fait psycho… « C’est vrai ça… pourquoi je n’ai pas envoyé un CV qui atterrirait avec les millions d’autres reçus ? Ça aurait été tellement plus malin qu’il ne soit même pas lu. » Son ironie m’irrite mais je tente de le garder pour moi, encore qu’on m’a toujours confié que mon regard n’était qu’un livre ouvert, si ça me gonfle, on le sait tout de suite, si je n’y crois pas, aussi, mais je suis aussi une formidable comédienne. « Vous avez raison, je ferais mieux d’aller voir une compagnie concurrente que vous allez finir par écraser dans votre projet de racheter une partie de la ville. Comme ça j’aurais le plaisir d’être licencié économiquement. Vous faites les questions et les réponses Maître. » « Vous avez même de l’humour, en plus d’un joli costar… » Non mais il veut jouer au plus malin ? Je peux jouer s’il veut mais je ne suis pas sûre qu’il apprécie longtemps ma hargne. Je ne suis pas gentille, je ne suis pas là pour ça, je suis là pour faire gagner de l’argent en sortant mon entreprise et ma compagnie des tourments. Légalement parlant, il existe toujours une faille et mon boulot à moi est de la trouver. Je n’ai pas toujours les mains propres, mais qu’importe ? C’est le résultat qui compte, non ? « La première preuve c’est que je suis là, dans votre bureau dont vous avez fermé la porte à clé alors qu’il y a un quart d’heure de cela vous espériez pouvoir me mettre dehors en deux minutes chrono le tout en m’adressant qu’à peine un regard. Donc j’ai réussi à capter votre attention, au moins suffisamment pour que vous ayez envie de me poser des questions. On n’interroge pas les gens sans intérêt. » « Vous voulez jouer au plus malin ? C’est quoi, un concours de celui qui pissera le plus loin ou un vrai projet, monsieur Ross ? » Je me le demande, sans doute a-t-il prévu de raconter à ses copains comment il est entré dans ce genre de bâtiment, sans presque de rendez-vous pour jouer les kékés auprès de l’avocate générale du groupe. Impressionner ses copains d’HEC ? Je ne comprends pas bien l’intérêt, il a l’air bien plus vieux que les gamins de ces classes, assez vieux pour avoir mon âge… « Je ne suis pas grande gueule, je sais me démarquer. Et pour ce qui est de mon sourire je suis ravi qu’il vous plaise. » « Vous démarquer, très bien. Vous avez un certain talent pour ce qui est de l’ouvrir, mais je n’ai aucune de vos références. De plus… ce n’est pas comme ça qu’on séduit une femme monsieur Ross, je pensais que vous le saviez. Que vous étiez plus malin que ça… » Quitte à passer par la fille du patron pour tenter de lui taper dans l’œil et faire valoir ses idées, pourquoi s’y prendre comme un manche ? S’il a vraiment l’envie d’intégrer nos locaux il a plutôt intérêt à se battre un peu plus que ça. Pour l’instant tout ce que je vois c’est qu’il dit pouvoir nous apporter un plus, mais sur quelle base ? Ce n’est que du vent et afin que je l’écoute, il a intérêt à capter mon attention tout autrement. Je ne lui demande pas de déplacer des montagnes mais au moins de nous donner une raison valable de nous intéresser à son profil… Des beaux sourires, on en a des tas. « Vous êtes original ? Alors sortez des sentiers battus, prouvez-le nous. Pour le moment on a tout ce qu’il nous faut. Mais vous n’arrêtez pas de dire que vous êtes ce dont on a besoin, alors éclairez-moi… Mais faites preuve d’efficacité. » Je me lève, rassemble quelques dossiers. « Préparez votre coup, j’ai un déjeuner. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arthur Ross
« hakuna matata »

» messages : 67
» inscrit le : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   Mar 12 Sep - 14:22

Mon ironie n’enchante pas l’avocate, et si elle fait l’effort de ne rien laisser paraître c’est son regard qui la trahi. Je m’en amuse plus que je ne suis perturbé par cette réponse à mon attitude, au moins je ne la laisse pas indifférente. Parce que ça se serait le signe que la porte est totalement fermée, verrouillée solidement et qu’il me faudrait redoubler d’effort pour qu’une faille se créée. Je prends un certain plaisir à l’agacer je ne peux pas le nier, j’ai le rôle du petit cailloux désagréable dans une chaussure et c’est drôle de la voir composer avec cela. Dans un sens cette jeune femme m’intrigue autant que je la dérange. Un rapport de force s’installe progressivement, le genre de jeu que j’adore… dommage si elle espère que ça cesse rapidement. Méfiante elle m’interroge sur ce prétendu talent que je lui déballe, c’est légitime et je lui offre une petite argumentation à laquelle elle n’a pas forcément matière à répliquer puisqu’elle sait que j’ai raison, au moins en partie. Mais c’est une avocate, la répartie coule dans ses veines et l’habite à chaque instant. Jouer au plus malin ? Un concours de qui pisse le plus loin ? Je m’attendais à mieux « Vous m’avez demandé de vous prouver quelque chose, je le fais avec les éléments factuels dont je dispose pour le moment. » petit sourire à l’appui, à force elle pourrait bien avoir envie de me coller une baffe ou m’étrangler mais ça ferait tache dans son luxueux bureau. « C’est un vrai projet, vous n’en voyez pas encore les lignes, c’est tout. » et surtout elle reste sur ses gardes en faisant son boulot de pitbull juridique. Je poursuis avec cette pointe d’insolence qui n’est pas feinte, j’ai toujours eu de l’audace et c’est en partie une des raisons qui ont fait de moi quelqu’un d’efficace dans mon boulot.
J’arque un sourcil quant à sa remarque suivante. De la séduction ? Est-ce un appel inconscient ? Mais qu’elle se détrompe je suis très malin, elle a juste l’esprit rétrécit par les clichés qui créé parfois des attentes de comportements stéréotypés. « Vous allez en avoir des références, ne vous en fait pas. Et bien plus encore. » je sais que c’est prendre des risques que faire ce genre de promesses mais j’ai les moyens de m’y tenir. L’avocate appuie alors sur le fait que je me place comme étant original, mais elle a besoin de quelque chose de concret, des preuves que je peux être un atout dans leur compagnie. En soi je ne le suis pas, mais j’ai les moyens de le devenir ou au moins de le leur faire croire. Je savais que j’avais vu juste en misant sur eux, la voilà mon occupation pour les semaines à venir. Un sentiment de satisfaction m’envahi et c’est à peine si j’écoute la suite de ce que dit l’avocate. Pourtant je sais combien il est fondamental d’écouter une femme. Tout ce que je retiens c’est qu’elle doit aller à un déjeuner, je me lève à mon tour et rattache le bouton de ma veste de costard « Très bonne idée. Je vous invite à dîner demain soir. » j’agrémente mon invitation d’un sourire un brin charmeur « Nous pourrons parler de mes références. Mais pas seulement. Moi aussi je suis quelqu’un de curieux et j’ai envie de savoir avec qui je vais travailler. ». Je sors ma fausse carte de visite et la pose sur son bureau « Demain soir à 20h, je vous attendrai devant l’entrée du bâtiment. » je fixe mon regard dans le sien « Merci pour votre temps Maître Manzonni. » et sans même qu’elle ne me raccompagne je quitte son bureau.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les curieux sont sources de problèmes [Anthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» problème babycook
» Problème(s) de santé particulier au Malinois
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» Sources de calcium - pour Melplan (et les autres !lol)
» Vos poêles, elles sont en quoi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPINESS INSIDE :: 
l'administration
 :: 
les souvenirs,
pour ne jamais oublier
 :: 
sujets terminés,
c'est du passé
-